AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

FERMETURE DEFINITIVE DU FORUM
Merci pour ces 6 années d'existence et tous ces superbes moments !


Partagez | 
 

 Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
avatar

MessageSujet: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Lun 18 Nov - 21:55

#Mais qu’est ce qu’on fout là ??# -C’est une bonne question… qu’est ce qu’on fout là- Vous voulez savoir ce qu’on fout là ? Et toi aussi là derrière ton écran ? Tu veux savoir ? Et bah c’est super simple… ce qu’on fout là… ce qu’on fout là… disons… qu’on est venu faire un peu de tourisme ! Qui a dit que je ne m’intéressais pas à l’économie touristique Américaine ? Bon… certes, je m’en fou un peu… même… carrément, mais bon, je suis quand même venu m’installer à New York! C’est une preuve que… comment ça je m’enfonce ?? Mêlez vous un peu de vos affaires, j’vous en pose moi des questions ? Donc, qu’est ce qu’on fout à Utopia, et bien comme je l’ai déjà dit, je suis venu visiter. En fait, depuis cette soirée avec Laura, ma curiosité envers cette cité Utopiste considérée comme un havre de paix pour tous les mutants avait été piquée au vif. Non pas que mon avis sur la question soit différent, j’étais toujours intimement persuadé que cette île isolée du reste du monde n’était rien d’autre qu’une sorte d’échappatoire pour fuir un monde qui avait certainement un peu trop changé. Y faut quand même l’admettre, les humains devenaient de plus en plus réticents à la présence des mutants dans leur ville et tels c’est malheureux Tzigane et porteurs de l’étoile de David, ils faisaient aujourd’hui l’objet d’une certaine discrimination.

Alors pourquoi pas… Laura l’avait bien dit… tant qu’ils sont heureux comme ça alors pourquoi les priver d’un peu de bonheur ? Les avis divergent et le mien reste assez tranché malgré tout. Et le fait que je ne soi apprécié ni des mutants, ni des humains ne changeait en rien ma façon de voir les choses. Mais il fallait bien l’avouer… non sans approuver l’idée, la cité d’Utopia restait pour moi un mystère, une étrangéité, un soi-disant paradis sur terre et pour être tout à fait honnête, la description que m’en avait fait la mutante n’avait pas suffit à assouvir ma soif d’information. Alors comme on est jamais mieux servis que par soi même, j’avais décidé de bouger mes fesses jusqu’à l’île  reculée pour voir de mes propre yeux cette utopie naissante. Et qui sait… peut être que j’y apprendrai des choses intéressantes ! #Ca bien sur si on nous laisse passer les portes !# -Parce que je te rappels qu’on n’a pas beaucoup d’amis là bas…- #On va se faire refouler comme un boulet à l’entrée d’une boite de nuit# -Si on nous à pas tout simplement neutralisé avant- Attendez, attendez… c’est les gentils mutants qui vivent là bas non ? Les gentils y canardent pas un étranger qui cherche à trouver refuge dans ce splendide havre de paix, se serait un peu du foutage de gueule ! -On n’est pas vraiment étranger… - #Et on est… bah nous quoi !# -Les autres vont croire qu’on vient pour foutre la merde !- #C’est pas ce qu’on est venu faire ?# NON ! Cette fois on se tien à carreau et avec un peu de chance je ne finirais pas derrière des barreaux aujourd’hui.

Ok, c’est bien joli de dire ça et tout, et tout, mais problème numéro un…. Comment on se rend là bas ??? C’est pas que, mais ça fait quand même une trotte à la nage ! ‘Chier… si seulement je savais voler ! Aaaah ! Mais attends ! j’ai un bien meilleur truc que ce pouvoir à la con ! La puissance de...... L'ellipse qui permet de passer outre un passage à décrire en narration !!! Ouaiiiis ! Ca c’est un plan de génie ! Ca c’est un plan de la mort qui tue ! Ca c’est… #C'est une idée de merde !# Mais non -Se sera encore pire que si on passait par la grande porte !- Mais noooon !! C’est même la meilleure idée que j’ai jamais eu !!! … de la semaine ! Go ! Go Deadpool ! Mais avant on va essayer de se la jouer discret ! Alors je sors d’un grand sac un sweet et un pantalon tout ce qu’il y a de plus banal avant de les enfiler par-dessus mon costume. Je rabats la capuche sur ma tête et TADAAM camouflé ! Si c’est une super idée d’abord !!!! C’est bon tout le monde est près ? j’peux y aller ? Et bah...
UTOPIA ME VOILAAAA  ♪♪

***
POUF ! Ni vu ni connu, j’atterri comme par « magie » en plein centre d’une large ruelle, mais c’est pas de la magie, c’estla puissance de l'imaginaire ! Il n’y a pas des masses de monde autour de moi si bien que je passe relativement inaperçu.  Débarquement en scred réussit ! Les mains dans les poches de mon sweet-shirt, je lève les yeux au ciel pour me faire éblouir par un ciel bleu débordant de la lumière écrasante du soleil qui chauffe l’air et donne l’impression que l’été est déjà là. C’est presque étrange de quitter les rues polluées de New York pour tomber dans cette espèce de… serre ? Le ciel et totalement monochrome, pas un nuage, pas une once de vent, juste les rayons de l’astre lumineux qui étincellent au dessus de ma tête pour me souhaiter la bienvenue. On ne peut pas cacher le fait que ce soit beau… je n’ai pourtant aucun intérêt particulier pour l’architecture mais c’est vrai que ça n’a rien à voir avec la ville la vrai. En fait, on se croirait plutôt sur une île des tropiques, le genre avec des plages de sables blanc et bordées d’une eau turquoise constamment à température ambiante. Autant dire qu’Utopia a vraiment tout d’un paradis. Et c’est peut être ça qui en est aussi gerbant !!! On dirait un de mes rêves ou une de mes hallucinations tellement tout ce qui m’entoure ne semble pas réel. Ceux qui vivent ici ne doivent plus avoir aucun intérêt à retourner à New York ou même partout ailleurs dans le monde non ? Ca ressemble presque à une ville hors de l’espace et du temps, comme si le monde avait cessé de tourner simplement entre ces murs.

Pathétique. Je décide finalement de bouger de mon état statique pour parcourir au hasard les rues d’Utopia, partout autour de moi semble découler une sorte de mièvrerie niaise comme un bouquin pour enfant avec des couleurs pastelles dégelasses et le chant des oiseaux pour ambiance musicale. Un rêve. C’est tout ce à quoi ça me fait penser… un rêve. Et pourtant l’atmosphère ici est légère, détendue, emplie d’une sérénité qui… fait du bien je ne le nie pas. Comme si d’un seul coup tous les soucis du quotidien s’envolaient avec les nuages. J’avance silencieusement et avec lenteur aux milieux des ruelles, je me perds dans la contemplation de ce qui m’entoure et j’en oublis presque que je n’ai pas vraiment pénétré à Utopia de façon très… Légale. J’en oublis aussi que la cité est peuplée de mutants, tous plus puissants les uns que les autres et qu’étant réservée uniquement et uniquement aux mutants, n’importe qui n’est pas susceptible d’y être accepté. J’en oublis alors que peut être, je n’ai pas été aussi discret que j’aimerais le croire et bien vite, j’entends des voix rageuses dans mon dos. Des voix qui deviennent de plus en plus menaçantes. Alalala quel bouquant !! Y peuvent pas crier un peu moins fort ! Pour une fois que je profite du silence. -Je crois bien que c’est après nous qu’ils crient- #Se tenir à carreau hein ? C’était ça ton plan ?# -Pour ça il aurait fallu que ça coïncide avec le plan 'entrons clandestinement dans Utopia'-

« Oups… boulette»

En me retournant pour constater que les cris venaient bel et bien dans ma direction, je remarquais avec horreur que… que j’étais suivis, par une bonne quinzaine de mec bien baraques qui courraient dans ma direction. Je crois bien que c’est le bon moment pour prendre la poudre d’escampette non ? Si tôt dit, si tôt fait, je prends mes jambes à mon cou et me précipite dans une direction choisie totalement à l’arrache ne serait-ce que pour espérer semer les gardiens de la cité dans les petites rues… mais c’était sans compter le fait qu’ils connaissaient certainement bien mieux le plan de la ville que moi.  Pas le temps de chercher midi à quatorze heure, je file droit devant sans jamais m’arrêter, bousculant un passant ou deux sur mon chemin sans vraiment le faire exprès, mais c’est pas comme si j’essayais pas de prévenir avant. De temps en temps je tape un rapide regard derrière moi pour voir si je suis toujours poursuivis… on ne sait jamais, mais visiblement les flics d’Utopia ne semblent pas abandonner si facilement. Tiens… d’ailleurs, y en a un que je connais non ?? Ca tête me dis quelque chose. Aaaaah mais ouiii je sais ! C’est un des X-men… Bon c’est pas tout, mais faudrait p’tet accessoirement que je me retourne pour regarder devant moi… on sait jamais des fois qu’y aurait un //PAAAF//

« ……mur…… ouch… »

Je lève la tête, la paroi du mur et bordée de fenêtres, cool, j’vais pouvoir grimper. Encore légèrement sonné par le coup que je viens de me manger en plein pif, j’attrape un premier bord de fenêtre pour m’y hisser et poursuit mon ascension jusqu'à arriver au toit… euuh c’est que c’est haut quand même je suis sacrément à découvert maintenant… Et… Et zut, y ont pas l’air d’abandonner en bas. Bon le temps qu’y montent j’aurais pris un peu d’avance. Je cours encore et toujours pour sauver ma carcasse de la prison qui l’attend, sauter… courir, sauter, courir ! Sauteeeer ! Bam... J’atterris au sol et mes jambes souffrent l’espace de quelques secondes si bien que je fini ma course en roulé boulé avant de me relever et de courir jusqu’à en perdre halène avant de m’aplatir contre un mur dans une impasse ombragée. Là, je ferme les yeux et reprend mon souffle à coup de grandes inspirations. Mon cœur bat à tout rompre dans ma poitrine et je reste immobile, collé au mur comme un voleur pris en flagrant délit d’évasion. Tout est silencieux, je n’entends plus les voix en colère…

« Pfiou…… j’les ai semé… Chuis… chuis trop fort… »


Dernière édition par Wade W. Wilson le Mer 20 Nov - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mer 20 Nov - 12:13

Comme chaque jour, je me réveillais en sueur en même temps que le soleil se levait. Et comme chaque jour, il faisait beau à Utopia. Il faisait toujours beau, c’en était presque agaçant, surtout après mes cauchemars habituels. Cela faisait déjà plusieurs semaines que j’avais prévu d’aller parler aux Mutants contrôlant la météo pour leur demander de varier un peu. Non pas que la neige de mon pays natale me manquait – elle me manque, mais ce n’est pas la raison première- mais je commençais à m’inquiéter des effets d’un tel climat sur la nature et sur les esprits des résidants. Une bonne petite pluie de temps en temps ne pouvait faire que le plus grand bien à tous, surtout vu l’ambiance de plus en plus pesante sur l’île.

Les disputes de la Chancellerie se faisaient ressentir jusque dans les ruelles de la ville. Bien sûr, tous les Utopiens n’étaient pas au courant, mais tous voyaient que l’ambiance commençait à se détériorer. Fini, l’état de grâce de la création de notre nation. Les premières dissensions commençaient, et j’espérais que la barque tiendrait le choc.
Et pourtant, une partie de moi espérait toujours le départ de la Confrérie. Peut être dormirais je mieux avec eux hors de l’île?

En tout cas, je me levai rapidement et pris un petit déjeuné copieux, suivis d’une rapide toilette. Mon programme de la journée était chargé. Je devait passer à l’institut pour donner un cours à des Mutants dont le pouvoir était de la même catégorie que le mien. Même si j’étais le seul à posséder le pouvoir de changer ma peau en métal organique, plusieurs autres mutants pouvaient transformer leur corps ou leur peau en un matériau divers et varié. Et je savais mieux que quiconque les difficultés de se mouvoir avec un corps soudainement différent de celui que l’on possède en temps normal. Plus grand, plus lourd, plus rapide ou au contraire plus petit ou plus lent, c’était tout un apprentissage à refaire pour éviter de détruire des maisons à chaque déplacement, et encore plus de travail pour l’apprentissage du combat. C’est pourquoi j’avais accepté de bon cœur de fournir quelques cours sur mon temps libre, en plus de mon travail de Protecteur. Après, j’avais un rendez vous pour le repas de midi avec ma Kitty, et l’après midi était consacré à des patrouilles de surveillance comme Protecteur. Bref, une journée bien remplie.

C’est pourquoi, vêtu de mon costume de Protecteur quasi neuf, je me dirigeais vers l’Institut. Sur l’île, les deux philosophies mutantes cohabitaient sous l’exemple des X-Men et de la Confrérie. Techniquement, on était aimé ou détesté en fonction de si l’on était l’un ou l’autre. Beaucoup de Mutants partageaient la vision de Magnéto, et donc n’aimaient pas les X-Men. D’autres au contraire admiraient les X-Men, ou simplement avait encore peur de Magnéto à cause de son coup d’état. Quand je patrouillais pour la Garde Civile, par exemple, j’avais dût arrêter une bagarre entre deux Mutants, l’un pro-Wolverine, l’autre pro-Dent de Sabre, et dont la discussion avait dégénéré.
Du coup, il était parfois compliqué pour certains des X-Men ou des Confréristes les plus célèbres de se balader en ville. Moi j’avais moins de soucis, vu que l’on me connaissait essentiellement sous forme de métal organique. Et heureusement d’ailleurs, car en temps que X-Men et ancien Confrériste, j’avais le double d’opposants.

J’arrivais rapidement à l’Institut, et rejoignit le gymnase où je devais donner mon cours. Ils n’étaient qu’une dizaine à m’attendre, et heureusement. A leur âge, on est bourré d’énergie et d’idées tordues, et je n’avais pas le pouvoir de prévoir les mauvais coups éventuels. Donc j’aimais autant ne pas avoir une classe trop chargée pour pouvoir garder un œil sur tous. J’adoptais alors ma forme de métal organique et le cours commença.
Le cours se déroulait sans problème. Ce n’était pas notre première séance, et le groupe avait fait de gros progrès. Certains arrivaient même à manipuler de la vaisselle maintenant, voir à boire avec un verre, sans le briser entre deux doigts. On avait donc put passer à une phase un peu plus rythmée, à savoir un apprentissage léger du combat. Il ne s’agissait pas tant d’apprendre des techniques (je laisse ça à d’autre X-Men plus compétents que moi dans l’enseignement de ces disciplines, comme Logan ou Scott) que d’apprendre à utiliser sciemment le corps que leur offrait leur pouvoir.

J’étais justement en train de leur montrer une façon de projeter l’adversaire en se servant de la puissance brute (une technique que j’avais apprit en regardant un reportage sur les Quatre Fantastiques. C’est fou ce que la Chose est capable de faire avec ses adversaires), en leur expliquant chaque mouvement de manière décomposée, m’arrêtant systématiquement avant la fin pour le pas projeter l’élève qui me servait de cobaye, lorsque mon récepteur de Protecteur se mit à sonner, détournant mon attention, me faisait finir mon mouvement.
Pendant que les élèves allez aider mon cobaye à se relever en utilisant l’ouverture nouvellement créée dans le mur du gymnase (heureusement pour lui qu’il pouvait transformer son corps en pierre et qu’il avait de bons réflexes), je repris forme « humaine » pour décrocher mon récepteur. Il s’agissait d’une alerte intrusion.


Colossus à l’écoute. Qu’est ce qu’il se passe ?

Une téléportation non programmée sur l’île. On n’en connait pas encore le responsable.

Des téléportation non programmées, on en avait quelques unes sur l’île. Je changeais alors de fréquence pour appeler le principal responsable de ce genre d’alerte.

Diablo ? C’est toi qui a déclenché l’alerte intrusion ?

Et non, raté Peter ! Je suis sur le vieux continent, là. Il faut que je rentre ?

Non, ça va, t’en fait pas. On va s’en occuper.

Je raccrochais, puis me tournai vers les étudiants.

Désolé, je dois écourter la leçon. On se reverra.

Vu les têtes qu’ils faisaient, ils allaient me bombarder de questions et de contestations. Autant dire que je n’avais pas le temps, aussi quand ils commencèrent la rafale, j’étais déjà en train de quitter les lieux, empruntant le trou dans le mur. Je gardai ma forme de métal jusqu’à retrouver le petit groupe de la Garde Civile qui avait été dépêché sur place. Mon récepteur se remit alors à sonner, me signalant de nouvelles informations de sa voix grésillante.

Il a été repéré dans une petite rue, je vous envoie les coordonnées. Les caméras de surveillance indiquent un homme seul, avec un sweat-shirt à capuche.

Pendant que les informations arrivaient, le petit groupe de Gardiens et moi-même nous rapprochions de plus en plus de la rue en question. C’était une petite rue, loin des rues passantes et loin des coupes gorges. En bref, une rue totalement banale et sans intérêt. C’est pourquoi il n’y avait que peu de Mutant présent dans la rue.

Et lorsque l’on arriva, il était encore plus simple de repérer l’intrus. Le seul à porter une capuche par plein soleil. Le groupe et moi nous positionnâmes à quelques dizaines de mètres de lui, au cas où il serait violent, et je interpellais.


Garde Civile d’Utopia ! Vous êtes entrez illégalement sur le territoire utopien ! Je vous somme de vous laisser arrêter le temps que nous éclaircissions les raisons de votre présence !

J’avais crié d’une voix sonore… Pour rien. L’intrus n’avait absolument pas réagit. Il n’en avait apparemment rien à eut à faire. Ou il ne m’avait pas entendu. Il continuait en tout cas d’avancer tranquillement

Monsieur ! Je vous demande de vous rendre !

Pas de réussite, à nouveau. C’est alors que le reste du groupe se lança dans la discussion et commencèrent à l’invectiver de plus en plus violemment, avant de lui foncer dessus. C’est à ce moment que l’intrus se retourna et pressa soudainement le pas, avant de se mettre à courir.
Je me lançai alors à la poursuite de l’intrus, dépassant d’abord mon groupe, mais sans réussir à gagner du terrain. Il était extrêmement bien entrainé, et je me demandais qui il pouvait bien être. Seul un Mutant aurait put pénétrer le champ de force sans déclencher une attaque préventive automatique. Mais aucun Mutant que je connaissais pouvait à la fois se mouvoir de cette manière et se téléporter. A part peut être Diablo, mais il m'avait assurer n'y être pour rien.

C’est alors que l’intrus percuta un mur. Apparemment, il n’avait pas regardé devant lui et n’avait pas vu le virage. Je freinais par reflexe, étonné qu’il est pût se faire une telle erreur, et surtout parce que la capuche, sous l’impact, s’était enlevé, dévoilant la tête de l’intrus. Mais je ne fus que plus étonné encore, tout comme le reste du groupe de la Garde Civile qui s’arrêtèrent à mes cotés.


Mais… Mais c’est Deadpool ! Comment a-t-il pût arriver ici ?!? Je ne savais pas que c’était un Mutant !

C’en est pas un… Fin pas techniquement… Même si il a le gène X…

Bien sûr. C’était maintenant totalement logique. Sauf une chose, que venait il faire là ? Mais plus grave. Il ne fallait pas que Logan apprenne sa présence. Ni Scott d’ailleurs. Ni… Bon en fait il valait mieux que personne ne sache qu’il était présent.

Hey ! Il s’enfuit !

Le Garde à coté de moi m’avait tiré de mes songes. En effet, le Deadintrus était en train d’escalader le mur.

J’appelle des renforts !

NON !

C’était sortit comme un cri du cœur. Les renforts en question, il y avait de grandes chances que se soit Logan lui-même. Et là, la situation deviendrait vraiment hors de contrôle.

Pas de renforts. On devrait pouvoir le gérer. Il n’est pas si dangereux que ça.

Bon, en fait il était carrément dangereux quand il le voulait, mais je devais bien calmer les autres. Qui ne m’avaient pas attendu. Deux des gardiens avaient commençaient à escalader le mur à leur tour. Je vis juste la silhouette de Deadpool s’élancer, et je fis la même chose, lui sur les toits, moi au sol. Les Gardes se dispersèrent, tandis que je suivais la course du Deadintrus. Soudain, plus rien. Il avait arrêté de sauter de toit en toit, et même les deux Gardes qui le poursuivaient en hauteur l’avaient perdu de vue. Je poussais un juron lorsque mon communicateur donna de ses nouvelles.

Colossus, l’intrus se trouve à trois ruelles de là, dans une impasse. Je t’envois un plan.

Je le consultais rapidement, et fonça en direction de l’impasse, et me mis de façon à bloquer l’entrée. Il était là, et fit mine de s’enfuir à nouveau, ou de m’attaquer. Préventivement, je transformai la partie superficielle de mon corps en métal-organique. Et je fis un pas vers lui.

C’est inutile, Deadpool. Tu sais très bien que fuir ne t’amènera nulle part, et que m’attaquer ne servirait à rien. Tu ne peux pas me vaincre.

La dernière phrase n’était pas dite sur le ton du défi, et n’avait aucune portée orgueilleuse. Je ne sous-estimais pas ses capacités de combat, et je ne surestimais pas les miennes… Simplement, c’était comme ça, aucune de ses techniques de combat que je connaissais ne pouvaient entamer le métal me servant de peau.

Alors maintenant, dis moi. Que fais-tu là ? Qui est ton contrat ? Et qui t’envois ?

Je connaissais son « travail ». Si il se trouvait sur l’île, c’était forcément parce qu’il avait une cible. Et je n’allais pas pouvoir le laisser faire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mer 20 Nov - 23:58

Ma course folle pour échapper à la milice Utopienne m’a conduit au cœur d’une impasse… à bah bien jouer Wade ! Maintenant tu vas faire quoi ? Retrouvons déjà notre calme pour commencer. On dirait bien que j’ai fini par leur mettre un vent à tous ses mecs qui me courraient après. Oui, peut être, mais maintenant ? Je ne peux pas bouger tout de suite se serait le repérage assuré, mais si j’attends plus longtemps je risque de me faire coincer. Et même si je bouge, toutes les autorités vont surement se lancer à ma poursuite. En définitive… #On est foutu !!# -Bonjour la futur cellule- Ne soyons pas pessimiste !! Après tout qu’est ce qu’on à fait de mal hein ? #On à pénétré sur une île réservé exclusivement aux mutants# -Et de façon tout à fait illégale- #On c’est enfuit quand les autorités se sont pointées# -C’est un peu la preuve qu’on à quelque chose à se reprocher…- Je n’ai RIEN à me reprocher DU TOUT ! Compris ?? Pour une fois je n’ai tué personne, je n’ai menacé personne, je ne me suis approché de personne et je n’ai touché à rien ! Je ne mérite pas la tôle !! Pas aujourd’hui !

Le temps de reprendre ma respiration et voila que… oh non… c’est vrai qu’il était là lui. Je suis toujours adossé contre mon mur et voila que Colossus se pointe à l’autre bout de la ruelle. Bien entendu, il me bouche toute possibilité de m’enfuir et s’approche de plus en plus de moi à chaque seconde. J’hésite une seconde à sortir mes katana de leur fourreau, mais mes mains se stoppent net dans leur mouvement avant même que je ne puisse lever les bras pour attraper leur garde. Le mutant à revêtu sa tenue de métal et se tiens devant moi, particulièrement grand… et pourtant je ne fais pas partie des plus petits. Je pousse un léger soupir de débit avant de laisser retomber mes bras le long de mon corps pour reculer… mais malheureusement, le mur est toujours là et mon dos se retrouve bien rapidement bloqué et à moins de parvenir à traverser la matière, ce qui n’est pas possible chez moi, putain pourquoi c’est toujours les autres qui ont les bons pouvoirs, je ne pourrais pas quitter cette impasse en un seul morceau. Et quitte à choisir, je préfère encore rester entier.

Je lève le nez vers Pet’ pour soutenir son regard qui me fixe alors qu’il me fait comprendre qu’essayer de me battre contre lui ou tenter la fuite ne servirait à rien. Bien entendu, je m’en doutais, pas la peine de faire la précision, je ne suis pas assez dingue pour attaquer un homme de métal ou chercher à jouer les explorateurs à travers une cité qui m’est totalement inconnu sachant que j’aurais toute la police de ladite cité au cul. D’autant plus que maintenant que j’étais entré à Utopia, ça allait certainement être une autre histoire pour pouvoir en sortir. A moins qu’on ne me jette tout simplement à l’océan pour aller tenir compagnie aux méduses. ‘Spèce de brute ! j’te vois venir ! Tu essais de m’avoir avec ta voix rassurante et tes belles paroles, mais je sais bien que si je reste tranquille je vais encore finir entre quatre murs et ça, je dois bien avouer que ça ne m’enchante pas des masses. Pourtant… je n’ai pas vraiment d’autre choix que de me rendre pour le moment… je dis bien pour le moment. J’esquisse un regard vers l’entrée de l’impasse pour voir si d’autre miliciens on l’intention de nous rejoindre, mais pour l’instant personne… je suis seul à seul avec toi mon cher Pit’. Je lève légèrement les mains et écarte les doigts pour lui faire comprendre que je n’ai pas l’intention de l’attaquer, et lorsqu’il me demande les raisons de ma venue à Utopia en pensant visiblement que j’étais là pour le boulot, je ne peux pas m’empêcher de laisser échapper un ricanement avant de me justifier en agitant les mains.

« Non, non, non !! Tu te trompes mon ‘cher ami’ je ne suis pas là pour tuer qui que ce soit… pas aujourd’hui ! » Je laisse planer un court silence, voyant que mon interlocuteur ne semble pas particulièrement convaincu par mes propos. « J’te le jure ! Pour une fois que je viens pas pour foutre la merde tu pourrais être un peu concilient… »

Je roule des yeux en regardant vers le ciel, légèrement dissimulé par la hauteur des bâtiments. Je croise les bras sur ma poitrine et toise Colossus qui me fait toujours face, certainement près à intervenir en cas d’attaque ou bien de tentative de fuite désespérée. #On en est réduit à jouer les gentil p’tit toutous maintenant…# -La honte…- C’est ça ou bien la prison ! Ou… pire… En y repensant c’est vrai ça ! Je n’avais rien fait de mal pour une fois, je ne vais pas dire que je suis l’innocence même incarnée, mais je n’avais réellement aucune mauvaise intention en me rendant à Utopia aujourd’hui. Bon certes, j’aurais très certainement pu essayer de passer par la grande porte, j’aurais ainsi pu entrer en ces lieux en toute légalité et je n’aurais pas eu de problème avec la milice. Quoi que si d’autres X-men en font partit… il y aurait surement eu une chance pour qu’ils m’interdisent l’accès. Maudis X-men ! Je le sais que vous m’aimez pas… bah ça tombe bien parce que de toute façon je vous aime pas non plus. NA ! #Menteur ! On est grave fan des X-men# -Mais eux ne savent pas nous apprécier à notre juste valeur…- #Et c’est quoi notre juste valeur ?# Bonne question… en tout cas j’imagine bien que même en ayant voulu me la jouer réglo je n’aurais pas pu pénétrer à l’intérieur de ce pseudo havre de paix pour mutant et ma curiosité n’aurait pas été satisfaites ce qui aurait occasionné un sacré malaise. Alors autant forcer un peu pour assouvir ma soif de découverte !

Fort heureusement pour moi je n’étais pas tombé sur le pire des mutants… ça aurait tout aussi bien pu être Tornade… ou Cyclope… ou pire encore… Wolverine… Grace au récit de Laura, je sais qu’il vit ici et je sais également que s’il me trouve, il ne sera pas particulièrement content de me voir. Pet’ lui est d’un naturel plus calme et plus posé, alors il ne sera peut être pas trop difficile de lui faire comprendre que j’étais là uniquement en temps que touriste et non en temps que mercenaire. Mon regard croise le sien et je m’applique à le soutenir sans l’ombre d’une gêne quelconque, fixe sur mes appuis, je garde mon attitude détendue et affiche un sourire invisible aux yeux du mutant.

« Si je suis venu sur ta charmante île c’est simplement parce que j’étais curieux de voir à quoi ça ressemblait là dedans. En même temps y a de quoi soulever des interrogations ! C’est un véritable bunker ici ! Et comme il parait que ce ‘bunker’ est un véritable paradis sur terre pour les mutants j’ai voulu vérifier par moi-même… De toute façon si j’devais attendre qu’on m’envoie une invitation j’pourrais toujours attendre longtemps… »

Je pose mes mains sur mes hanches dans un geste boudeur et tourne le dos à mon interlocuteur pour lui signaler que je me sens particulièrement vexé. Ouais c’est ça, je suis vexé. Vexé parce que je suis ce qu’on pourrait appeler, une sorte de mouton noir. Non pas que je ne l’ai pas mérité, mais malgré tous mes efforts pour prouver au monde que je ne fais pas partis des super-vilains (pas à part entière en tout cas) je continue à être détesté de la population, des super-héros, des vilains… et même des neutres. Comment ça je n’ai que ce que je mérite ?? C’est pas faute d’avoir cherché à jouer les gentils, mais vu que peu importe mes agissement je suis toujours considéré comme un putain de terroriste, alors j’ai décidé d’arrêter de faire des efforts. Faut pas non plus pousser mémé dans les orties.

Le silence vient prendre part à la conversation tandis que je fixe toujours le mur, fixant avec intérêt la texture du béton et jetant de temps en temps un petit regard en coin en direction de Colossus pour mater un peu ses réactions. Finalement lassé de temps de passivité, je finis par me détourner un peu plus en direction du milicien sans pour autant changer de position. Je le fixe avec de grands yeux innocents et penche légèrement la tête sur le côté façon ‘regard de chien battu’ si j’avais pu pousser un petit gémissement plaintif sans être certain que j’allais pas me foutre la honte devant mon interlocuteur je l’aurais certainement fais.

« Alors… tu me crois ? Dit ouiii j’veux pas retourner en prison…»

#Tu crois vraiment qu'on va pouvoir l'apitoyer comme ça?# -T'as l'air d'un con plus qu'autre chose...- De toute façon ce n’est même pas comme si j’essayais de dissimuler un mensonge, puisque je disais la vérité. Rien que la vérité, toute la vérité ! Restait plus qu’à espérer que Pet’ pense la même chose.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Ven 22 Nov - 19:54

Au moins, si ses premières réactions avaient été celles d’une bête traquée, il s’était rapidement calmé en voyant qu’il ne pourrait pas fuir. Et surtout que ça ne pourrait qu’empirer la situation.

Je fus cependant plus surprit par son petit rire à ma question concernant son contrat. Pour autant que je sache, il était un mercenaire tueur à gage… Alors le voir dans une zone où il n’a pas pour habitude d’être laisse forcément présager qu’il avait un contrat. Et puis, Utopia n’abritait pas que les X-Men et les Confréristes… Mais pleins d’autres Mutants, dont certains étaient célèbres. Il y avait même des criminels repentis. Des femmes d’affaires importantes. Des jeunes héros. Bref, un nombre de cible potentielle importante. Alors la raison qu’il me présente…


Tu es venu pour du tourisme ?!?

Bon… L’idée était totalement absurde, et il me prenait sans doute pour un abruti. Mais en même temps… Si c’était faux, il aurait inventé une autre excuse… Quoique… Le problème, avec Deadpool, c’est qu’on savait jamais quand il mentait ou non.

Et pourquoi tu n’as pas tout simplement utilisé le nouveau Monorail entre Utopia et les Etats Unis ? S’il a été construit c’est pas pour rien… Quand à t’inviter officiellement… Je crois que c’est parce que l’on ne sait pas vraiment si tu es un Mutant ou pas… Sans vouloir t’offenser, bien sûr.

En même temps, c’était vrai. Il n’était pas né Mutant. Il avait obtenu via expérience scientifique un gène X. Du coup, je le classais plutôt parmi les héros dopés aux médocs, comme Capitaine América ou Hulk… Mais en même temps il avait le gène X, même si c’était volé. Devait il être considéré comme un moitié de Mutant ? Il faudra que je pose la question à Hank ou au professeur.
En attendant, j’étais pas plus avancé. Devais-je lui faire confiance ? Il était vrai qu’il avait apporté son aide à différents X-Men, occasionnellement, voir d’autres héros… Et qu’il s’était mit à dos pas mal de super-vilain. Mais il avait aussi tenté de tuer Logan plus d’une fois. Et il n’avait pas la réputation d’être quelqu’un de gentil et de posé. Au contraire, ses « exploits » étaient régulièrement en une des journaux. Et même si lui estime posséder un code de conduite exemplaire, il était plus délicat pour moi de le croire. Mais en même temps, sur Utopia, nous avions accepté même des criminelles comme Magnéto ou Dent-de-Sabre…

Alors quand il commença à me regarder en penchant la tête sur le coté (sans doute cherchait il à faire passer une émotion, mais c’était difficile à dire à cause de son masque), je fini par abandonner mon auto-torture mentale. Scott et Logan n’allait sûrement pas être content, mais…

Je vais te laisser une chance… Peut être.

Je portai à ma bouche mon communicateur, et appelai dedans.

Heu, Timoty ? Tu peux venir s’il te plait ?

J’arrive, Colossus.

Quelques secondes après, le Garde Civil nommé Timoty apparut à l’angle de la ruelle. Apparemment, toute l’équipe devait être planquée à coté des immeubles pour intervenir au besoin. Timoty était un Mutant d’entre deux âges. Il avait rejoint Utopia avec la première vague de migrant, peu de temps après l’annonce officiel. Apparemment, il travaillait dans une grande entreprise de Chicago, où il était discriminé à cause de sa condition de Mutant. Télépathe de petite envergure, il lisait les pensées des clients potentiels pour éviter les arnaques. Depuis qu’il avait rejoint Utopia et la Garde Civile, il participait à la protection des habitants en prévenant des petits problèmes.
En pensée, je lui adressa donc ma requête.


Tu peux jeter un coup d’œil dans sa tête ? Voir si il est sincère ou pas ?

Oui, bien sûr.

Par contre… Heu… Méfie-toi… Ce n’est pas le genre de lecture dont tu es habitué…


Il me regarda sans comprendre et se tourna vers Deadpool, se concentrant quelques instants avant de pousser un cri de surprise.

La vache ! Mais c’est quoi ce truc ? J’ai jamais vu ça !

Je t’avais prévenu… Alors ?

Je sais pas trop. Je dirais que oui. Mais c’est pas sûr. Mais il est hors de question que j’y retourne !

Et il partit d’un pas légèrement vacillant. Je me tournai alors vers Deadpool.

Bon… On va dire que je te crois. Mais j’espère que je peux avoir confiance en toi…

Qui sait ? Si il reste sage suffisamment longtemps, alors je verrais à l’emmener voir le Professeur. Ca ne plairait pas à Logan et à d’autres, mais Utopia a bien accueillit bien pire criminel que lui. Mais pas pire humour, par contre.

Et je reste avec toi. Je ne te laisserais pas te balader seul dans la ville. Pas envie que tu tombes sur Scott ou sur Logan par hasard…
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Sam 23 Nov - 13:45

Gardant ma tête penché sur le côté pour me donner un air plus ‘cute’, ce qui soit dit en passant ne devait pas fonctionner des masse avec Colossus comme interlocuteur, je fixais le milicien avec de grands yeux brillant de toute l’innocence et la sincérité dont je pouvais faire preuve, et croyez moi, c’est un sacré effort de ma part. En règle générale, je ne cherche pas particulièrement à attendre de voir si ceux à qui je m’adresse me croient ou non, d’ailleurs j’ai perdu l’habitude qu’on me face confiance à force d’être traiter comme un pariât. Mais je sais que Pet’ n’est pas le genre de personne à juger sur une première impression, et même s’il sait à quel point je ne suis pas un enfant de cœur, il est loin d’être idiot, j’imagine qu’il fera surement l’effort d’essayer de comprendre les raisons de ma venue sur Utopia. D’ailleurs, il comprend !! Mais malgré tout, il ne semble pas particulièrement satisfait par mes explications… c’est vrai que j’étais quand même entré sur l’île de façon… pas tout à fais légale, et que ça pouvait quand même jouer pas mal sur la crédibilité de mon excuse. Et y avait aussi le fait que je me soit immédiatement barré en apercevant les autorité Utopienne arriver… mais ça c’est plus un réflexe de la vie de tous les jours. Pourquoi je n’ai pas emprunté le monorail ??? humm ça c’est une question qui mérite réflexion… #Parce que t’es un con c’est tout !# -Je savais bien qu’on aurait du passer par la grande porte- Mais Colossus ne s’arrête pas là, il remet également en cause ma condition de mutant qui fait office de raisons pour laquelle personne n’avait jamais cherché à m’inviter sur Utopia. J’ouvre de grands yeux ronds incrédules avant de répondre.

« Sérieusement ?? Et moi qui pensais que vous m’aimiez pas !! » Bon dans le fond ça doit pas être totalement faux mais bon… « Mais je suis un mutant moi aussi !! » Rajoutais-je en m’indignant. « Même si je n’ai pas obtenu mon pouvoir de naissance… j’ai autant souffert de la discrimination que vous ! … Sinon plus… Rien que pour ça on devrait m’accorder le BDD (*Bénéfice Du Doute) »

Je croisais à nouveau les bras sur mon torse, cette fois ci en faisant face à Peter, même à travers mon masque on pouvait sentir toute la frustration qui pouvait émaner de moi, si je n’étais pas un mutant j’étais quoi alors ? Une vulgaire expérience de laboratoire ? Ouais… techniquement, c’est pas loin, mais ce n’est pas une raison hein !! Je haussais les épaules avec mépris pour mon interlocuteur avant de reprendre.

« Et puis sérieusement, tu m’aurais vu débarquer par la grande porte ? T’es amis n’auraient certainement pas hésité une seconde à me refouler à l’entrée ! Et chuis sur que ça leur aurait fait plaisir en plus… »

Oui… je suis un incompris, un vilain petit canard, un rebus de la société. Non pas que ça me pèse sur le cœur, de toute façon je me fiche pas mal de ce que pense mon entourage de moi, mais après faut pas venir se plaindre que je face les choses en suivant mes propres règles.  Et puis je n’avais cherché à attaquer personne ici, pas même Colossus ou la garde qui me coursait, alors que j’aurais pu me retourner cent fois pour tous les shooter les uns après les autres. C’est pas une preuve que je suis un garçon bien sage ça ? #Faut répondre honnêtement à la question ou pas ?# -Ou bien on peut passer son tour ?- Tout le monde est contre moi… c’est pas juste. Mais comme pour me donner tord, Pet’ fini par céder à mon regard de chien battu pour me laisser visiblement une chance de prouver ma bonne foi. Un large sourire étire mes lèvres et je ne peux me retenir de pousser un « Yesss » victorieux. Le milicien marmonne quelques mots dans une sorte d’émetteur et quelques secondes plus tard, un autre gars débarque de l’entrée de la ruelle. Ok je vois… en fait le reste des gardes était très certainement caché dans un angle au cas où la situation aurait dégénéré. Quel manque de confiance, non mais j’vous jure ! Les deux mutants se regardent en silence et moi je reste planté légèrement en retrait, faisant voyager mon regard entre Peter et celui qui s’appelait visiblement Timoty. Il ne faut pas longtemps au milicien pour se tourner vers moi et me fixer à mon tour avec sérieux.

#Et là, la souris dit à l’éléphant : ‘oui mais moi j’ai été malade’# -C’est nul… - #Mais non, c’est juste trop subtil pour…# -Et sinon, qu’est ce qu’on fou là ?- #Bah on attend…# -Et qu’est ce qu’on fera si ça marche pas ?- #Ca marchera# J’ai faim… y a de bons restos sur Utopia ? #Une souris verte, qui courrait dans l’herbe, je la montre à ces messieurs,  je la jette dans le feu ♪# -La distribution de notre dernier Bimensuel est encore à la bourre… ces éditeurs font vraiment n’importe quoi !- Vous croyez que Laura reviendra à la maison ? #C’était classe de la voir en soutif et en petite culotte# blablabla…

Finalement le pauvre Timoty rompit le contact visuel dans un cris de surprise alors que je gardait mon regard planté sur lui, les bras toujours croisé, attendant simplement qu’il ai terminé ce qu’il avait à faire, ce qui semblait visiblement être le cas, et ce qui semblait également ne pas avoir été une partie de plaisir pour lui. Je ricane discrètement en détournant légèrement le visage, mais c’est pas comme si mon sourire narquois avait pu être discerné par le pauvre milicien ou même pas Colossus. Le jeune mutant fini par prendre congé et je le regardais rejoindre ses camarades en chancelant. Mes prunelles se posèrent alors à nouveau sur Peter, penchant encore la tête sur le côté et haussant les épaules dans un geste qui aurait pu signifier ‘Quoi ? J’ai rien fait !’. Le verdict tomba enfin et la bonne nouvelle vint éclairer mon visage dissimulé sous mon masque. Je serrais les poings avant de sautiller sur place comme un gamin surexcité.

« Hourraaa !! Je savais bien que t’étais pas un abrutit comme tes autres collègues !! » Je me tue presque aussitôt en passant une main au niveau de ma bouche avant de me rattraper aux branche. « Enfin… tes… charmants collègues……… Bref… tu as bien raison de me faire confiance ! J’te promets que je ne ficherai pas la pagaille sur ton île ! Aussi sage et statique qu’une image ! » #Qu’est ce qu’on va se faire chier !# -Mais avec un peu de chance on ne passera pas la nuit en cellule aujourd’hui-

Lorsque Colossus me fait comprendre qu’il va quand même rester avec moi, j’acquiesce d’un léger mouvement de la tête, de toute façon moi non plus je n’avais pas envie de croiser Scott ou Logan, y seraient tous les deux bien foutu de me gâcher ma journée. Je m’approchais de Pet’ avant de poser une main sur son épaule avec enthousiasme.

« Ca marche mon pote ! Cool, j’vais avoir un guide perso ! On va bien s’éclater ! »

Bah oui quoi ! Maintenant que la police Utopienne allait me foutre la paix, j’avais aucune raison de ne pas laisser éclater ma joie, et c’était peu dire. J’allais enfin pouvoir découvrir la cité d’Utopia et juger de mes propres yeux si sa réputation était aussi bien fondée qu’elle le laissait prétendre. Je n’avais pas changé d’avis à son sujet. Pour moi, cette île n’était rien d’autre qu’un monde de chimère, un pseudo paradis sur terre ou les mutants semblaient croire qu’ils pourraient vivre loin de la discrimination des humains. C’était très certainement vrai en voyant la lourdeur des autorités ou les murs qui entouraient la ville, mais perdu dans ce monde utopique, les gens qui devaient habiter ici avaient certainement oublié ce qu’était la véritable réalité. Le monde, les Etats Unis, New York ! Quel intérêt de vivre entre membre d’une même « race » si on considérait les mutants comme une race à part entière. Pour moi ils n’étaient rien d’autre que des humains dont les gènes avaient évolués. Ils possèdent des sentiments, une conscience, la mémoire, la parole… tout ce qui différencie les humains des animaux. Les mutants n’en étaient donc pas moins des humains. Des humains qui avaient évolué. Mais peut-on réellement blâmer la population d’avoir peur de ce qu’elle ne peut pas contrôler ? #T’es entrain de partir trop loin en réflexion là…# -Tu vas te griller un neurone- C’est pas comme si y c’était un problème, il se régénèrera tout seul comme un grand ! Je tapotais l’épaule de Colossus avant de lui demander sur un timbre de voix enjoué.

« Alors, où est-ce qu’on va ?? Tu m’offres le déjeuner ? J’espère que t’as des coins sympas à me montrer ! »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mar 26 Nov - 19:34

Dans quoi m’étais je embarqué ? Il me promettait d’être sage, mais… Pouvait-il réellement rester tranquille ? Je me retrouvais alors à servir de Baby-Sitter à un « Mutant » sans aucune limite…

Et le voilà déjà qui commençait à m’ensevelir sous les questions. Qu’allais-je lui faire visiter ? Bonne question. Le Temple ? Hors de question. Le Protectorat ? Avec les autres Protecteurs dans le coin, cela pourrait rapidement devenir compliqué. L’institut ? Logan y passait le plus clair de son temps. Le Colysée ? 90% de chance que Deadpool décide d’aller dans l’arène…

Il restait les plages… Et les rues. Sauf qu’il aborda un autre point. Le repas de midi… Je jetais un rapide coup d’œil à l’heure : midi passé. Je devais retrouver Kitty pour un repas dans moins d’un quart d’heure… Mais avec Deadpool ce n’était pas possible. Je me tournais alors vers lui.


Heu, je dois contacter quelqu’un… Tu restes là, d’accord ?

Je me dirigeai alors vers la sortie de la ruelle, sans faire attention à si il m’écoutait ou non, et utilisai mon téléphone portable pour contacter mon amour. Elle décrocha rapidement.

Kitty ? C’est moi.

Peter ? Je suis en route pour le restaurant.

Justement, à ce propos… heu…

Ne me dit pas que tu veux annuler ? Encore ?!?

Non mais ce n’est pas que je veuille… Mais j’ai un boulot sur les bras là et je…

Ecoute Peter ! Ca fait déjà deux fois que tu annules ou écourtes un rendez vous cette semaine ! Alors boulot ou pas, je t’attends au restaurant. Quitte à ce que tu emmènes ce « travail » avec toi, je serais curieuse de voir sa tête, à celle la !

Non mais c’est pas ce que tu crois, je…

Peter ! Je t’attends dans un quart d’heure, au restaurant face au Protectorat.

Non ! Ecoute, heu… Je vais venir, mais allons plutôt au Burger en face du Colysée !

Hein ? Le Burger en… Celui avec ses spécialités de poulet ?

Oui, voilà… Je te retrouve là bas !

Et je raccrochais. Cela devenait de plus en plus compliqué cette histoire. Kitty semblait penser que je la menais en bateau, mais l’idée de lui montrer Deadpool n’était peut être pas le mieux non plus… Je verrais bien.

Bon, on va aller faire un tour du coté du Colysée.

Je dis ma phrase en me retournant, mais il n’y avait plus personne derrière moi. Il ne s’était quand même pas déjà enfuit ?! Je me retournais à nouveau, et je le vis alors face à moi. Je fronçai légèrement les sourcils. S’il commençait à jouer avec moi, avec en plus le repas en approche, j’allais rapidement perdre patience.

Je disais donc… On va se diriger vers le Colysée. Mais on ne rentrera pas dedans. Si tu as des questions par contre…

Je le menais alors à travers les ruelles, en direction du Colysée. Utopia fonctionnait essentiellement en quartier, ce qui faisait que même si toutes les rues étaient claires et propres, toutes n’avaient pas le même style architectural, et n’avait pas les mêmes décorations. Nous traversâmes ainsi un quartier ressemblant à un petit Chinatown, et nous approchâmes ensuite du Colysée. Celui-ci n’avait pas que le nom similaire à celui de Rome. En effet, il s’agissait d’une réplique, soit plus contemporaine, du bâtiment Antique. De moins pour l’extérieur. Je m’en approchais, pour montrer des détails d’architectures à Deadpool.

Tu vois, là on retrouve des portraits peints sur la pierre représentant l’épopée des Mutants contre Apocalypse. La bataille finale se trouve peinte dans le porche de l’entrée principale. Bon, par contre on n’ira pas, parce qu’on va être en retard pour le repas. D’ailleurs, à propos du repas, je veux que tu me promettes de rester calme. Et poli. Et puis surtout de bien te comporter. Tu comprends, je…

Devant le manque de réaction de mon « invité », un gros doute m’envahit. Confirmé bien vite. Un simple coup d’œil me suffit pour constater son absence. Où était il passé ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Jeu 28 Nov - 21:57

Je trépigne déjà d’impatience en attendant de voir ce que Colossus va me faire découvrir en premier sur l’île d’Utopia. Non vraiment ! Pour autant que peu de choses m’intéressent en dehors de mon job de mercenaire et les jolies filles, je brûlais réellement d’envie de parcourir cette curiosité qu’était la cité réservée aux mutants. L’idée (probablement fausse) de tomber sur des choses qu’on ne trouvait pas à New York, voir même en Amérique ou tout simplement aux Etats Unis en général. Mais c’est qu’il en mettait du temps à ce décider le milicien !!! Je tapotais frénétiquement du pied gauche pour bien faire comprendre à mon accompagnateur que je suis loin d’être un pro de la patience, mais alors que je m’attendais déjà à partir pour une visite guidée plus ou moins intéressante, Peter me plante purement et simplement pour passer un coup de fil en me demandant non sans une certaine appréhension je peux le sentir, de ne pas bouger de ma place. J’esquisse un petit oui de la tête dans le plus grand silence (quoi de plus louche !) avant de croiser les bras contre mon torse et regarder l’Utopien se diriger vers la sortie de l’impasse, téléphone en main. Comme il m’avait été demandé, je restais donc debout, droit comme un « i » en plein milieux de la ruelle en sifflotant, mais après seulement quelques longue, pénible et tortueuses… secondes d’attentes, je commence déjà à tourner en rond, et finalement je me décide à bouger pour m’approcher un peu plus de Colossus et me poster discrètement dans son dos pour essayer de voir à qui est-ce qu’il parlait.

Malgré mes efforts je ne parvins à capter que quelques mots, fallait pas trop que je m’approche non plus sinon il aurait fini par me capter. Mais au timbre de sa voix, je peux parfaitement deviner qu’il semble embarrassé. Peu importe ! Bouges toi un peu Pet’ ! Je m’ennuis ! Je continue à tourner en rond avant de m’impatienter et d’avancer à mon tour vers la sortie de la ruelle. De là je jette un rapide coup d’œil vers les rues adjacentes, le soleil tape fort à cette heure de la journée, et mon estomac ne manque pas de me rappeler  qu’il à besoin d’être nourrit rapidement. Le coup de téléphone s’achève enfin, mais Colossus ne semble pas s’être rendu compte que j’ai bougé étant donné qu’il retourne sur ses pas. Je le suis pour me poster à nouveau dans son dos et lorsqu’il se retourne vers moi, c’est pour me toiser avec un regard plus ou moins inquisiteur. Je penche la tête sur le côté dans un rapide haussement d’épaule alors qu’il m’explique que nous allons nous rendre en direction du Colisée, mais qu’on ne fera que passer devant. Le Colisée… le même que celui de Rome ?? Pour répondre à cette question que je ne m’abaisse pourtant pas à demander, il me faut alors suivre le milicien à travers les ruelles d’Utopia.

« J’te suis mec !!!! »

Je sautais littéralement sur place avant de prendre la suite de Colossus qui marchait dans le plus grand silence. Quoi de plus désagréable que le silence… Rien de plus frustrant, rien de plus… déstabilisant que le silence. #On va vraiment suivre Colossus comme un canari suit sa mère ??# -Bonjour l’ambiance si tout l’aprèm doit ce passer comme ça- J’avoue… au besoin on trouvera bien des trucs intéressant à faire non ? Non ? Comment ça non ?!! Bien sur que je ne compte pas rester « aussi statique qu’une image » sinon j’aurais tendance à péter rapidement un plomb, mais il fallait au moins essayer de fiche le moins de bordel possible, ne serait-ce que pour éviter de terminer dans une cellule ou entre les mains de Logan. Non pas qu’il me face peur celui là, mais si on commençait à se fritter sa partirait certainement pour un bon moment. Nous entrons maintenant dans un quartier qui ressemble trait pour trait à une sorte de Chinatown. J’ai toujours trouvé que l’idée de créer ce genre d’endroit était complètement débile, quel intérêt de construire la réplique d’une ville provenant un pays étranger alors qu’il suffisait simplement de se déplacer jusqu’au pays en question pour visiter. Est-ce qu’on crée des Americatown en Chine ? Non ! Les Chinois y ont tout compris eux. -Mais à ce compte là, les restaus étrangers aussi deviendraient inutiles- #Et plus de snack Mexicain !# Mais c’est pas pareil ça !!! -Si c’est pareil…- NON ce n’est pas pareil ! #Si c’est pareil abrutit !# NON C’EST PAS PAREIL !

« Y a pas foule… Ca se voit que c’est l’heure de la bouffe… »

Nous traversons donc un pseudo Chinatown quasiment vide pour ne pas dire presque mort, avant de déboucher sur une grande place. Et sur cette place ce trouve… le Colisée. Il ressemble en grande partie à celui qui se trouve en Italie. Cool !! Est-ce qu’ils font des remixes de combats de gladiateurs là dedans ?? Je lève le nez vers le ciel pour discerner toute la hauteur du gigantesque monument. Alors finalement, Peter s’adresse à moi pour visiblement m’expliquer quelque chose qui concerne la structure, mais des les premiers mots qu’il prononce, mon attention se trouve tout particulièrement attiré par les portraits. Je m’écarte de mon chaperon pour m’approcher de plus en plus près de la pierre pour essayer de discerner les visages peint avec un certain talent. Mais comme l’art en lui-même me laisse totalement indifférent, je ne fais que survoler chaque portrait, m’éloignant doucement de Colossus qui continuait à parler tout seul. Ils étaient tous là, les plus grands héros, mais il en manquait un, le principal ! Le PLUS IMPORTANT ! Captain América ??? NOOON ! Moi ! Mais j’ai beau continuer à chercher, pas de Deadpool en vue. En même temps j’essais de trouver l’entrée principale qu’à mentionné Peter pour trouver la peinture de la bataille finale, avec un peu de chance ils se seront rattrapés là-dessus.

« Bande d’égoïstes !!! C’est toujours les mêmes qu’on fout sous la lumière des projos ! »

Toutes les arches et toutes les colonnes se ressemblent, si bien que rapidement, je me rends compte que je me suis peut être… un peu beaucoup éloigné du pauvre Colossus à qui j’avais accessoirement promis de rester sage. Oups… ça va barder pour mon matricule. Mais je suis bien trop intrigué par cette soit disant peinture de bataille finale. Seulement voila… impossible de trouver l’entrée principale de ce foutu Colisée. On dirait un gigantesque palais des miroirs alors à force d’aller et venir je finis par retomber sur mon guide personnel qui ne semble pas particulièrement content de m’avoir retrouvé… Je peux le voir se rapprocher avec hâte, et, comme un adolescent pris en flagrant délit de matage de porno, je cesse de bouger pour triturer mes doigts en baissant la tête.

« Aaah tu étais là ! Je te cherchais partout ! Je crois que je me suis perdu dans la contemplation de ces… superbes peintures ! »

Bien entendu, il est certainement impossible de prendre mes propos au sérieux, peut être parce que je ne parviens même pas à mettre un peu de crédibilité dans le ton de ma voix tellement ce que je venais de dire  ne semblait absolument pas digne de moi.

« T’es sur qu’on a pas le temps d’entrer ?? J’aurais vraiment voulu voir celle du porche principal !!! »

Mais comme pour contredire ma curiosité, mon estomac se met à gronder pour faire remarquer qu’il était là et qu’il était toujours désespérément vide. Dans le fond, j’étais presque persuadé que Peter allait me refuser l’accès au porche ou se trouvait cette fameuse peinture représentant la bataille finale contre le mutant Apocalypse. A le voir, il à l’air particulièrement pressé. Et puis après ma soudaine disparition ça m’étonnerais qu’il veuille bien m’accorder une faveur. Tsseuh… pour une fois que je m’intéresse un peu à l’histoire, c’est presque criminel comme comportement vis-à-vis de moi ! Je joins mes mains l’une dans l’autre et cligne des yeux pour essayer d’attendrir le milicien et obtenir de lui un changement d’avis. Mais à voir son regard inquisiteur et particulièrement mécontent, ça semblait plutôt mal partit.  
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Lun 2 Déc - 23:18

Où était il passé ? Oh, bien sûr que je ne devrais pas être aussi dépité. Comment avais je pus croire qu’il me suivrait sans faire de vague ? Je poussai un long soupir. Bien sûr que je savais où il était passé. Il avait sans doute voulu aller voir la peinture du hall principal pour voir s’il était dessus. La prochaine fois, c’est sûr, je nous attache avec des menottes.

En tout cas, je n’avais pas le choix. Je devais le retrouver, donc je me dirigeai vers le hall principal. Il n’était pas très loin d’ailleurs, mais une fois devant, pas de trace de Deadpool. Une ride d’inquiétude barra mon front. Si il s’était enfuit… Et qu’il créait des problèmes… Scott n’allait pas me louper sur ce coup… Sans oublier que je ne pouvais continuer à perdre du temps, Kitty m’attendant sans doute déjà. Il avait peut être continué le tour du bâtiment ? Espérons…

Je continuais donc le tour d’un pas rapide. Heureusement, Utopia était presque vide à cette heure. Un Utopien était presque toujours occupé, c’est pourquoi les heures de repas étaient suivies religieusement. Aucune vue de lui pour l’instant, tandis que je passais devant le portrait de Mystique, puis celui de Malicia. J’avais pour ma part réussit à éviter le portrait, ce qui m’avait permis de me foutre de Hank lorsque son portrait, représentant le Fauve dans toute sa majesté était sortit. Le pauvre évitait le quartier un maximum, d’ailleurs.
Enfin, je le vis de loin. Il était pratiquement à l’opposée de l’endroit où j’avais commencé les recherches. Il avait fait la moitié du tour du Colysée déjà. Je pressais encore plus le pas, lui fonçant dessus avec la grâce d’un rhinocéros enrhumé. En m’apercevant, il fit mine de baisser la tête. Il me lança :


« Aaah tu étais là ! Je te cherchais partout ! Je crois que je me suis perdu dans la contemplation de ces… superbes peintures ! »

Je lui jetais un regard se voulant foudroyant.

« La prochaine fois que tu me fais un coup comme ça, j’appelle des renforts et je laisse Logan mener les recherches. J’espère que c’est clair ? »

Je ne savais pas s’il me prendrait au sérieux, mais bon. Les quelques mois passés au service de Magnéto m’avaient au moins apprit à menacer les gens avec suffisamment de conviction pour être crédible.

« T’es sur qu’on a pas le temps d’entrer ?? J’aurais vraiment voulu voir celle du porche principal !!! »

Je le fixais et j’eus presque de la peine pour lui. Espérait-il vraiment apparaître sur la fresque ? Je n’étais pas sûr que le Capitaine América ou Iron Man y apparaissent… Alors lui… Il s’agissait essentiellement des X-Men, des Confréristes et de quelques Mutants indépendants… Remarque, je n’étais pas sûr non plus qu’il n’y soit pas. Je jetais finalement un coup d’œil à ma montre et secoua la tête négativement.

« Non, on a plus le temps. Mais heu… Si tout se passe bien, on verra à y aller après le repas. »

Bon, il risquait d’assimiler ça à du chantage… Tant pis. Le restaurant n’était pas loin, et tout en m’assurant qu’il suivait, je m’y dirigeai. Il s’agissait d’un restaurant de burger artisanal, loin des fast-foods américains. De taille moyenne, il avait une bonne réputation, et pour y avoir mangé plusieurs fois, je le considérais comme l’un des meilleurs restaurants de la ville. Il était tenu par un Mutant New-Yorkais, avec le pouvoir de changer ses doigts en armes tranchantes. Et plutôt que d’être un combattant, il avait décidé de devenir un cuisinier, au bonheur général.
Je jetais un coup d’œil à travers la vitrine, cherchant Kitty du regard. Rien, elle n’avait pas dût arriver. Le restaurant était presque plein, il allait falloir que je lui demande l’autorisation d’aller dans la salle privée à l’arrière servant aux réceptions.

Alors que je réfléchissais de la sorte, j’entendis une voix bien connue qui résonna.


« Ah, tu es là Peter ! Je craignais d’être en retard. »

Je me retournais, faisant face une fois de plus à la femme qui avait ravie depuis longtemps mon cœur.

« Je viens d’arriver! Comment s’est déroulée ta matinée ? »

« Tranquillement. C’est étrange d’ailleurs, vu les tensions qui… Deadpool ?!? »

Elle venait d’apercevoir mon « dossier ». Je me retournais brusquement, ne sachant si il était en train de faire le pitre ou quoi, avant de me retourner à nouveau pour affronter le regard désapprobateur et surprit de Kitty.

« Piotr Rasputin –elle ne m’appelait par mon nom russe que quand elle avait des reproches pour moi- peux tu m’expliquer ce qu’il se passe ? »

« Et bien… C’est bien Deadpool en effet… Tu te rappelles il nous avait aidé avec Apocalyspe… »

Son regard me jeta des éclairs, et la fin de ma phrase s’éteint dans ma gorge. Je n’étais pas « soumis » à Kitty, cependant comme beaucoup d’homme je savais très bien que les femmes ne sont pas affrontables de front quand elles sont dans cet état. Sa voix se fit glaciale.

« En effet, je me souviens. Sinistre aussi nous a aidé, pourtant je ne le vois pas à tes cotés. »

« Non mais en fait c’est qu’il est là en intrus… Fin non en touriste. Fin un peu des deux. Mais je lui fais visiter Utopia… C’est un Mutant, aussi, et… »

« Je sais parfaitement que c’est un Mutant, merci. »

Elle ferma les yeux et sembla se calmer peu à peu.

« Donc c’est pour lui que tu comptais annuler notre repas ? C’est pas contre toi, Deadpool, hein, simplement je ne m’attendais pas à ça. Mais j’ai faim, en tout cas. »

Elle se tourna vers moi en me laçant son regard du « on va en reparler, Peter, t’en fait pas, on va en reparler de celle là… » et soudain prit le bras de Deadpool et l’entraina dans le restaurant. Je ne pus m’empêcher de froncer les sourcils devant la scène, et leur emboîta le pas, tout en vérifiant que notre « invité » ne tente pas de mettre la main sur la partie fessière de ma compagne, auquel cas le gérant aurait une nouvelle viande pour ses steaks.

Ils se dirigèrent directement vers la table le plus au fond. Tant pis pour le salon privé. Je m’assis aux cotés de Kitty, face à Deadpool, et fit signe à un serveur qui arriva rapidement, dévisageant un temps Deadpool, avant de prendre les commandes. Je me rendis alors compte que j’avais faim. Et pour cause, vu toutes les émotions de la matinée.


« Un double poulet et deux classiques pour moi, avec une grosse portion de frite »

« Un classique et une salade pour moi. »

Le serveur nota les commandes, ainsi que celle de Deadpool, et Kitty se retourna vers ce dernier.

Bon alors, Deadpool. Que fais tu avec Peter sur Utopia ?
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Sam 7 Déc - 19:49

Je viens pousser un long et pénible soupir de déception lorsque Colossus vient confirmer mes doutes en me disant qu’on n’avait pas le temps de visiter l’intérieur du Colisée et donc que mes chances de me voir peut être apparaitre sur une fresque « commémorative » c’étaient presque réduites à néant. Cependant, mon ami Peter semblait presque embêté de ne pas pouvoir me laisser visiter à ma guise puisque mine de rien, il m’avait fait comprendre que nous pourrions retourner sur les lieux après le repas si le temps ne nous manquais pas. Le temps… quel foutu emmerdeur celui là ! Il est sans arrêt entrain de gâcher des bons moments ou d’empêcher certaines choses qui pourrait être fondamentalement amusante ou intéressante de se produire. Vivre au dépend d’un élément aussi subjectif que le temps c’était carrément du gâchis. Comme j’étais en général plus du genre à vivre au jour le jour pour ne pas dire dans l’instant présent et que je n’avais pas vraiment l’habitude de me définir un planning bien précis d’activité, je ne laissais pas vraiment le temps avoir une incidence plus marquée que ça sur mon mode de vie habituel. Faire les choses au feeling et ne pas se préoccuper de savoir si on à le temps ou pas de faire une chose que l’on a envie de faire. C’est le pied ! Mais étant donné que je n’étais ni tout seul, ni chez moi, et que j’avais accessoirement promis à Colossus de me tenir à carreau en sa compagnie, je me contentais simplement de râler entre mes dents et suivit le milicien d’Utopia les bras ballant comme un enfant qui viendrait de se faire punir par son père.

En retard pour le restaurant…  Pourquoi est ce qu’on serait en retard d’abord hein ? Est-ce que la bouffe est servit durant un court labs de temps bien précis et après ça POUF a pu nourriture ?! -On le saurait surement si on avait écouté Colossus plus attentivement tout à l’heure- #Mais on l’a pas fait !! C’est chiant d’écouter les gens parler !# Grave ! Et puis je ne pouvais pas manquer l’occasion de me voir immortalisé sur une fresque murale ! -Et au final on à rien vu du tout- #Quelle arnaque !# En fait je ne m’attarde même pas à demander à Peter pourquoi est ce que nous devons nous presser pour arriver jusqu’à la bouffe, en fait, je suis à peu près certains qu’il avait commencé à me dire un truc qui concerner justement cette partie là, mais que je m’étais barré vers le colisée à peu près à ce moment là. Je me retrouve donc contraint de suivre mon guide qui avance à pas de géant et presse toujours et encore le pas. J’en suis presque réduit à trottiner à ses côté tant il semble porté par le vent. Et finalement nous arrivons non loin d’une grande battisse d’où s’échappait une odeur de hamburger à en faire saliver un mort ! C’est là qu’on va ??? Franchement chuis pas déçu, y ont visiblement de bons restau sur Utopia, c’est plutôt un bon point pour la cité mutante qui remontait très succinctement dans mon estime. Je regarde à travers la vitrine, les clients qui engloutissent leur repas de midi, et l’envie me gagne, autant que l’impatience. Je jette un regard insistant à Colossus histoire de lui faire comprendre que c’est pas en se plantant devant l’enseigne que le serveur viendra prendre notre commande, mais lorsque je fixe plus attentivement son visage, je peux lire une sorte… d’inquiétude dans ses yeux alors qu’il scrute les environs. Et la raison de l’inquiétude en question ne tarde pas à pointer le bout de son nez… et elle est plutôt charmante. Une fille. Une fille que j’avais déjà vu par le passé, je me souviens de lui avoir déjà adressé la parole et je me souviens également qu’elle fait partie des X-men.  En revanche, impossible de me remémorer son nom. Alors c’est pour çaaaa qu’on devait faire fissa pour arriver au restau !!! Peter avait rendez vous avec une nana !

Je lui fais un signe de la main, mais la demoiselle ne semble pas me capter tout de suite, jusqu’à ce que finalement son regard se pose sur moi, interloqué. Je souris derrière mon masque.

« Saluuut !!! Ca boom ?»

Mais la mutante ne s’attarde pas plus sur moi que sur une vulgaire pierre qui se trouverait sur son chemin ce qui à le mérite de me figer dans mon petit salut de la main. Au lieu de me répondre, elle préfère engueuler Peter… ah… est-ce que je serais entrain de me préparer à tenir la chandelle pour un couple ?? Visiblement la jeune fille ne semblait pas plus heureuse que ça de me voir au côté de Pet’ Et Pet’ lui-même semble tellement perdu dans ses propos que je comprends rapidement que lui aussi aurait préféré se passer de ma présence pour le repas. Deadpool, tu viens encore de gâcher un potentiel bon moment… #On applaudit !!!# -C’est pas comme si on avait plus l’habitude maintenant !- Bah quoi ??! J’ai jamais demandé à Colossus de jouer les chaperons moi ! C’est lui qui m’a dit que je devais rester avec lui, moi je ne demandais pas mieux de pouvoir vaquer tranquillement à mes occupations. Bon y avait peut être un petit point positif, c’était qu’avec Colossus à mes côtés, je ne risquais pas d’avoir des ennuis avec la milice ou même les X-men. Le pauvre Peter essai de justifier ma présence par tous les moyens, mais sa douce ne peux s’empêcher de claquer une remarque cynique pour toute réponse. Je fronce mes arcades, laissant émanner toute la frustration qui se dégage de moi. Je me sens presque… Vexé. Sinistre ?? Elle me compare à Sinistre ?? Ce mec ne possédait pas la moitié de mon charisme ou de ma classe !! Histoire de bien montrer que la remarque ne m’a pas plus, je croise les bras et tourne le dos au couple qui se chamaille. Et après elle OSE me dire que ce n’est « pas contre moi » ?? Je viens balancer ma main dans le vide dans un signe qui aurait pu signifier « cause toujours ça m’intéresse pas » sans même daigner me tourner, faisant face à la vitrine du restaurant.

Mais finalement, je sens une pression venir enserrer mon bras, et je détourne un regard interloqué vers la jeune fille qui m’entraine à l’intérieur du bâtiment d’où s’échappait la si bonne odeur de nourriture. Tiens, c’est plutôt cool ça !!! En moins de temps qu’il n’en faut pour dire ‘Chimichanga’ ma rancœur disparait alors que je souris bienheureux aux côtés de la petite amie de Colossus... Elle doit certainement chercher à se venger du pauvre milicien en le rendant jaloux mais ça ne m’empêchais pas de profiter tout de même la situation en gardant son bras enlacé avec le mien jusqu’à ce que nous prenions place à une table. Je vois bien que Peter n’est pas particulièrement content de ce qui viens de se passer mais tant pis, je ne suis pas du genre à culpabiliser facilement. Et puis je ne suis pas du genre à interférer dans les histoires de couple non plus. Je me retrouve donc assis en face de Peter et de sa douce, fixant uniquement la demoiselle, oubliant presque la présence du milicien qui appel un serveur pour prendre notre commande. Pet’, puis la demoiselle, enfin, viens mon tour. Le serveur me dévisage un temps et je soutiens son regard avec une certaine forme de défis. Puis sans la moindre gêne je viens pointer Colossus et lancer avec enthousiasme.

« Je vais prendre la même chose que lui ! »

Le serveur prend note et s’éclipse rapidement, je continue à le fixer avec insistance le fusillant du regard, si mes yeux avait pu lancer des balles, ils l’auraient surement fait. Finalement, je suis sortit de ma « traque » par les paroles de la jeune mutante qui m’adresse la parole. Je joignais mes deux mains sur la table avant de lui répondre après un court temps de réflexion.

« Je suis venu visiter ! Tout le monde n’arrête pas de me rabattre les oreilles avec cette île depuis un bail, alors comme j’avais du temps à tuer, je me suis dit que j’allais venir voir par moi-même si c’était aussi formidable que ce qu’on en dit ! »

Et autant dire que pour le moment j’étais assez déçu ci ce n’était peut être le bon point bouffe de ce midi.

« J’ai eu quelques… différents avec la milice en arrivant, mais Pet’ m’a sorti d’affaire, seulement comme il ne veut pas me laisser me balader tout seul comme un grand, je suis obligé de le suivre ! » #Ouais, parce que t’as trouvé judicieux de pas entrer par la grande porte# -C’est vrai ! Précise aussi ce genre de chose !- «Pourtant j'avais rien fais de mal!»

Pour ponctuer ma phrase, je pousse un soupir kilométrique avant d’appuyer un coude sur la table pour venir poser mon menton au creux de ma main. Mais comme pour tromper mon ennui, le serveur ne tarde pas à revenir avec nos plateaux respectifs de bouffe, et mes yeux brillent d’impatience sous le regard d’un tel festin. L’odeur de la nourriture vient me chatouiller les narines et j’oublis totalement le sens des prochains mots qui me venaient à l’esprit pour ne plus me concentrer que sur mon repas. Mes prunelles voyagent partout là où il est possible de regarder lorsque finalement je ne peux plus me retenir et viens attraper un hamburger pour l’approcher de ma bouche.

« Bon et bah bon appétit les gens !!!!!! »

Je soulève partiellement mon masque, jusqu’au dessus de mon nez, laissant apparaître les cicatrices disgracieuse qui couvrent ma peau, mais sincèrement, je ne prête aucune attention à ce détail ni même à savoir si cela intriguera mes deux interlocuteurs et je n’attends pas plus longtemps pour enfourner une première bouchée, dévorant d’un seul coup, le quart de l’hamburger pourtant sacrément balaise ! Mes papilles semblent fondre sous le régale qu’offre cette petite merveille de bouffe et je laisse échapper un looong soupir de délice.

« Raah ! C’est trop bon ! »

Pas la peine d’en rajouter, j’ai déjà oublié la présence de Colossus et de sa petite amie pour me concentrer sur mon repas. Pas très, très distingué j’imagine, mais c’est pas comme si j’en avait quelque chose à faire !
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Dim 22 Déc - 22:20

«Pourtant j'avais rien fais de mal!»

Pour le coup, heureusement que l’on n’avait pas encore commencé à manger, parce que je me serais étouffé. Surtout que Kitty m’avait lancé un regard en coin.

Il a débarqué en se téléportant sur l’île, déclenchant ainsi l’alerte intrusion. Et quand on a voulu l’intercepter, il a prit la fuite. Autant dire que ça va faire pas mal de paperasse…

Au moins, il n’a blessé personne. Donc bon, je ne vois pas pourquoi tu devrais à tout prix le surveiller…

Elle se tourna vers lui, lui adressant un sourire qui me crispa légèrement.

C’est surtout que si il tombe par hasard sur Logan, ou sur Scott… Là, il y aurait des blessés…

Heureusement, le repas arriva et mit fin à la discutions. Deadpool leva le bas de son masque, laissant apparaitre des cicatrices, ce qui haussa un de mes sourcils d’interrogation. Je n’étais pas un expert dans la transplantation de gêne X, cependant je n’avais pas pour souvenir que Wolverine est des cicatrices, au contraire. N’aurait elle pas dût disparaître ? A moins qu’elles ne soient d’avant l’implantation du gêne ? Ou celui-ci, imparfait, se contente de refermer les plaies sans pour autant faire disparaitre les cicatrices ?
Ce n’était pas Kitty qui pourrait me répondre, vu que son domaine d’expertise était plus l’informatique qu’autre chose. Hank, peut être ?

Tous en réfléchissant, j’entamais mon repas. Il faut dire que plus personne ne parlait, jusqu’à ce que mon invité ne rompe le silence de la manière la moins discrète possible, qui me tira un léger sourire.


Alors ? Ca valait pas le coup de ne pas aller voir la fresque, ça ?

Je ne cherchais pas à me moquer de lui, simplement j’espérais lui rappeler discrètement notre « arrangement ». Si tout se passait bien pendant le repas, on irait jeter un œil sur la fresque.

Vous parlez de quelle fresque ?

Celle du hall principale du Colysée. Deadpool voudrait voir s’il est dessus.

Heu… En arrière plan peut être ? Je crois qu’il était à coté d’Iron Man…

Il est sur la fresque Iron Man ?

Maintenant que tu le dis… Heu… En même temps, la fresque a été faite dans l’euphorie de la création d’Utopia. Se sont donc essentiellement des Utopiens qui sont mis en avant. Le besoin de se constituer des références communes.

J’entamais alors la deuxième partie de mon repas, laissant les discussions philosophiques Kitty.

Alors ? Que penses-tu d’Utopia ? Tu as put voir le Colysée, donc ? Mais tu as vu le Temple, le Protectorat ? Ou encore la vue depuis la falaise ?

Je ralentissais involontairement mon rythme de mastication. Si elle commençait à lui donner des idées, la visite ne serait jamais finie ce soir… Sans oublier les risques de tomber sur Scott ou Logan.

Mais du coup ? Ca ne te tenterais pas de t’installer sur l’île ? Je suis sûr que l’on pourrait mettre tes compétences à profit.

Là pour le coup, je manquais de m’étouffer avec mon sandwich. La proposition semblait tellement sortir de nulle part que je ne m’y attendais pas du tout.
Même si en soit ce n’était pas une si mauvaise idée, ça demanderait juste des précautions supplémentaires à prendre…
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Jeu 26 Déc - 19:44

J’esquisse un regard en coin lorsque Colossus raconte à sa douce la façon dont lui et sa milice me sont tombés dessus à la suite de mon « intrusion » puisque visiblement c’était ça le mot qu’il fallait utiliser, sur l’île. Je meurs d’envie de lui répondre qu’en même temps vu comment sa compagnie de gros bras avait débarqué dans mon dos, n’importe qui se serait enfuit à ma place… faut dire qu’ils ne respiraient pas vraiment la sympathie loin de là !!! Ils avaient même plutôt l’air carrément hostile pour ne pas dire carrément menaçant ! Lorsqu’on est un homme traqué par… un peu tout le monde comme moi, faut pas s’étonner qu’un groupe de colosse déclenche chez moi l’instinct de survie façon ‘fou le camp rapidos’ Heureusement pour eux que ça a pas plutôt déclenché l’instinct de survie façon Deadpool sinon là y aurait certainement eu des blessés ! En fait, personne n’avait réellement conscience à cette table des efforts que j’avais fais pour refouler mes habitudes meurtrière et que pour le moment je me tenais relativement tranquille par rapport à ce dont j’étais capable en règle générale. Je suis un incompris… Heureusement le petit sourire de la demoiselle aux côté de Peter est une sorte de source de réconfort, même si je me doute bien qu’elle essaie surement toujours de rendre son petit ami jaloux pour l’avoir forcé à partager ce repas qui devait se dérouler en tête à tête avec moi. D’ailleurs elle ne manque de le faire remarquer une nouvelle fois… ce qui a le mérite de m’arracher une grimace d’agacement. En fait ça me plait vraiment moyen d’encaisser ses remarques cynique depuis tout à l’heure comme si j’étais un parasite dont il faut absolument se débarrasser. #Tu vois… décidément on est vraiment le bienvenu nulle part…# -Je savais bien que cette escapade sur Utopia était une mauvaise idée, mais t’en fais toujours qu’à ta tête !-

« Ouais bah ça va, j’ai bien compris que j’étais pas un cadeau alors c’est pas la peine de me le faire remarquer constamment ! »

J’hoche la tête avec contrariété lorsque finalement la bouffe arrive pour chasser les idées noires. Aaaah douce et merveilleuse nourriture, toi au moins tu ne me juges pas ! Et pour cause, lorsque le plateau est déposé sous mon nez je ne peux pas me retenir bien longtemps avant d’entamer le déjeuner… au moins je peux noyer mon désespoir dans cette délicieuse fragrance qui émane des hamburgers #T’en fais pas un peu trop Cosette ?# -Comme si tout cette histoire nous touchait réellement… attends… elle nous touche réellement ?- Mais nooon ! J’me fiche pas mal de savoir que Peter et sa copine auraient préféré passer leur repas de midi ensemble plutôt qu’avec un invité surprise, je m’en fiche complètement… je m’en fiche A MORT ! Je m’en fiche comme de ma première chaussette, je m’en fiche à un point tel que ça n’a absolument aucune incidence sur… #T’en fais vraiment trop…# Finalement je cesse de réfléchir une bonne fois pour toute et me concentre uniquement sur la bouffe qui m’appelle irrémédiablement. Durant l’espace d’un court et certainement très agréable moment, plus personne ne parle, le silence est uniquement brisé par les bruit de discussions qui nous entour mais notre table est entièrement silencieuse… j’ai horreur du silence… non vraiment faut que quelqu’un dise un truc là ! Bon et bien puisque personne ne semble vouloir se dévouer je veux bien me sacrifier… c’est toujours les mêmes de toute façon qui doivent se mouiller ! Je laisse échapper avec une discrétion parfaitement contrôler une remarque sur le déjeuner qui je dois l’avouer me ravie le cœur autant que l’estomac. Rien à voir avec les hamburgers de chez Mc Do là c’est carrément le level supérieur ! Peter semble presque content de ma réaction et me fait remarquer le sourire aux lèvres qu’on avait bien fait de ne pas s’arrêter en chemin pour voir la fresque du Colisée. Je m’arrête dans le mouvement qui visait à porter une poignée de frites à ma bouche pour le fixer avec un regard interloqué et avant que je n’ai pu répondre quoi que ce soit à mon chaperons, sa compagne s’empresse de se joindre à la conversation… conversation qui fini par se dérouler totalement sans moi pendant que les deux Utopien discute de si oui ou non je figurai parmi les héros représenté sur ladite fresque. La demoiselle laisse prétendre que oui, et subitement je pose mes mains sur la table dans un élan de curiosité et de satisfaction mélangée.

« SERIEUX ??? »

La mutante semble y croire en tout cas… En arrière plan ? Comment ça en arrière plan ? Qu’est ce que ça peut bien vouloir dire ça ‘en arrière plan’ que je suis là pour servir de faire valoir à d’autre gars ? Je plisse les yeux et mes lèvres se tordent dans une moue presque vexée. D’autant plus que soudainement mes chances d’apparaître sur le tableau se retrouvaient réduites avec les explications de la petite amie du milicien qui explique qu’elle représente surtout des gens d’Utopia. L’euphorie de la satisfaction personnelle étant passé, je décrispe mes bras de la table pour me rassoir calmement contre le dossier de ma banquette, je ne m’étais même pas rendu compte que je m’étais en partie levé tant je m’étais sentit fier sur le coup. Je pousse un profond soupir de dépit en enfonçant mon menton dans la paume de ma main pour envisager le reste de mon repas avec un œil dubitatif. Finalement mon estomac manifeste qu’il n’a pas encore eu sa dose et je reprends une poignée de frittes que je viens engloutir rapidement. Après quoi, mon rythme de consommation reprend son cour et je fini par me reconcentrer uniquement sur ma nourriture plutôt que sur les deux tourtereaux qui me font face. C’est pour ça que lorsque la voix de la jeune femme raisonne pour visiblement s’adresser à moi, je me redresse dans un sursaut et penche la tête sur le côté. Est-ce qu’elle essaie vraiment d’engager la conversation avec moi ? Si c’est pour se rattraper de la comparaison avec Sinistre et bien je dois avouer que ce n’est pas avec quelques questions qu’elle gagnera en sympathie à mes yeux ! Pourtant je m’autorise quand même à lui répondre.

« Utopia ? Baah c’est… pas mal… »

Je détournais brièvement le regard pour éviter celui de mon interlocutrice. En fait, je préférais ne pas m’étendre sur le sujet pour le moment, sinon je risquais de mettre mon entourage en colère si je devais développer ce que je pensais réellement de la cité mutante. Au lieu de ça je me contentais donc de répondre aux autres questions de la jeune X-men.

« Non rien de tout ça… Pet’ était bien trop pressé de te retrouver pour qu’on s’arrête où que ce soit… tout ce que j’ai vu d’Utopia pour le moment c’est quelques ruelles sombres et très rapidement une sorte de quartier chinois oh et la vue depuis les toits est pas trop mal non plus, mais là aussi j’étais un peu pressé alors j’ai pas eu le temps de trop voir… »

Bien sur je faisais allusion à la course poursuite à mon arrivée sur l’île, mais ça la demoiselle devait l’ignorer. Jetant un rapide regard vers Colossus, je me rends compte qu’il semble particulièrement intéressé par la conversation que nous tenons sa petite amie et moi. Je lui souris avant de reporter mon attention sur les paroles qui me sont adressées et cette fois ci je manque de recracher ma boisson… tout comme je peux voir Peter à deux doigts de s’étrangler avec son hamburger. J’avale de travers et me met à tousser, une main sur ma trachée endolorie. Finalement une fois l’incident passé, je pousse un long soupir et reprend une gorgée de soda. En fait, je ne sais pas vraiment ce qui m’a le plus étonné, le fait qu’on me propose d’habiter sur l’île ou l’idée même de me voir vivre ici entouré de tous ces mutants, sans parler des X-men.  #Tu devrais pourtant être content ! Toi qui te plaignais que personne ne nous avais invités à vivre ici ?# -Maintenant on va pouvoir réfléchir à une réponse judicieuse et…-

« Hahaha… Hors de question !! » -QUOI ?- « Pour être tout à fais franc avec toi, je ne suis pas du tout fan du trip ‘Parquons les mutants dans une cité loin du monde extérieur qui leur sera entièrement réservée et où personne d’autre n’aura accès’ J’imagine que vous voulez bien faire en agissant comme vous le faites, mais s’enfermer c’est le meilleur moyen de se désociabiliser et d’oublier ce que c’est que d’avoir une vie… plus ou moins normale » #Parce que tu te crois particulièrement sociable toi ?# -C’est l’hôpital qui se fou de la charité !- « Nan mais sérieusement ! Vous m’imaginez cloîtré ici ? Naaan ! J’aime bien trop ma liberté pour finir coincé entre des murs… Et puis… je crois que l’idée ne plairait de toute façon pas à tout le monde… »

Je jetais un regard en coin en direction de Colossus, oh pas que je voulais qu’il se sente visé (ou peut être juste un peu) en fait les personne à qui je pensais premièrement c’était surtout le professeur Xavier, Logan, Scott… et surement d’autres que je ne connaissais pas mais qui eux me connaitraient suffisamment pour me détester sans même m’avoir un jour adressé la parole. Ce qui m’intriguait le plus c’était surtout l’idée de ‘mettre mes compétences à profit’ récapitulons un peu mes compétences… je suis un mercenaire qui tue des gens pour du fric, je sais manier les armes blanches et les armes à feu… je possède un facteur guérisseur de la mort qui tue et j’ai un humour qui déchire ! Honnêtement… à part finir dans un cirque, je vois moyen en quoi mes compétences pourraient être utile à cette cité.

« Mais c’est sympa d’avoir proposé ! J’apprécie vraiment ! » Ajoutais-je en me redressant de ma banquette. « J’dois vous abandonner un instant faut que j’passe aux toilettes… Colossus, j’imagine que tu ne vas pas te donner la peine de m’accompagner, chuis un grand garçon et je trouverai le chemin tout seul… et commence pas à stresser, je vais revenir ! »

#C’est vrai ce mensonge ?# -Tu nous prends pour des billes ou quoi ?- HEIN ? Mais non pas du tout ! Cette fois j’ai pas mentis ! Attendez j’ai pas envie de me retrouver une nouvelle fois avec toute la milice d’Utopia au cul ! Et puis sa leur laisse un moment en tête à tête aux deux amoureux. #Qu’est ce qu’on s’emmerde dans cette histoire…# -Ca manque un peu de baston je trouve…- M’en parlez pas… jouer les touristes c’est vraiment pas marrant ! Je me fraie un chemin parmi les tables et les consommateurs pour finalement arriver jusqu’aux chiottes, je pousse doucement la porte et…… sur qui c’est y que je tombe pas ??? Cyclope en personne… Il détourne la tête dans ma direction et nos regards ont à peine le temps de se croiser que je referme la porte avec précipitation pour me coller contre le mur.

#Vous croyez qu’il nous à vu ?# « J’en sais rien mais ça craint sérieusement du boudin » -Relaxe mec, on est avec Colossus… on risque rien…- « Oui mais ça Scott ne le sait pas…… »

Tant pis, j’irai au toilette plus tard, dans le fond je suis intimement persuadé que ce prétentieux m’a vu et qu’il ne va pas être particulièrement content de me trouver ici, je retourne alors précipitamment vers Peter pour lui murmurer à l’oreille…

« Psst… je crois que ton ami Scott est ici… et… je crois aussi qu’il m’a vu, alors si on pouvait ne pas s’éterniser je t’en serais assez reconnaissant mon pote... »

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mer 12 Fév - 10:10

Au vue du regard et des sourcils de Kitty, Deadpool risquait d’avoir besoin de son facteur guérisseur au plus vite. Cependant, la dernière phrase la calma, et elle lui répondit alors en souriant alors que j’ignorais le regard accusateur du mercenaire.

« Tu sais, ce n’est pas vraiment les autres qui nous « parquent », mais nous qui avons décidé de vivre au calme et sans la discrimination perpétuelle. Utopia n’a pas pour vocation de restée repliée sur elle-même, nos frontière finiront par s’ouvrir, lorsque le reste de l’humanité sera prête à nous accepter. Et j’ai bon espoir que cela arrive bientôt. J’ai moi-même rejoint une organisation scientifique mondiale, et regarde, des Mutants ne sont ils pas formés et éduqué avec d’autres jeunes au sein du Centre de Formation des Surhumains ? »

Je levai alors les yeux au ciel, et croisa ensuite le regard de Deadpool en haussant les épaules. Il ne servait à rien de discuter de ce genre de chose avec elle, son optimisme lattant étant impossible à calmer. Heureusement, il semblait avoir comprit et évita de se lancer dans un débat sans fin, ou du moins jusqu’à ce que lui finisse par céder devant les arguments optimistes de mon aimée.
Mais son annonce d’aller aux toilettes me laissa perplexe. Pouvais-je vraiment lui faire confiance ? N’allait-il pas en profiter pour me faucher compagnie ? Je fis un geste pour me lever, avant de finalement me rassoir. Non pas que je lui faisais confiance, mais au moins je devais tenter. Après tout, il était resté… calme depuis qu’il était arrivé sur Utopia. Il avait juste violé les systèmes de sécurité anti-téléportation, déclenché une course poursuite sur les toits, s’était éclipsé devant le Colysée et avait ruiné mon rencart… Non, vraiment, aucune raison de m’inquiéter.


Il n’était pas partit depuis dix secondes que déjà j’avais les sourcils froncés en me demandant pourquoi il mettait autant de temps. Finalement c’est Kitty qui me tira de ma réflexion interne.

« Il n’est pas méchant, en fait.

-Hmm hmm, répondis je simplement en finissant mon deuxième burger.

-Tu sais, je pense vraiment qu’il pourrait se plaire ici…

-Hmm hmm,, là j’attaquais mon dernier burger.

-Je sais que se serait compliqué au début, mais… Tu sais mieux que quiconque qu’on a tous droit à une seconde chance…

-Je sais. »

Je me rendis alors compte que mon ton avait été un peu trop brut, mais j’en avais assez de toute cette histoire. J’avais commis la plus grosse erreur de ma vie en rejoignant la Confrérie de Magnéto, j’étais le premier à le reconnaitre, mais je commençais à ne plus supporter les remarques continuelles, plus ou moins voilée, les regards lourds de sous entendus et les discutions qui s’arrêtaient brusquement lorsque j’entrais dans une pièce. J’en avais plus qu’assez d’être constamment le coupable perpétuel, le traitre infâme qui les avait abandonnés une fois et qui pouvait recommencer à n’importe quel moment.

« De toute façon, ce n’est pas lui le problème. Pas totalement du moins, on a d’autres habitants d’Utopia avec le même profil de sociabilité que lui. Le problème c’est qu’il a un passif tel que « certains » ne lui laisseront même pas une chance.

-Mais…

-Et je comprends qu’il n’ait pas envie d’être hébergé à contre cœur ou pour être « parqué » comme il dit dans un coin de l’île sous surveillance continuelle. »

Elle allait me répondre quelque chose, lorsque Deadpool revint à ce moment là, avec une hâte étrange. Et lorsqu’il se pencha à mon oreille, cela ne fit qu’accentuer mes craintes.

« Psst… je crois que ton ami Scott est ici… et… je crois aussi qu’il m’a vu, alors si on pouvait ne pas s’éterniser je t’en serais assez reconnaissant mon pote... »

Je m’arrêtais un temps, sous l’effet de l’annonce.

« Mais… Scott déjeune pourtant au réfectoire des Protecteurs, normalement… »

Il y déjeunait même lors de ses jours de congés. Apparemment, c’était pour « donner l’exemple ». Son sens du devoir poussé à l’extrême. C’était l’un des points de sa personnalité qui causait le plus de problème dans sa vie sociale.
Le communicateur radio à ma ceinture se mit alors à clignoter, et je posais machinalement le doigt sur le bouton activant le son. La voix de Scott se fit alors entendre.


« Intrus potentiel repéré dans la zone du Colysée. Appel aux Protecteurs proches de se montrer vigilant, je vais vérifier. »

Sans attendre, je bondis de mon siège, attrapant Deadpool au passage par le bras, sous les yeux légèrement surpris de Kitty, entrainant le mercenaire avec moi.
Nous sortîmes ainsi précipitamment du restaurant, toujours tirant par le bras l’encapuchonné, me dirigea au pas de course vers l’entrée principale du Colysée. Pourquoi là bas ? Parce qu’il y aurait beaucoup de monde, et que c’était juste devant.


Ce n’est qu’une fois sous le porche, dans un coin où l’on ne pouvait nous voir de dehors, que je repris mon souffle. Et mes esprits. Je poussais alors un juron en m’attrapant la tête des deux mains.

« Merde ! J’ai oublié de payer le resto ! Et Kitty va me tuer pour être parti comme ça ! Et Scott va me tuer aussi ! »


J’aurais mieux fait de rester sur place, et d’expliquer calmement à Cyclope la raison de la présence du Mercenaire. C’eut été plus simple, logique et responsable. Non, à la place, je me suis embarqué dans une chasse à l’homme ridicule à travers l’Île. J’allais me faire engueuler par Scott, par Kitty, par Gambit, par le professeur et me ridiculiser un peu plus devant le reste d’Utopia, surtout qu’il y avait de grandes chances que je sois viré des Protecteurs après ça.

Mon regard se posa alors sur Deadpool. Une pensée traversa ma pensée « La stupidité serait elle contagieuse ? » avant que je ne l’efface rapidement. Parmi tous les défauts que l’on connaissait au mercenaire, la stupidité n’en faisait pas partit. Il était juste… Lui.
Et moi j’étais dans la mouise. Jusqu’au cou. Deadpool, lui, devait sûrement s’amuser comme un fou, même si je ne l’écoutais plus pour le coup. J’essayais de trouver une solution à cette histoire de dingue. Ma radio clignotait vivement, l’on tentait de me contacter. Je l’éteignis, tant pis. Cela ne pouvait pas de toute façon aggraver mon cas.
Il fallait que l’on trouve un moyen d’éviter de se faire attraper. Dans le Hall, Cyclope ou un autre protecteur pouvait arriver à n’importe quel moment. Dans les gradins, pareil. La dernière solution serait d’aller dans l’arène, mais c’était totalement fou, et sans logique.

Je me tournais alors vers Deadpool, qui avait été abordé par un homme que je ne connaissais pas, et qui ne semblait pas connaitre le mercenaire.


« Hey, le masqué ! Tu viens pour participer aux combats du jour ? Je t’emmène aux inscriptions ? Tu as un partenaire ?»

Dans la vie, c’est toujours quand ça va mal que ça empire, disait le proverbe. Et j’étais trop loin pour empêcher le Mercenaire de répondre sans attirer totalement l’attention sur moi. Foutus proverbes…
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Jeu 27 Fév - 21:17

Bien sur… le traditionnel ‘c’est pas les autres qui nous ont exclus, c’est nous qui avons choisit de nous éloigné du reste de la population’ comme s’il s’agissait d’une excuse potable et logique avec ça. C’était certainement vrai, après tout, personne n’avait mis les mutants à la porte de New York et si ça avait été le cas, ils auraient certainement choisit de se rebeller plutôt que d’intenter un exode lointain sur une île au beau milieu de l’océan, loin de tout, et plus particulièrement de la civilisation. Mais volontaire ou non, les mutants avaient fini pour la plupart par se séparer petit à petit du contact humain, pourtant quand on voyait les chose d’un autre point de vu, les mutants n’étaient qu’une V.2.0 des humains, ils n’avaient rien de bien différent si ce n’est le gène X  et par conséquent le fait qu’ils possédaient des capacités hors du commun. Mais sinon. A part ça. Qu’est ce qui nous différenciait du New Yorkais lambda ? Les impôts, le boulot, les petits soucis du quotidien, tout ça les mutants aussi le subissait et en plus de ça ils devaient supporter les brimades à leur égard maintenant que tous les malheurs du monde leur étaient mis sur le dos. Bientôt on aurait assisté à un retour vers le passé ou les mutants et les humains seraient séparés en société comme on séparait les noirs des blancs ou les juifs des ariennes. Tu m’étonnes que la plupart ait voulu éviter une telle dégringolade historique. Oh oui, bien sur on était encore très loin de revivre Auschwitz, mais un malheur arrive si vite.

J’écoutais Kitty m’expliquer qu’elle était persuadé qu’un jour les frontières d’Utopia s’ouvriraient au reste du monde et que les humains et les mutants pourraient à nouveau vivre ensemble sans se jeter des noms d’oiseaux à la figure… un bien belle philosophie à la Martin Luter King, mais pour le moment on était peut être pas encore au stade de ‘marchons tous mains dans la mains’. J’acquiesce d’un léger signe de tête, histoire de lui montrer que j’ai écouté ce qu’elle vient de dire et jette un regard en coin à Colossus qui m’envisage également. Dans son regard on pouvait aisément comprendre qu’il m’implorer presque de ne pas entamer un débat de font sur le sujet avec sa chère et tendre parce que la conversation pourrait ne plus jamais s’arrêter. Aussi j’entrepris de prendre une gorgée de mon soda comme si c’était moi qui venait de monologuer et que j’avais la gorge sèche.

« Tu as certainement raisons » Concluais-je avant de porter une bouchée de hamburger à ma bouche.

Finalement l’appel de la cuvette et plus fort que celui de la bouffe et je me lève pour abandonner les deux tourtereaux pour une durée plus ou moins indéterminée. Je souris en voyant que Pet’ n’a pas l’air spécialement rassuré de me voir m’éclipser de son regard persécuteur, après tout, il joue le rôle de chaperon et je suis un peu sous sa responsabilité. Comme un gamin qu’on place en famille d’accueil. En l’occurrence, Pet’ n’était ni mon père, ni mon tueur officiel et on était loin d’être marié alors même si je lui avais promis de me tenir tranquille et de rester avec lui, je me passais volontiers d’un accompagnateur pour aller au petit coin. Merci, mais non merci, j’ai pas besoin qu’on me la tienne. Je me retourne une dernière fois et je constate que Colossus est toujours assis et discute avec la jolie blonde. Au moins il n’aura pas essayé de me suivre en scred. Pourtant même alors qu’on aimerait juste pouvoir pisser tranquille de nouveau soucis se pointe. Scott est là et son regard à brièvement croisé le mien l’espace d’une demi seconde, c’est suffisant pour enclencher mes réflexe de lynx et j’oublis bien vite mon envie pressante pour retourner au près du petit couple et expliquer brièvement la situation à mon pote Peter. Il à l’air surprit… même, vraiment surprit !

« Ouais bah la bouffe d’aujourd’hui devait pas lui convenir ou alors il à eu envie de faire un tour pour la digestion parce que je suis pas encore assez dingue pour avoir des hallus de ce genre… » #C’est marrant mais quand tu dis ça, on y croit pas tellement !# -Après tout, t’entends bien des voix dans ta tête-

Et mes soupçons qui étaient plutôt de l’ordre de la certitude se trouvent rapidement confirmés lorsque la ceinture de Colossus se met à biper furieusement et que la voix de Cyclope s’en échappe pour prévenir de l’éventuelle présence d’un intrus au sein de la cité. Mon cœur s’accélère. Relaxe Max, tout ira bien. Pet’ va surement avoir la faaaaantastique idée d’allé parler à monsieur lunette de soleil pour lui expliquer que j’étais simplement là en touriste et que je ne comptais pas m’éterniser même si la bouffe y était vraiment excellente. En fait, en y réfléchissant bien, cette idée me semble particulièrement pourrie. Y a quand même 9 chance sur 10 que Scott décide de me faire arrêter ne serait-ce que parce que j’avais pénétré sur l’île sans autorisation aucune. Et chuis sur qu’en plus il y prendrait du plaisir ce chacal ! Ensuite je me farçirait certainement la critique de tous les X-men… plus particulièrement celle de Logan qui se fera une joie sans nom de me faire remarquer que je ne suis pas à ma place à Utopia mais qu’en revanche me retrouver derrière des barreaux me convient parfaitement. Je vois d’ici son sourire narquois  plein de dents pointues pendant qu’il me persécuterait avant de chercher à m’en coller une par pure ‘précaution’. NON hors de question ! Moi vivant je ne laisserai pas une telle chose arriver.

Mais j’ai à peine le temps de terminer le fil de ma propre pensée que Colossus m’attrape soudainement par le bras, me tirant de ma rêverie pour s’extirper du restaurant en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ‘Chimichangas’. Je suis pris par surprise, mais j’entre bien vite dans son rythme pour courir après lui, pas besoin d’être très futé pour comprendre qu’il opère un repli stratégique plus communément appelée fuite. Attends… QUOI ? #Ah bah ça devient plus intéressant maintenant !# -On est en cavale… encore… c’est p’t’être pas non plus the TOP of the situation.- #Ouais mais au moins sa bouge !# Je ne prends même pas le temps de demander à mon guide où est-ce qu’il compte nous emmener, et puis l’espace d’une seconde une idée me traverse l’esprit. Je me dit que peut être… Colossus risque de s’attirer de gros ennuis si on le voit prendre la poudre d’escampette avec moi sur ses talons. Pourtant, il ne me doit rien… alors si l’idée ne fait que me traverser l’esprit, la question, elle demeure. Pourquoi est-ce qu’il m’aide ? Il aurait pu tout aussi bien me livrer à Scott et le laisser se débrouiller avec moi. De cette manière il aurait achevé son rencart avec sa copine de façon romantique et plus si affinité. Mais non, il avait choisit de se barrer illico presto et avec moi.

Nous nous enflions dans la foule compacte qui borde le Colisée. Ca se bouscule, sa cris, sa s’insulte, sa se demande pardons, sa rigole, bref, un joyeux bordel au milieu duquel nous nous perdons pour échapper à la milice qui doit certainement déjà être à ma recherche. Pet’ semble avoir soudainement réalisé ce qui vient de se passer et commence à pester, moi je suis à deux doigts de me mettre à éclater de rire tant la situation m’amuse. Pauvre, pauvre Peter, il en aura vu des vertes et des pas mûres avec moi. Et on pouvait clairement dire qu’il n’était pas au bout de ses surprises. En effet alors que je me perds dans la contemplation de la voute sous laquelle je me trouve, je ne me rends pas vraiment compte que je me suis éloigné de mon chaperon et je sens une main venir se poser sur mon épaule. Je me retourne dans un sursaut pour faire face à un mec complètement inconnu au bataillon et qui ne semblait pas non plus savoir qui j’étais, en tout cas, il tenait sous son bras un calepin avec un stylo qui pendouillait accroché par une cordelette. Sa voix enthousiaste suffit pour me plonger immédiatement dans l’ambiance.

#Oh oui ! Oh oui ! Oh ouiiii un combaaat !# -Dans une véritable arène ! Comme les gladiateurs de l’Antiquité- C’est une occasion qui ne se représentera surement pas de si tôt. Alors dans un immense sourire, invisible aux yeux du mec qui me sourit également, je me retourne pour chercher Colossus du regard. Lorsque je tombe sur lui je fais face à l’Utopien pour acquiescer d’un graaand oui de la tête.

« OH Ouiiii ! Il est là bas ! Mon partenaire ! » Affirmais-je en pointant le concerné du doigt. « Bougez pas, j’vais vous le chercher »

Ni une ni deux, je me précipite sur Pet’ qui d’après son regard complètement déphasé et aussi sacrément inquisiteur, j’en déduis qu’il n’est pas du tout content.

« Quoi ?? Y faut se cacher non ? Alors autant pas faire les choses à moitié ! »

J’aurais pu sortir « joignons l’utile à l’agréable » mais non seulement la réplique aurait pu paraître louche, mais je doutais que l’éventualité d’un combat entre Colossus et moi ne le ravisse de joie.  Mais de toute façon on à plus tellement le choix, la Milice va forcément venir par ici, alors j’attrape mon chaperon par le bras et le tire dans la direction que nous indique l’inconnu, là il y a une file avec plein de mecs qui attentent de pouvoir faire marquer leur nom sur une liste, juste devant un mec assis à une table. Puis les gens inscrit pénètrent dans une petite porte et disparaissent. Je sautille sur place tandis que mon pote Peter lui arbore une expression totalement opposée à la mienne. Il fallait simplement prier pour que les miliciens d’Utopia n’ai pas l’idée de venir admirer les combats et nous serions tirés d’affaire. Lorsque c’est notre tour, l’homme assis prend notre inscription et comme tous les autres qui nous ont précédé nous passons une lourde porte pour nous retrouver dans une succursale basse de plafond et donnant accès à l’intérieur de l’arène. Mais pour le moment, cet accès est fermé par une grille. L’endroit dans lequel nous nous trouvons me fait vaguement penser aux cages où on enfermait les condamnés qui devaient se battre contre des lions ou des gladiateurs pour espérer obtenir la grâce de l’Empereur. De là ou nous somme, on peut voir des mecs passer le ballais et autour de nous, les autres inscrits commencent déjà à s’étirer et se préparer à leur futur combat. Pet’ ne semble toujours pas très emballé.

« Oh allé fait pas la tête ! C’est pas comme si c’était un truc sérieux en plus ! »
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mer 2 Avr - 15:03

« Quoi ?? Y faut se cacher non ? Alors autant pas faire les choses à moitié ! »

Je ne sais ce qui me retint sur le moment de l’assommer d’un coup de poing d’acier sur le front. Je pense qu’il le méritait, pourtant. Je pouvais l’assommer, puis trainer son corps inanimé jusqu’à Cyclope. Ou jusqu’à la mer, je le balançais à la flotte, et il se débrouillerait pour rentrer à la nage. Après tout, il avait un gêne de régénération, il pouvait se noyer puis recommencer à nager, se noyer à nouveau, ressusciter et repartir encore à la nage,  autant qu’il voulait. En tout cas, c’était ce qu’affirmait Logan. Cependant, je ne pouvais pas non plus lui imputer tous les tords. C’est moi qui l’avais conduit ici, et… Non, en fait c’était carrément sa faute, et je n’aurais jamais dût continuer à le couvrir… mais mouiller comme je l’étais maintenant.
Mon regard s’attarda alors sur lui pendant qu’il m’entrainait au bureau d’enregistrement des combattants. Je ne savais pas pourquoi, mais j’avais malgré tout envie de l’aider. Mon trop grand cœur, dirait Remy. Ou le fait qu’il me rappelle, dans sa gaité permanente ma sœur.
La voix de l’organisateur résonna alors dans mes oreilles.


« Ca alors ! Un de nos chers Protecteurs qui vient participer à un combat ! Quelle surprise ! Quel plaisir !

-Heu… C'est-à-dire que…


Tous les regards des alentours étaient maintenant braqués sur moi et Deadpool. L’uniforme de protecteur était définitivement un poids pour la discrétion. Au moins, le fait que je sois en forme humaine et non métallique m’évitait d’être reconnu.
Le type derrière le guichet semblait être encore un de ses allumés persuadés de faire le métier le plus indispensable au monde, et y mettait donc tout son enthousiasme.


-Je sais ! On va vous organiser un combat, avec votre partenaire, contre deux des champions du Colysée ! Je vois l’affiche d’ici… Un combat époustouflant… TITANESQUE ! Sous quel nom dois-je vous inscrire ? »

J’étais piégé, impossible de faire machine arrière. Mais je ne pouvais donner nos véritables identités. Déjà parce que Deadpool était en situation illégale sur l’île, et que si il était annoncé qu’il participait à un combat, l’info finirait forcément aux oreilles de Scott. Quand à moi… Vu ma popularité, autant éviter également. Un regard sur le formulaire qu’avait rempli le mercenaire me confirma qu’il s’était inscrit sous son vrai surnom. Mais comment pouvait-il rester en vie ?!? Ah, oui… Il était quasi immortel. Sans doute que ça aidait.
En cherchant de l’aide autour de moi, je finis par avoir une idée pour nous sortir de ce pétrin. Je pris le stylo moi-même, et remplit rapidement nos deux fiches, et les rendis avec un sourire à l’organisateur. Après tout, quitte à suivre un plan foireux, autant le faire jusqu’au bout.


Nous nous dirigeâmes alors vers le « vestiaire », où d’autres combattants étaient réunis. Je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter quand aux conséquences de notre petite virée.

« Oh allé fait pas la tête ! C’est pas comme si c’était un truc sérieux en plus ! »

Je me retournais lentement, détaillant le mercenaire des pieds à la tête.

« Pas sérieux ? Si tu avais lu la fiche que tu as rempli, tu aurais vu toutes les clauses d’acceptation des risques, de non-poursuites en cas de blessures graves et la non responsabilité des organisateurs en cas de décès…

Bon, dans les faits, il n’y avait encore jamais eut de mort au Colysée depuis son entrée en vigueur. Et je n’avais pas envie que le premier le soit pendant notre combat. Mais les blessures étaient plutôt courantes, surtout quand les combattants possèdent tous des pouvoirs surhumains.

-La semaine dernière, il y a eut un combattant avec le bras arraché… Et lorsque Pyro a participé à une battle royale, l’aile des grands brûlés a été remplie… »

J’espérais que ces annonces le refroidiraient légèrement, même si j’en doutais sérieusement. Ce fout à ce moment là qu’un assistant vint à notre rencontre.

« Messieurs, c’est à vous au prochain combat. Si vous voulez bien me suivre… »

Il nous entraina jusqu’à un guichet, qui était au fond du vestiaire, dissimulé dans un recoin de la salle. Il était gardé par un grand mastoc qui nous regarda à peine, occupé qu’il était à regarder son écran d’ordinateur. Il commença à parler, sans même nous regarder.

« Merci de déposer toutes vos lames et armes à feu. Nous vous les mettrons de coté et rendrons quand vous aurez fini. En attendant, on peut vous les remplacer, si vous voulez, par des répliques en bois et des armes à balles de caoutchouc.

Il ne semblait même pas s’intéresser à ce qu’il disait, mais je poussais légèrement Deadpool en avant pour qu’il se déleste de son équipement. Je n’étais pas au courant d’une telle formalité (je ne m’intéressais pas plus que ça au Colysée en règle générale, aussi), mais je devais avouer qu’elle m’arrangeait plutôt.
Une fois que mon « coéquipier » eut changé ses armes, nous fîmes mine de partir lorsque le grand mastoc reprit la parole.


-J’ai dit qu’il fallait laisser toutes les lames…

Je m’arrêtai sur le coup, fouillant par sécurité mes poches, tout en sachant qu’elles ne contenaient rien qui pouvait s’apparenter à une lame, et mon regard se porta alors vers le Mercenaire, fronçant les sourcils comme quand je me rendais compte que l’un des élèves de l’Institut faisait l’andouille dans mon dos.

-Rassure-moi… Tu n’es pas en train d’essayer de dissimuler une arme… ? »

Bien sûr qu’il essayait, et c’était avec un soupire je le laissais régler son histoire de lame avec le préposé directement, pendant que je m’éloignais vers la porte menant à l’arène. Je n’étais pas quelqu’un qui perdait son sang-froid devant le danger. Pourtant, je devais avouer qu’un combat devant des milliers de spectateur m’angoissait un peu. J’entendais des exclamations devant de l’arène, la foule rugissant, des bruits assourdis de combat, et soudain… Un cri qui déchira l’air, puis le silence… Suivit d’une explosion de cris et d’applaudissement. Le combat venait de se finir.

La porte s’ouvrit, et je m’écartai pour laisser passer un brancard porté par deux secouristes, et contenant le combattant vaincu qui avait le torse et le visage maculé de sang. Un de plus à rajouter sur la liste des blessés de la semaine.


« Monsieur ? C’est à vous. »

Surpris, je sursautai avant de me rendre compte qu’il s’agissait de l’employé vu plus tôt. Il m’indiquait calmement la direction de l’arène, et je vis que Deadpool m’attendait déjà pour y rentrer. Poussant un énorme soupire, j’attrapais une serviette éponge sur une pille de linge propre et me la noua autour du visage comme un bandana. Quelques pas, me mettant à la hauteur de Deadpool, et je lui posai la main sur l’épaule.

« Allez. Allons-y, Tovaritch. Ah, et garde bien ta capuche. »

Et nous entrâmes dans la lumière de l’arène. Celle-ci était clairement différente des arènes antiques. Oh, le style architectural s’en voulait proche, mais… C’était clairement plus neuf. Le sol, lui, était recouvert d’une couche de sable pour amortir les chutes. Cependant, ce fut l’ambiance, lourde et chaude, qui me surprit le plus. Juste avant que les spectateurs se mettent à rugir en cœur des acclamations de joie, tandis que résonnant la voix du speaker.

« MESDAMES ET MESSIEURS !!! UN TONERRE D’APPLAUDISSEMENT POUR NOS CHAMPIONS DU JOUR !!! POUR LA PREMIERE FOIS AU COLYSEE, NOUS ACCEUILLONS L’UN DE NOS VALEUREUX PROTECTEURS !!! FAITES UN TRIOMPHE AU « PROTECTEUR MASQUE », ET SON COMPAGNON, LE « NINJA A LA CAPUCHE » !!!

J’ignorai le regard narquois que me lança le Mercenaire. Oui, ces surnoms étaient hyper kitch, mais je n’avais pas trouvé mieux pour protéger nos identités, surtout la mienne. J’avais déjà décidé de ne pas utiliser mes pouvoirs pour ne pas être reconnu. Et puis, les spectateurs avaient l’air de s’en foutre totalement.

-ILS SERONT LES ADVERSAIRES DE VOS CHAMPIONS !!! VOUS LES CONNAISSEZ BIEN… VOUS LES AIMEZ… C’EST BIEN SÛR NOTRE DUO SOUVERRAIN, FAITES PLACE A BERNACLE ET PROJECTOR !!!

Mes yeux s’agrandirent légèrement sous la surprise. Bernacle et Projector ? C’était deux acolytes de Magnéto, et pas parmi les meilleurs… Je les connaissais un peu, vu que j’avais moi-même était des leurs un temps. En tout cas, ils faisaient une entrée en triomphe dans l’arène. Ils devaient profiter que tous les meilleurs combattants se retrouvaient occupés entre la garde civile et les Protecteurs, certains des Seconds Couteaux en profitaient pour se faire un nom.


-Deadpool, fais gaffe… Se ne sont pas des combattants d’élites, mais ils sont rompus au combat et maitrisent bien leurs pouvoirs… Le grand c’est Projector, il est capable de produire des champs de force défensifs… L’autre, Bernacle, est capable de transformer la sueur en une sorte de croûte solide… Je pense qu’il faudrait… »

Je ne pris même pas la peine de finir ma phrase. Il était déjà au combat sans m’écouter. En râlant, je me mis à courir pour le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mar 24 Juin - 15:15

Je trépignais d’impatience ! Un  combat ! Enfin un combat après avoir joué les touristes bien sagement aux côtés de Colossus pendant une bonne partie de la journée… qui aurait cru que se tenir tranquille était une chose si compliquée ?! En tout cas moi je n’aurais sans doute pas tenu une minutes de plus. #Ah parce que tu trouves qu’on c’est bien comporté jusqu’à maintenant toi ?# Bah oui quel question, je n’ai soulevé aucune émeute, tué personne et je n’ai pas non plus attiré d’ennuis à Pet ‘… C’EST UN SANS FAUUUTE ! –Excepté peut être le coup du Colisée…- Quoi ?? Vous êtes tous d’accord pour dire qu’on se fait quand même grave chier non ?! #Vrai# -Pas faux…- Alors ! Un combat c’est sans doute la meilleure chose qui pouvait nous arriver ! On va pouvoir casser la gueule à des gens mais de façon officielle sans avoir d’ennuis à la fin parce qu’on à un peu trop abîmé le mec en face de nous. Franchement, je sais pas ce qui vous faut de plus ! On va bien s’amuser c’est indéniable ! Mes mains tremblaient d’excitation et il fallait que je me contienne du mieux que je le pouvais pour éviter de faire des bons de joies alors que Peter lui semblait déjà au trente-sixième dessous… le pauvre… il ne sait décidément pas comment on s’amuse. D’ailleurs je ne sais pas ce qu’il est entrain de baragouiner aux mecs de l’organisation, mais une chose est sure, ça m’a l’air bien trop sérieux pour moi. Lorsque mon chaperon  reviens vers moi en me toisant d’un regard qui en ferait fuir plus d’un et que je m’efforce à essayer de détendre l’atmosphère en lui faisant comprendre que ça ne sert à rien de se prendre au sérieux, lui, il prend un malin plaisir à pourrir ma tentative de le faire relativiser en me détaillant l’état dans lequel avaient fini certains participants (ou plutôt certains perdants) aux combats du Colisée. Mais franchement… on ne peut pas dire que ses tentatives désespérées de me faire peur fonctionnent. Moi de toute façon avec mon facteur guérisseur, je ne crains ni d’être brûlé ni de me faire arracher un bras… quoi que… dans l’idée, je préfèrerais quand même éviter…

« Mais comme de toute façon c’est nous qui allons gagner mon pote… on a aucun soucis à se faire ! »

J’avais prononcé mes paroles entre deux éclats de rire, oui, il fallait dire ce qui est, je m’amusais beaucoup, et ce qui m’amusait encore plus c’était de voir le visage déconfit par le dépit de mon ami Peter qui devait certainement se maudire de m’avoir couru après dans les ruelles d’Utopia, pour finalement se proposer de me servir de guide pour la journée. Je passais une main rapide sur son épaule afin de le faire relativiser, mais mon geste semble n’avoir d’autre effet que d l’exaspérer d’avantage. Mon cher Pet’ détend toi, pète un coup ça ira mieux ! Comment peut-on vivre en étant tout le temps aussi stressé que lui ! Il allait finir par nous faire un infarctus et me claquer dans les bras si ça continuait comme ça ! Finalement, un des organisateur viens nous chercher, c’est ENFIN notre tour. J’ai l’impression que ça fait des heures que je suis planté comme un poireau dans cette petite pièce et faire les cent pas ne m’aide absolument pas à faire passer le temps. La patience, est une vertu que je ne possède malheureusement pas, et lorsque nous nous dirigeons enfin vers l’arène, j’ai l’impression que ca fait des années que j’attends ce moment. Mais je vais devoir prendre mon mal en patience encore un moment car à peine avons-nous fais trois pas qu’un mec assis derrière un ordinateur viens nous réciter son texte comme une machine qui n’en aurait rien à faire des gens qui participe aux combat. J’aurais certainement pu être fringué d’un tutu rose et danser la macaréna qu’il ne s’en serait probablement même pas aperçu. #Déposer nos armes ?? Mais c’est pourri !# -On ne va quand même pas se battre avec des sabres en bois comme des minables apprentis Kendoka !- Relaaaxe ! Deadpool peut se battre avec n’importe quelles armes ! Bon certes l’idée de laisser les miennes à ce type ne me plaisait pas vraiment, mais j’imagine que de toute façon il ne nous laissera pas rentrer dans l’arène tant que je ne me serai pas entièrement dépoilé.
Je pousse un soupir kilométrique de dépit avant de lui remettre mes deux Katana, ainsi que les deux Glock qui pendaient à ma ceinture, un poignard ceinturé à ma cuisse droite ainsi que quelques grenades que j’avais planqué sous mon sweet… bah quoi… le dicton dit bien « sortez couvert ». Je me prépare enfin à suivre Pet’ jusqu’à l’arène lorsque je me fais encore arrêter par le même mec à la voix monocorde qui d’ailleurs ne me regarde toujours pas. QUOI ?? Mais j’ai tout déposé !! Y va me gonfler encore longtemps le fonctionnaire ??? D’ailleurs, ce n’est pas le seul à douter de ma franchise, Pet’ ne se fait pas prier pour me réprimander à sa manière et je lui réponds sur un timbre de voix outré.

« Tu doute de mon honnêteté ????! Franchement chuis vexé… » Je croise les bras contre ma poitrine avant de finalement pousser un profond soupir devant le regard insistant que me lance Colossus. « Ok, ok, ok j’y retourne !!! Mais arrête de me regarder comme ça ! »

Sur ceux je retourne auprès du mec qui me casse déjà les pieds à regarder on écran pendant qu’il me parle et tire une dernière lame de ma manche avant de la planter ni plus ni moins dans le bois du bureau avec une violence et une mauvaise fois non contrôlée histoire de faire se réveiller ce pauv’ type. Puis je récupère les sabres en bois pour les rengainer à la place de mes vrai lame et retourne auprès de Colossus le pas lourd. Y a pas à dire, d’un seul coup, ça deviens bien moins amusant. Et puis je commence sérieusement à en avoir ma claque d’attendre. Si Pet’ semble assez détendu malgré son apparente contrariété à se trouver ici, moi en revanche je commence déjà à bouillonner de l’intérieur. Je n’en peux plus d’être enfermé entre quatre mur, j’ai l’impression d’être dans une cellule et cette sensation ne me plais pas du tout. Alors déjà je commence à pousse de long soupir d’agacement et tape frénétiquement du pied en serrant les poings. C’est long… c’est vraiment trop long. Je commence à tourner en rond comme un lion en cage qui n’aurait rien mangé depuis plusieurs semaines et grommèle sous la capuche de mon sweet tel un gosse près à faire un caprice parce que son tour de manège n’arrive pas assez rapidement.

Finalement, des bruits d’acclamation raisonnent au niveau de l’arène, puis un tonnerre d’applaudissement et enfin, la porte qui s’ouvre. Aaaaaaah misère ! Dites-moi que c’est ENFIN à nous !!! Ca fait déjà trop de fois que je me fais feinter ! Je laisse passer un brancard dévoilant un pauvre type couvert de sang qui gémissait des paroles complètement incompréhensible. Bah dit donc… celui là il à du se retrouver contre un type particulièrement badass… J’esquisse un petit ‘coucou’ de la main au brancard qui s’éloigne et me rapproche de mon ami Peter et un autre type vient prononcer les mots de la délivrance « C’est à vous » OUIIIIIIII je manque de laisser éclater toute ma joie, mais me ravise tout de même devant l’air décontenancé de mon partenaire qui pose une main sur mon épaule avant de s’avancer. Je n’écoute qu’à moitié ce qu’il a à me dire et me contente d’acquiescer d’un signe de tête. Nous entrons alors dans l’arène, accueillit par une foule en délire. #C’est tous les jours qu’on se fait acclamer par la foule# -Je dirais même plus, c’est carrément rare !- Peut être, mais pour aujourd’hui, nous sommes des stars !!!! La scène, les photographes, c’est presque comme à Hollywood ! # Sauf que là, on n’est pas entrain de jouer un rôle au cinéma# -C’est tout pour de vrai !- ENCORE MIEUX ! On va pouvoir se donner à fond ! La voix du speaker retentit dans les airs et je lance subitement un regard inquisiteur en direction de Peter pour lui murmurer à l’oreille.

« Mec… c’est quoi ces nom pourris que tu nous à refourgué ! Tu veux que je me tape la honte de ma vie ou quoi ? » #Bonjour la réputation...# -Heureusement que le ridicule ne tue pas...-

Mais Colossus ne semble pas faire cas de ma remarque, d’ailleurs les spectateurs ne semblent pas non plus faire très attentions aux pseudonymes totalement pérav que nous avait trouvé cet abrutit de Pet’. Décidément, j’ai vraiment une sainte horreur d’être ignoré. Mais mon agacement s’envole bien vite au moment ou les acclamations de la foule raisonne plus fort encore et que les noms de nos adversaires nous sont enfin dévoilé. Soyons franc… aucun de ses deux gus ne me dis quoi que ce soit, mais très franchement, ça n’a… strictement aucune importance, ils auraient pu s’appeler Antonin et Suzette que le résultat auraient probablement été le même. En tout cas à en juger par leur tronche, ils n’avaient pas l’air de deux rigolo. Tant mieux j’allais pouvoir me donner à fond. Je dégaine mes armes de fortune pour me préparer à attaquer lorsque j’entends la voix de Colossus me murmurer quelque chose… mais ma patience à été mise à rude épreuve trop longtemps, je ne l’écoute même pas jusqu’au bout et me lance directement à corps perdu dans le combat sous les acclamations de la foule en délire. Le vent soulève une poussière qui rend la vision approximative, mais ce n’est pas comme si ça allait me poser problème. Sabre en main, j’accoure à toute vitesse en direction de celui qui si je me souviens bien de leur nom se fait appeler Bernacle, sans me préoccuper de Peter que j’ai littéralement abandonné sur place. Mais il faut croire que mon adversaire est loin d’être un débutant et j’ai à peine le temps d’entrevoir sa silhouette que celle si disparait dans le nuage de sable pour attaquer en mode furtif par derrière. Mais c’est sans compter mes sens de mercenaires aiguisés et je viens immédiatement parer son assaut à coup de sabre en bois. Certes… ça n’a pas du lui faire bien mal, mais c’est déjà mieux que de se prendre un coup en pleine tronche. Maudite camelote en bois… Je profite alors d’avoir réussit à bloquer son attaque pour reculer et préparer une attaque, la pointe de mes sabres en direction de son torse. Je ne risquais peut être pas de trancher grand-chose avec ces breloques, mais avec un peu de chance, je pourrais transpercer quand même. De son côté, Peter devait avoir certainement beaucoup à faire avec le seconds adversaire qui, puisqu’il c’était sans nulle doute sentit carrément ignoré pour le premier assaut avait décidé de se venger sur Colossus. Le combat venait enfin de démarrer et BON SANG que ça faisait du bien !!!!
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Ven 4 Juil - 22:59

Il courait vite, pour quelqu’un qui râlait quelques secondes avant. Il ne trouvait peut être pas nos « noms de scènes » à son goût, mais il se déchainait comme si sa réputation était en danger.
Il fut rapidement aux prises avec Bernacle. S’il m’avait écouté, il aurait sût qu’il était parfaitement rompu au combat au corps à corps, et que la croute dont il pouvait se recouvrir lui ferait encaisser sans broncher les attaques du Mercenaire.

Je me mis à courir dans leur direction, pour préter main forte à Deadpool, lorsque je me pris en pleine face un champ de force. Comme un débutant, je m’étais laissé distraire et j’avais oublié Projector, qui lui ne m’avait pas oublié. Il avait intelligemment contourné le combat pour m’attaquer par le coté, plaçant un mur grâce à son pouvoir devant moi, que je venais de percuter.
L’un et l’autre n’étaient pas des immenses combattants. Ils n’égalaient pas Dent-de-Sabre, ou Pyro, en terme de dangerosité. Et ils étaient moins agiles que Mystique. Mais je devais leur concéder qu’ils avaient parfaitement assimilé les règles du Colisée. Ils avaient l’habitude des combats ici, et s’étaient perfectionné dans leurs techniques. Et ils avaient vraiment envie de gagner. Pour les vaincre, il allait falloir que je me réveille vraiment.

Sans doute qu’en me transformant, je gagnerais un avantage certains sur eux. Mais j’avais prit la décision de ne pas le faire. Je devais donc gérer le combat autrement. Projector envoya sur moi plusieurs jets de son champ de force, que j’esquivai sans trop de difficulté, en me projetant vers l’avant. Une roulade plus tard, je me relevais à deux mètres du Confrériste, et me prit un nouveau mur créé par mon adversaire. Un peu sonné, je ne pus esquiver l’attaque suivante qui me cueillit au creux du ventre, m’envoyant rouler à plusieurs mètres de là.

En me relevant, je vis que Deadpool galérait également contre son adversaire. Avait-il un membre « encroûté » ? Avait il au contraire réussit à trouver une parade ? Je n’en savais rien. Et je n’avais pas le temps d’aller lui prêter main forte.

Je fus tiré de ma contemplation par un champ de force qui tenta de m’écraser au sol. Roulant sur le coté, je me relevai encore, et me dirigea prudemment vers Projector, en faisant attention à esquiver les champs de force devant moi et ceux qui me fonçaient dessus. Si j’arrivais au corps à corps, je pourrais épingler ce crétin. Mais il fallait que j’y arrive.
Tout crétin qu’il était, il n’en était pas moins expérimenté. Il ne me laissait pas approcher, bloquant mes mouvements par ses champs de force. Heureusement pour moi qu’il était obligé de lever ses « murs » avant toutes projections offensives, je grappillais quelques pas à chaque fois.

Mètre après mètre, je m’approchais. Mais arrivé à environ trois mètres de lui, il changea de technique, et tenta de me repousser avec son champ de force. Je fus propulsé vers l’arrière une fois, puis une deuxième. Il s’apprêtait à le faire une troisième fois, sauf que je réussis à sauter sur le coté, esquivant le champ de force, et prenant par surprise le Confrériste qui me vit lui débouler dessus. Mon poing fusa, mais au lieu d’atteindre le menton pointu de mon adversaire, il rebondit, ouvrant ma garde.

Je réalisai alors que j’avais été roulé. Projector s’était entièrement entouré de son champ de force, se créant comme une armure autour de lui. Son poing percuta mon propre menton, et je décollais presque sous l’impact. Il s’était vraiment amélioré.
Je m’écroulais dans la poussière de l’arène, et me rendit compte alors que mon masque de fortune s’était décroché. Me redressant, mon regard se planta dans celui de mon adversaire. Le visage marqué par la surprise, il était surtout devenu livide.


« Colossus… Mais comment… Pourquoi… »

Ma couverture était grillée, ou en tout cas en partie. Si je parvenais à le faire taire avant qu’il n’alerte la foule qui était trop loin pour voir mon visage…
Sous sa surprise, il avait baissé son champ de force. Je pus en profiter pour le faucher au niveau des jambes. Il s’écroula, mais se releva malgré tout plus vite que moi. Son visage avait changé, il n’arborait plus son sourire sûr de lui et arrogant du début, mais avait une tête entre la peur et la colère. Il ne s’attendait pas à ma présence, et voyait déjà toute sa réputation partir en fumée.

Je me relevai, lui faisant face, et m’apprétai à lui sauter dessus… Mais Projector changea sa méthode. Son champ de force m’entoura totalement, et je me retrouvai enfermé dans un cylindre indestructible, dont même le sommet était bouché.

Je ne savais pas quel était le but, m’étouffer ou me retenir suffisamment longtemps, mais le résultat était là. J’étais coincé dans un espèce de bocal. Je tambourinais contre les parois, même si je savais que je ne réussirais pas à les briser, mais espérant attirer l’attention de Deadpool. Projector était sans défense, si le Mercenaire réussissait à le distraire juste assez pour qu’il perde le contrôle de son champ de force…

Et en plus… La foule s’était mise à scander le nom de Projector, l’encourageant à persévérer. Injustice, quand tu nous tiens…
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Mar 30 Sep - 14:33

[HRP : Et voilaaa après tant d'attente, je te réponds enfin *w* Désolé d'avoir était aussi long, ça se reproduira plus TwT]

A peine le combat commencé et déjà les ennuis semblait me coller au train comme les huissiers d'un chômeurs en fin de droits. J'avais complètement oublié la présence de mon ami Peter et le laissait au prises avec Projector pendant que je m'occupait de son pote dont le pouvoir m'était déjà entièrement sortit de la tête. L'engagement n'avait pas été simple, et il était clair que le bougre avait plus d'un tour dans sa manche pour m'en faire baver bien comme il faut, mais qu'à cela ne tienne, je n'avais pas attendu un combat aussi longtemps pour me faire rétamer à seulement quelque seconde du début de notre affrontement. Je misais beaucoup sur ma vitesse et aussi étrange que cela pouvait paraître, mon adversaire semblait ne pas beaucoup faire d'effort pour suivre mes mouvements, se contentant d'esquiver habilement ça et là, un coup de pied retourné, une frappe de mon katana en bois, ou encore les tentatives jusqu'à présent désespérées de lui flanquer un bon coup de boule façon Zinedine Zidane. La tout de suite ça commençait à devenir franchement lassant. Et dire que quand je me retournait brièvement pour m'assurer que Pet' était toujours vivant, celui ci se trouvait aux prises avec un adversaires de tailles qui l'envoyait valser à l'autre bout du Coliseum grâce à ses champs de forces. PAS JUSTE! Pourquoi le mien fait rien que de fuir le combat??!!

Mais "fuir" n'était peut être pas le mot le plus adéquat à utiliser en se qui concernait mon adversaire, et j'allais bien vite me rendre compte du petit jeu qu'il préparait doucement, le sourire au lèvres. J'avais bien remarqué que Bernacle ne m'avait pas lâché du regard une seconde, pendant que je m'acharné à le cribler de coup... tout cela sans la moindre réussite... j'avais même eu le réflexe de sortir mes flingues, mais mes mains c'étaient lamentablement refermé sur les étuis vides tandis que je crachais un jurons en me souvenant que j'avais du laisser mes armes à ces abrutit d'organisateur. pfft... comment voulez vous mener un combat digne de ce nom avec ces jouets pour enfants?! Je rangeais les sabres de pacotille dans mon dos pour me concentrer plus hâtivement sur l'effet de surprise, d'un coup de la tranche du pieds, j'envoyais un nuage de sable à la figure de mon adversaire que j'entendais vaguement toussoter sans pour autant sembler plus dérangé que ça. Je profitait de sa perte temporelle de visions pour me glisser derrière lui et lui sauter dessus en prenant appuis sur l'un des mur de l'arène. Poing en avant, il n'avait aucune chance d'esquiver mon coup cette fois ci, et c'est sans surprise que je sentis mes doigts s'enfoncer dans la chaire de sa joue, le propulsant en arrière. Mais... mais malheureusement pour moi, il semblait que mon coup de poings n'avait pas eu l'effet auquel je m'attendais, en effet, Bernacle semblait pratiquement indemne... Mais POURQUOI??? #Si tu avais mieux écouté les conseils de Peter tu ne demanderais pas "pourquoi"# -Mais bon... comme c'est pas notre genre d'écouter, on te donnera pas la réponse- Bande de lâcheurs... #Relaxe, on va surement pas tarder à avoir la réponses!# -Regarde!-

Bien vite la poussière retombe et je plisse les yeux en constatant que quelque chose recouvre la partie droite du visage de mon adversaire, comme une sorte d'armure solide qui aurait amortit mon coup. D'ailleurs, l'adrénaline redescendant, je note finalement que quelque chose semble empêcher mon poings de se rouvrir. Un coup d'œil rapide à ma main et je constate bien vite que la même matière solide recouvre une partit de mes doigts... eek... mais qu'est ce que c'est que ce truc???!! Ah attends... ça y est je crois que je me souviens du pouvoir de ce mec! Son truc c'est... /ZBAM/ Je n'ai pas le temps de réfléchir plus longtemps qu'un coup semblable à un choc provoqué par un marteau vient cogner brutalement contre mon visage, m'envoyant balader à plusieurs mètres de là pendant que la foule en délire se plaisait à encourager le camps adversaire. Je me relève sonné et le poings toujours prisonnier, et comme ci ça ne suffisait pas, Bernacle me fonde littéralement dessus, à bah tien... cette fois il attaque! Je ne met pas longtemps pour piger que son petit manège d'esquive et tout le bordel, c'était certainement pour me fatiguer d'avance afin de pouvoir en profiter pour me faire la peau. Maintenant je comprend un peu mieux le sens de l'expression "suer sang et eau"... Bon, Bon remet toi Deadpool, ce type ne peux pas te faire grand mal de toute façon vu que tu peux te régénérer! #Si tu pouvais simplement éviter de finir en statue ça nous arrangerait quand même# -Utilise un peu ta tête pour changer! Y suffit que ce type n'entre jamais en contact physique avec nous!- Ouais, ouais, ouais... j'avais comprit hein?! Alors je me décide à échapper à la ligne de vision de Bernacle pour tirer un katana de son fourreau. J'esquisse une grimace devant l'arme en bois, décidément, le coup des katana de gosses il me reste encore en travers de la gorge. Mais bon puisque pour l'instant je n'ai que ça, alors autant les exploiter aux maximum. Et puis je suis bien meilleur avec une arme dans les mains... enfin, se serait tout de même plus pratique si je pouvais me servir des deux...

Mon adversaire n'abandonne pas aussi facilement, sa vitesse est impressionnante et il se retrouve bien vite au corps à corps avec moi. Je pare chacune de ses attaques avec mon sabre sans pour autant parvenir à trouver une ouverture dans sa garde afin de pouvoir le repousser.

« Tu sais que tu commences à devenir un peu trop collant à mon goût toi! Va voir ailleurs si j'y suis! »

D'un coup vif et bien placé, j'envois la lame de bois dans le ventre de Bernacle qui heureusement pour moi avait du être déconcentré par mes paroles, et il se recroqueville sur son estomac suffisamment longtemps pour me permettre de me tailler en douce dans un nouveau nuage de poussière. Muhahaha plus efficace encore que les grenades fumigènes ce truc! D'un rapide coup d'œil, je cherche Colossus du regard, c'est vrai que je l'avais complètement oublié celui là et ça faisait bien longtemps que je ne prêtait plus attention à son combat contre l'autre mec. Lorsque je l'aperçu finalement, et bien comment dire... sa situation semblait encore pire que la mienne. Il était visiblement prisonnier d'une sorte de champ de force, surement mis en place par Projector et voila qu'il tambourinait contre les parois comme un dingue afin d'en sortir. Heureusement pour moi, l'adversaire de Pet' ne m'avait pas vu mettre une rouste à son pote et je parvins à m'approcher discrètement (dans la mesure du possible bien sur) derrière le type qui tenait Peter prisonnier de ses filets.

« Hey! On est pas venu ici pour se faire mettre en boite alors t'es gentil tu lâches mon pote! »

Projector se retourne dans ma direction, il ne s'attendait visiblement pas à ce que je débarque et à baissé sa garde, des ouvertures pour le frapper il y en a partout alors je lève mon katana en bois en direction de son cou et frappe avec toute la force que je possède contre sa clavicule. Il retient tant bien que mal un hurlement de douleur alors qu'il se maintient l'épaule... avec un peu de chance, je lui ai brisé un os ou deux... Le champs de force disparait autour de Colossus et je m'approche de lui avec un air triomphant

« Bah alors Machin... » Oui j'ai complètement oublié le nom de scène qu'il c'était attribué... « D'habitude c'est les poissons rouges qu'on enferme dans un bocal! Non, non, ne me remercie pas, je n'ai fait que mon devoir... »

Je n'ai pas vraiment le temps de fanfaronner très longtemps que je sens un poids s'abattre directement sur mon dos. Je n'avais pas correctement surveillé mes arrières et Bernacle venait ni plus ni moins de me sauter dessus. ET MERDE revoilà le pot de colle! #Parfois t'es vraiment déconcertant Wade...# -Ah parce que tu sais ce que "déconcertant" veut dire toi?-  #Je sais que c'est péjoratif... c'est largement suffisent.# Bon et si vous faisiez quelque chose au lieux de me descendre! -Et qu'est ce que tu veux qu'on face hein?-
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   Jeu 30 Juil - 1:10

De ce que je voyais du combat entre Deadpool et Bernacle, le mercenaire semblait avoir du mal à se remettre de l'absence de ses armes. Ou alors c'était le repas qui lui restait sur l'estomac. Ou il était un très bon acteur et il avait comprit que l'on devait éviter de se faire remarquer et un combattant moyen était une bonne couverture... Mouai. Pas crédible.

Enfin, il fini par stopper son adversaire et venir me donner un coup de main. Heureusement, d'ailleurs, je commençais à sentir l'air me manquer dans le champ de force. Mon instinct me criait de me transformer, mais ma raison me conseillait de ne pas le faire. Projector, lui, semblait toujours en pleine réflexion pour comprendre la raison de ma présence ici et de ma non transformation. Ce qui l’empêcha du coup de voir Wade arriver dans son dos.
Le coup du mercenaire était redoutablement bien placé. Non, il n'était pas surévalué, le clone génétique de Wolvy, il avait le même sens martial que le « modèle de base ». Avec plus de fantaisie, sans doute.

Le champs de force céda, et je pus respirer à nouveau. On ne se rend jamais assez compte de combien l'oxygène fait du bien.


« Bah alors Machin... D'habitude c'est les poissons rouges qu'on enferme dans un bocal! Non, non, ne me remercie pas, je n'ai fait que mon devoir... »

Je le foudroyais du regard, retenant ma réponse, au moment où Bernacle tomba sur mon collègue. Littéralement. ~Bien fait !~ Pensais en mon fort intérieur sans réprimant le sourire ironique qui voulait poindre sur mes lèvres, pour aller l'aider.

Bernacle avait un pouvoir redoutable au corps à corps. Malgré son physique ingrat, il était un bon combattant, et pouvait à la fois protéger son propre corps et emmurer ses adversaires en transformant la sueur en une croûte épaisse. Pas très glamour présenté comme ça, mais il avait faillit mettre Ororo hors d'état de combattre, une fois, et sans la claustrophobie (et la panique qui lui fit perdre le contrôle de ses éclairs) de ma camarade, elle aurait perdue.
De plus, vu les progrès de Projector, lui aussi avait dût s'améliorer. Mais son pouvoir a une faiblesse, il lui fallait pouvoir toucher autrui et que de la sueur soit présente. Et j'étais convaincu que sa surcharge pondérale n'avait pour seul but que de l'aider à transpirer autant que possible. Non, Bernacle n'était pas glamour, définitivement.


Sans hésiter, j'attrapais Bernacle qui était en train d'essayer de maîtriser Wade par le col de sa tenue, le tirant brutalement en arrière. Sous la surprise, il lâcha Wade, et j'en profitais pour l'attraper aussi par la ceinture, me permettant ensuite de le projeter comme on balance un encombrant plusieurs mètres plus loin. Heureusement que j'entraînais mon corps autant que mes pouvoirs.

« Ninja à la Capuche, je m'occupe de Bernacle. Occupe toi de Projector, mais fait gaffe à ses champs de force, surtout quand il s'en sert au corps à corps ! »

Difficile de dire s'il m'avait écouté, ou s'il avait comprit ce que j'avais dit, en tout cas, je ramassais mon masque de fortune et me dirigeais vers mon nouvel adversaire. Deadpool était capable d'esquiver beaucoup mieux que moi les attaques de Projector, et j’espérais qu'il accepterait mon plan.

Bernacle s'était relevé en m'attendant, lui aussi ayant changé de couleur en voyant mon visage pendant que j'essayais de remettre mon masque. Sur l'ensemble de nos rencontres, peu s'étaient bien passée, surtout pour lui. Je n'avais pas avec lui le contentieux que je pouvais avoir avec d'autres Confréristes, mais le résultat était le même. Il ne m'aimait pas (un de plus), et il avait peur de moi comme de tous les autres Xmens.

Nous restâmes face à face quelques secondes, lui se demandant s'il devait attaquer, moi me demandant comment faire pour éviter un combat au corps à corps qui était inévitable.
Surtout que je n'étais pas en position de force. Je devais préserver mon identité, et ne devait donc pas utiliser mes pouvoirs. Par conséquent, la majeure partie de mon entraînement au combat, et de mes techniques, basées sur ma puissance et ma résistance supérieure, ainsi que sur le différentiel de poids, étaient inutiles dans le cas présent.
Bon, je n'étais pas totalement sans défense non plus, cela faisait longtemps que des entraînements « sans pouvoirs » étaient organisés... On ne sait jamais, après tout, ce qui peut être mis en œuvre contre nous, il nous était déjà arrivé d'être privé de nos pouvoirs.


Finalement, il chargea le premier. J'esquivais prestement sa charge en me glissant sur le coté, me contentant d'un croche-pied qui l'envoya rouler dans le sable de l'arène. Pas de quoi le blesser, mais cela me permettait de le déstabiliser et de l'énerver. Il se releva rapidement, et me lança un juron que j'ignorais. Son poing fusa vers mon visage, je l'esquivais en me penchant légèrement vers l'arrière, et mon poing vint lui percuter les côtes.
Ou plutôt l'armure qu'il avait fait poindre sur ses côtes. Il était malin, là où avant son armure réduisait ses mouvements, il avait réduit l'épaisseur pour que cela fasse comme une côte de maille. Mon poing était douloureux, et je n'évitais son coup suivant qu'en me laissant tomber au sol.

La foule scandait son nom, pensant sans doute qu'il allait maintenant m'achever. Pour seule réponse, je lui lançais une poignée de sable dans les yeux. Surprit, sans doute par le coté vicieux de l'attaque de ma part, il lui fallu quelques secondes pour tenter de recouvrer l'usage de ses yeux. Secondes que j'utilisais pour me relever et le faucher au niveau des jambes. J'hésitai alors à lui envoyer des coups de pieds, frapper un ennemi au sol me semblant beaucoup trop déloyal. Je n'aurais pas dût, Bernacle se saisissant de mon pied droit, et « l'encroûtant ». Je me reculais brusquement, le pied prit dans sa croûte jusqu'à la cheville. Il se releva un sourire mauvais aux lèvres.

« Je vais te pétrifier totalement... Ce n'est qu'une question de -huuuuuuf ! »

Mon pied droit venait de lui percuter l'estomac. Sans le vouloir, il m'avait fourni une arme efficace contre lui, et mon coup de pied latéral venait de l'envoyer voler à plusieurs mètres. J'avais gagné en puissance de frappe ce que j'avais perdu en mobilité.
Mais il se releva encore, bien que je voyais son armure légèrement fêlée là où je l'avais atteins. Nous nous défiâmes du regard quelques secondes, puis chargeâmes en même temps l'un sur l'autre.

Je pris initiative des attaques, faisant voler mes poings dans une valse de crochets et de directs. Il les esquivait tous, sauf un, qui percuta son menton en un uppercut parfait. Un bruit fort retentit, et une douleur emplie mon poing. Je le regardais, et vis que je saignais. Il s'était protégé le menton au moment de l'impact, et j'avais bêtement baissé ma garde. Il s'empara, profitant de ma surprise, de mes deux poignets, et commença à me les encroûter tandis que je cherchais à lui échapper.

Je finis par lui asséner un coup de tête en plein dans le visage, entendant un craquement, signe que mon front avait percuté le nez du Confrériste, et il recula de quelques pas. Mes poings et mes poignets étaient recouvert de sa croûte immonde. Le combat commençait à devenir compliqué pour moi.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  
 

Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]

 Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Tu m'fais visiter?? [PV Piotr "Peter" Raspoutine]
» COMIC X-MEN CLASSIC COLOSSUS
» THIERS ISSARD le Fief !
» Excursions pour visiter Paris proposées par les Hôtels Disney
» Trilogie Tintin : Steven Spielberg et Peter Jackson
 
 
 Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
  ♨ MARVEL LEGACY ♨  :: Rues-