AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

FERMETURE DEFINITIVE DU FORUM
Merci pour ces 6 années d'existence et tous ces superbes moments !


Partagez | 
 

 ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

GameMaster
avatar
Staff
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Messages postés : 791
ϟ Copyright : (C)Ozzy
ϟ Music : METALLICA -- Master of Puppets
ϟ Niveau : Oméga
ϟ Affiliation : Etre Suprême

Carnet de Route
ϟ Disponibilité RP:


MessageSujet: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Sam 7 Mar - 23:21



When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum

Approche si t'en as dans le pantalon ! (Ou le soutif !)

→ RESUME DE LA MISSION:
La ville Résistante de la Nouvelle-Orléans est menacée par une attaque Skrulls. Rémy LeBeau, alias Gambit, a obtenu l'autorisation du SHIELD d'aller rejoindre La Guilde des Voleurs dont il a été membre et même ex-Leader. Cette dernière tient la ville avec peine, alliée de circonstance avec sa rivale La Guilde des Assassins pour repousser l'envahisseur. Vous vous êtes portés volontaires pour aider le X-men, Protecteur d'Utopia.


→ REGLES DU JEU:
- RPs de maximum 3000 mots.
- Interdiction de tuer les PNJs Marvel, ils peuvent néanmoins être blessés.
- Interdiction de capturer les PNJs Marvel sauf si autorisé par le GameMaster.
- Libre utilisation des PNJs non-Marvel tels que les Skrulls, citoyens.
- Chaque joueur a environ une semaine pour répondre. Si pas de réponse au bout d'une semaine, ni en RP ni dans le topic flood de la Mission, aux autres joueurs de se coordonner pour répondre en sautant son tour.
- Si vous ne pouvez pas répondre lorsque c'est votre tour et que vous le savez/vous en doutez du fait d'une semaine chargée ou autre, prévenez dans le topic flood de la mission, cela ne vous exclue pas de la mission et vous pourrez jouer au prochain tour, mais au moins personne n'attend pour rien

→ PARTICIPANTS:

→ Alexiel Foster
→ James L. Howlett
→ Saint-John Allerdyce

→ PNJs: Anna Marie Raven (Malicia), Warren Worthington III (Archangel), Bobby Drake (Iceberg), Warpath, Blink, Ororo Monroe (Tornade), Roberto DaCosta (Solar), Rhane Sinclair (Félina), Domino, Lady Deathstrike, Dominic Petrakis (Avalanche), Belladonna Boudreau, Jean-Luc LeBeau, la Guilde des Voleurs, la Guilde des Assassins

→ Pour vous organiser pour le topic : C'est PAR ICI !




POUR TOUTE QUESTION, C'EST PAR ICI
© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN



Dernière édition par GameMaster le Dim 8 Mar - 0:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

GameMaster
avatar
Staff
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Messages postés : 791
ϟ Copyright : (C)Ozzy
ϟ Music : METALLICA -- Master of Puppets
ϟ Niveau : Oméga
ϟ Affiliation : Etre Suprême

Carnet de Route
ϟ Disponibilité RP:


MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Dim 8 Mar - 0:42



When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum

RP D'INTRODUCTION


LES DIALOGUES EN ITALIQUE SONT PARLES EN FRANCAIS.


« ...pas arrivé si ta guilde d'assassins soit disant si réputés avait tenu sa position au sud. Cette brèche nous a coûté une dizaine des nôtres, sans même parler des civils, rien que pour reprendre le dessus et repousser les Skrulls hors de la ville. » « Nous n'avons PAS demandé votre aide ! Nous avions la situation en main ! Vous avez quitté VOTRE position alors que ce n'était pas nécessaire, mettant en péril nos défenses nord-est ! »
Depuis plusieurs longues minutes, les leaders de la Guilde des Voleurs menée par Jean-Luc LeBeau, affrontaient verbalement les leaders de la Guilde des Assassins, menée par Belladonna Boudreau. Autrefois alliés sous la Guilde Unifiée, les deux clans se disputant depuis des siècles la Louisiane et surtout la Nouvelle-Orléans en étaient revenus à leur antagonisme héréditaire depuis le départ de leur leader unificateur, Rémy LeBeau, alias Gambit. Depuis le début de l'invasion Skrulls, les deux familles avaient tenté de s'entendre afin de faire front commun contre l'envahisseur, souhaitant plus que tout la survie de leur peuple et de leur ville tant aimée. Depuis des mois, cette alliance précaire faisait face tant bien que mal, mais les pertes s'accumulaient et malgré tout leur savoir-faire respectif, les tensions ne cessaient de croître jusqu'à une rupture visiblement inévitable. Deux leaders pour une seule armée ne pouvait espérer offrir une efficacité sur du long-terme, maintenant les factions et différences.
« ASSEZ ! » intervint Gambit, jusqu'à présent resté muet dans l'ombre, adossé contre le mur, jouant avec ses cartes. Arrivé depuis plusieurs jours pour prêter mains fortes à sa ville natale et à sa famille, Rémy avait participé aux combats pour repousser encore une fois les Skrulls, non sans de nouveaux dégâts et de nouveaux morts. Il avait tenté de raisonner les deux parties, en vain. Aujourd'hui les choses empiraient drastiquement dans l'alliance, et il ne pouvait plus le tolérer. L'accord du SHIELD avait été long à obtenir car la Résistance oeuvrait partout dans le monde et certaines villes passaient avant la sienne, mais il avait fini par obtenir gain de cause.
Un simple regard envers Blink, elle aussi discrète dans un coin de la salle depuis le début, suffit à lui faire comprendre qu'il était temps. Celle-ci s'éclipsa dans un de ses portails de téléportation. « Reste à ta place, Rémy, tu n'es plus notre chef depuis longtemps, » lui répliqua Belladonna, son ancienne épouse. « Je le suis aujourd'hui, ma chère. Que vous le vouliez ou non, vos querelles cessent dès à présent car notre ennemi nous l'impose. Vous avez tenté cette alliance et son échec n'est plus qu'une question de temps car vous êtes plus faibles que jamais et la prochaine sera la bonne pour les Skrulls, vous le savez tous, aussi je déclare la réunification de vos deux Guildes sous mon seul commandement. » « Tu es devenu non seulement plus insolent qu'avant mais surtout fou, LeBeau. Retourne dans ton misérable Hangar et laisse-nous sauver notre ville. Si tu y tenais vraiment, tu ne nous aurais pas abandonné pour ta stupide copine intouchable... »
« Ta jalousie persistante ne cessera jamais de me flatter, Bella. Néanmoins, je crois que je ne me suis pas fait comprendre... » sourit Gambit en s'approchant de l'estrade où se faisaient face les deux leaders des Guildes, se plaçant au milieu. Un portail s'ouvrit en plein centre de la salle, laissant apparaître la fameuse petite amie tant haï et intouchable, à savoir Malicia. Elle fut très vite suivie par Tornade, Iceberg, Pyro, Wolverine, le Docteur Foster, Archangel, Solar, Félina, Domino, Warpath, Lady Deathstrike, Avalanche, ainsi qu'une vingtaine de commandos du SHIELD armés jusqu'aux dents. Blink débarqua en dernière, fermant la marche. « Je ne demandais pas votre permission. »

* * * * * * * * * * *

« Ils arrivent, » prévint Gambit, perché sur le toit de la Cathédrale Saint-Louis au coeur de la ville, surplombant tout le reste. De là, il avait une vue imprenable sur l'étendue des dégâts que les bâtiments et rues avaient subi tout au long de ces derniers mois. La ville n'était plus qu'un vaste champ de bataille mis à feu et à sang de manière récurrente tant les Skrulls jouaient sur l'usure. Ils n'attaquaient pas en surnombre car pour eux aussi d'autres villes étaient plus importantes à prendre, mais leurs assauts incessants asséchaient les ressources, malmenaient la tenue du siège et bientôt, la Nouvelle-Orléans tomberait comme bien d'autres. Il en était hors de question pour le Diable Blanc. Surtout en sachant que la position géographique de la Nouvelle-Orléans avantagerait considérablement les Skrulls comme pied à terre, car cela couvrait toute la côte intérieure du golfe face au Mexique déjà conquis en majorité.

Toutes les factions étaient à leurs postes de combat, différemment élaborés par les Utopiens fraîchement débarqués pour venir en renforts. Tous mutants, tous dotés de pouvoirs de combat non-négligeable, Gambit savait que cela pourrait faire la différence si ces atouts étaient bien utilisés. Exactement comme au poker. Certes ils n'étaient pas nombreux, mais ils pouvaient faire en sorte de le faire croire aux Skrulls par l'étendue de leur défense et de leur riposte. Du bluff à ciel ouvert, voilà ce à quoi il pensait en bon joueur de poker. Un joueur tricheur de surcroît. Il ne se gênerait pas là non plus pour le faire si nécessaire.

Tornade ne perdit pas plus de temps pour user de ses pouvoirs, invoquant foudre, tornades et autres brouillards givrants pour abattre ou déstabiliser le plus de vaisseaux possibles avant qu'ils n'arrivent. Bientôt, les premiers vaisseaux Skrulls se dessinèrent dans le ciel, survolant le bayou pour venir conquérir le coeur de cette région cette fois définitivement. Les premiers tirs plasma fusèrent, déchiquetant les toits et les murs, détruisant les routes déjà amochées tandis que des dizaines et des dizaines de Guerriers Skrulls étaient projetés au sol par des faisceaux de téléportation. D'autres sautèrent directement de leurs vaisseaux pour atterrir lourdement sur les toits et entamer leur massacre. D'autres Skrulls, plus petits et agiles, grimpèrent sur les façades, égorgeant les habitants réfugiés comme ils pouvaient dans leurs demeures ou dans les égouts après y avoir pénétré comme de viles serpents, furtifs et mortels.

Assassins, voleurs, agents du SHIELD, X-men, tous se lancèrent dans le combat sans plus attendre, suivant les ordres de chaque chef tactique guidant de petits contingents à divers endroits de la ville - Belladonna, Jean-Luc LeBeau, Malicia, etc. - pré-déterminés par Gambit, ce dernier demeurant le leader suprême temporaire afin de réunifier le tout sous une seule bannière. A présent, il ne restait plus qu'une seule chose à faire : protéger la ville et infliger aux Skrulls une défaite qui les rendrait réfractaires à l'idée de retenter l'expérience sans risquer d'y perdre encore plus de troupes sans aucun gain final. Survivre, encore et toujours.



POUR TOUTE QUESTION, C'EST PAR ICI
© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Lun 16 Mar - 23:29


-Qu'est-ce qu'ils foutent là ? Ça doit faire une heure déjà qu'ils sont partis et depuis aucune nouvelle.


-Patience Dominic, les négociations entre la Guilde des Voleurs et LeBeau doivent surement prendre plus de temps que prévu avant que nous ne puissions intervenir.

-Mais de quelle négociation tu parle ? C'est pourtant simple, les Skrulls attaquent, on intervient, on les repoussent et basta.

-Me demande pas, j'en sais pas plus que toi, mais si on a mis autant de temps avant d'enfin intervenir à la Nouvelle-Orléans, c'est bien pour une raison. Après que ce soit un problème venant des résistants du Hangar ou de la Guilde, j'en sais rien et à vrai dire je vois pas en quoi ça nous aiderait d'en savoir plus.


La réponse de Pyro mit fin à la brève discussion. Cela faisait bien une heure que LeBeau était parti en compagnie de Blink, et aucune nouvelle ne leur était parvenu pour le moment. Ce qui semblait inquiéter certaine personne et en impatienter d'autres. Mais en ce qui concernait St-John, cela penchait pour la deuxième solution. On l'avait prévenu plus tôt dans la journée qu'une opération venait de se concrétiser après de nombreuses demandes en vain, de la part du mutant biokinésiste. La requête concernant des mutants résistants, les X-men et de ce fait la Confrérie était concerné, ce qui expliquait la présence de bon nombre de personnes ici présente. Il avait aperçu de loin plusieurs vieille connaissance, ancien ennemi, rivaux, mais avait préféré s'éloigner du groupe principal pour pouvoir bénéficier de plus de tranquillité pour parler avec ses frères d'armes Confréristes sans qu'aucune oreille indiscrète ne puisse les déranger. Pyro esquissa un léger sourire, ce qu'il venait de penser, résumait très bien son séjour au Hangar depuis qu'il y était arrivé quelques semaines plus tôt. C'est à dire, rester avec les autres membres de la Confrérie, et n'avoir que peu ou pas de contact avec le reste de résistants venus des quatre coins du monde et qui ne cessait d'affluer chaque jour. Mais cela n'était pas sans lui déplaire, bien au contraire en réalité. Il ne supportait que la présence de ses confrères mutants et l'idée même de coopérer avec ces hommes auxquels ils accordaient autant de considération que du bétail à soumettre et à mépriser était déjà assez dure à vivre mais si il devait en plus de cela, pousser la cohabitation plus loin qu'elle ne l'était déjà, alors certaines zones du Hangar se transformerait assez vite en brasier à grande échelle. Mais comme on dit, à situation désespéré, solution désespéré. La coopération entre l'homo superior et sa version inférieure était donc inévitable mais en plus de cela, nécessaire.

Les secondes s'écoulèrent, devenant des minutes puis des dizaines de minutes, sans rien. St-John commençait à sentir l'impatience monter parmi les agents du gouvernement, tout comme parmi les mutants. Même lui, n'attendait qu'une chose, pouvoir enfin sortir de nouveau de ce trou à rat dans lequel l'humanité s'était elle même renfermé, et faire payer à l'envahisseur le prix de leur invasion. Le visage toujours impassible, tentant tant bien que mal de ne pas laisser transparaitre son impatience, Pyro repensa à toutes les victimes depuis le jour de la Transition. Victor Creed, dont il n'avait plus aucune nouvelle, était-il mort, captif, unifiés ou toujours libre à l'extérieur ? Il n'en savait rien, et il en allait de même pour bon nombre de mutants. Et la situation n'allait pas en s'arrangeant. Les agents du gouvernement n'allaient surement pas tenter de rendre la situation plus agréable à vivre. Oh que non. Pyro se demandait bien ce qui avait bien pu passer dans la tête de Stark quand il a décidé d'activer le projet Sentinelle Prime pour sois-disant aider au mieux l'effort de guerre. Pensait-il sérieusement que le souvenir de Génosha brulant, des mutants calcinés et massacrés comme du bétail avait disparu des esprit de la communauté mutante. Il ne s'en souvenait que trop bien et pour rien au monde il ne laisserait un tel incident se reproduire. Mais après tout, comment pouvait-on encore avoir confiance en eux après Génosha, après l'attaque d'Utopia, et après le recensement.

St-John s'était perdu dans ses pensées, ignorant tout de ce qui se passait alentours. Lorsque Blink soudainement, hochant la tête en direction de l’escadron formé par les X-men, les Confréristes et agents du Shield réunis pour leur signifier que le moment d'intervenir était venu. Le groupe ainsi formés se réunirent et traversa un à un le portail de la mutante téleporteuse. Le regard de Pyro passa sur tous les X-men présent, il en connaissait la plupart, certain avait même déjà croisé sa route au cours des années précédente. Mais son attention se fixa sur une mutante rousse qu'il n'avait jamais vu depuis lors, et dont l'apparence ne lui disait absolument rien mais l’intriguait. Future amie ou ennemie ? Il aurait bien aimé lui adresser la parole après tout, la Confrérie manquait de mutante aussi charmante. Mais de toute façon, il aurait le temps de faire plus ample connaissance sur le champ de bataille si le destin en décidait ainsi.

Passés le portail, Pyro et ses frères d'armes confrériste se retrouvèrent en plein cœur d'une église de la nouvelle Orléans. Il regarda attentivement les alentours, se sentant observé et épié par les membres de la Guilde des Assassins et ceux de la Guilde des Voleurs réunis ici pour assurer de la défense de la ville. Néanmoins, il se rendit assez vite compte que la plupart des regards ne leurs étaient pas destinés, ceux-ci étant principalement dirigés vers la compagne mutante de Gambit. Au vu de leur regard, il semblait bien évident qu'une longue, très longue histoire avait eu lieu entre le mutant bio-kinésiste, la belle Malicia et les deux différentes guildes.  Mais, après tout, cela ne le concernait en rien et il s'en fichait bien assez pour s'en intéresser. Si il était là, c'était pour une bonne raison, et ce n'était en aucun cas pour visiter la région et son fameux bayou ou pour se renseigner sur l'histoire des différents clans et gangs de la ville. Mais très vite, ses questionnements se dissipèrent, devant laisser place aux différentes informations qu'ils devaient saisir quant à l'organisation et la répartition des forces armées au sein de la ville. Gambit semblait seul maitre à bord, il nomma des chefs pour diriger les escouades tactiques qui combattraient à travers la ville à qui il remit des oreillette.  Les explications fastidieuses passés, les enjeux une nouvelle fois exposés et ce qui semblait ressembler à un plan de bataille expliqués et bien compris par les forces en présence, Blink transporta donc chacune à son tour les différentes escouades de mutants aux quatre coins de la ville.

En un instant, Pyro accompagné d'Avalanche, de Lady Deathstrike, et de deux membres du commando du Shield lourdement armés venus apporter leur maigre aide à la délégation mutante. Le mutant pyrokinésiste ne pouvait que se réjouir d'avoir à ses cotés des frères d'armes, les siens, des mutants avec qui il avait déjà combattu côte à côte sur les nombreux champs de bataille lors de la grande Magnus Era. Malgré ça, la présence d'agent du Shield avait été exigé pour "superviser" les opérations sur le terrains. Et pour cela, on avait munis un des agents ainsi que Pyro et que tous les autres chefs respectifs de leurs escouades d’oreillette afin de pouvoir mieux communiquer et coordonner leurs assauts en temps réel.

L'endroit dans lequel la mutante téleporteuse les avaient déposés étaient complétement désert. Aucun signe de vie en vue, du moins en apparence surement. Ils se trouvaient en plein milieu d'une grande avenue entouré des décombres de ce qui fut jadis des maisons, appartements ou tout autres cabarets dans lesquels les gens allaient se reposer et s'amuser la nuit tombé, avant tout cela. Avant le jour de la Transition où tout bascula. Il y avait-il des familles qui vivaient ici ? Ou étaient-elles à présent ? Morte ? Unifiés ? Ou simplement en quête d'un lieu sur. Tellement de question auquel il n'aurait jamais de réponse. Pyro fit quelques pas en direction de ce qui semblait avoir été un bar. La moitié de la masure avait disparu, surement à cause des assauts répétés et discontinus des envahisseurs. Son attention fut attiré par un objet recouvert sous les débris mais qui laissait transparaitre son extrémité. Il souleva quelques pierres et prit à deux mains la plaque de cuivre rectangulaire. Elle était recouverte de poussière dont un seul souffle suffit à les en retirer. Il pouvait maintenant lire clairement ce qui avait été inscrit dessus. "Rue Bourbon"

-Rue Bourbon, cela me dit vaguement quelque chose, nous sommes dans le quartier français c'est ça ? Demanda-t-il en s'adressant aux autres membres.

-C'est ça ! Gambit veut que nous tenions cette position. Aucun Skrull ne doit passer et forcer le barrage que nous allons créer, lui répondit un des agents du Shield.

-J'étais là aussi, je te rappelle et j'ai entendu ses ordres aussi bien que toi. Il n'a jamais été question d'un barrage. Mais admettons, comment veux-tu créer un barrage ? Ils seront sur nous d'une minute à l'autre et quand bien même nous y arriverons, à quoi servirait-il, ils peuvent très bien le contourner ou tout simplement le forcer.

-Tu n'as pas compris à ce que je vois. Vous êtes le barrage. Si ils arrivent à avoir accès librement à cette avenue, ils auront accès de ce fait à une grande partie de la ville et pourront se retrancher comme il le souhaite. Vous ne devez donc de ce fait, laisser aucun Skrull traverser cette rue en vie.

Pyro se rapprocha très vite de son interlocuteur et, arrivés à quelques mètres de celui-ci, alluma son dispositif dorsale, laissant échapper quelques étincelles se transformant en une boule de feu aussitôt.

-Oserais-tu me donner des ordres, humain ? Nous n'avons pas de besoin de votre aide et encore moins de votre présence ici.

-Le plan est le plan Pyro, nous sommes ici pour vous soutenir tant logistiquement que militairement parlant.

-Je ne me suis pas fait comprendre à ce que je vois, ce que je voulais te dire c'était que tu pouvais bien aller te faire foutre et le plus loin possible de moi. Ce serait bête que les cadavres commencent à pleuvoir avant même que le combat n'est commencé...Tu ne crois pas ? Dit il en se rapprochant encore plus, la boule incandescente prenant peu à peu plus d'ampleur

Cette fois-ci, même si il n'en pensait pas moins, Avalanche s'interposa entre les deux afin de calmer le jeu. L'agent du shield quant à lui ne répondit point, il se contenta de prendre son matériel avant d'annoncer qu'ils allaient, lui et son coéquipier s'installer dans une des maisons qui longeait la rue et qui n'avait pas encore été rasé afin de disposer d'un plus grand angle de vue.

-Calme tes ardeurs, Pyro, garde tes forces pour quand ils arriveront.

Les flammes en suspension dans l'air depuis le début de la conversation disparurent aussitôt. Ils prirent quelques minutes pour bien analyser l'avenue et trouver le meilleur emplacement pour empêcher au mieux le passage de l'envahisseur. Ceci fait, Pyro alluma son oreillette qu'il avait laissé éteinte jusque là et la testa pour s'assurer que les autres chefs d'équipe reçoivent bien ce qu'il aurait à leur dire. Tout était prêt. Les pions étaient disposés sur l'échiquier.

"Ils arrivent" prévint Gambit dans l'oreillette. Et bien, tant mieux, cela faisait depuis bien trop longtemps qu'il attendait ce moment. Pouvoir déchainer toute sa rage et sa frustration d'être resté presque inactif depuis le début de l'invasion. Restant cloitré comme un rat au fond de sa tanière, attendant que le danger passent. Maintenant, il allait enfin pouvoir s'amuser. Leur adversaire venait d'ordonner à ses pions d'avancer. A la bonheur, c'était maintenant à leur tour de jouer. Très vite, le ciel se remplit de nuages sombres, était déchiré par la foudre. Un léger brouillard s'installa, tout cela étant très probablement issu de la main de Tornade. Plusieurs vaisseaux Skrulls se dessinèrent rapidement à l'horizon et ne se firent pas attendre pour bombarder les différentes zones de la ville. Afin surement de mieux préparer le débarquement imminent qui ne tarda pas lui aussi, de centaines de guerriers Skrulls via des faisceaux de téléportations. Pyro commença à en apercevoir plusieurs au bout de l'avenue, exécutant ce qui semblait être un tir de suppression à leur égard. Le visage du mutant commença à s'illuminer, comme si il revivait tout à coup. Un large sourire apparut.

-Eh bien, mesdames et messieurs....Que le spectacle commence !

Il activa le chalumeau présent sous sa tenue, amplifia la flamme qui en émanait pour créer un grand brasier comprimé dans une boule de feu qu'il ne tarda pas de lancer au loin qui explosa dans un éclat incandescent.

Spoiler:
 



Dernière édition par St-John Allerdyce le Jeu 11 Juin - 14:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Dim 22 Mar - 23:28


"when rome's in ruins, we are the lions, freed of the coliseum."
Alexiel - Johnny - Logan

Les dialogues en italique sont en Français.

C’était il y a combien de temps ?
3 semaines, 3 mois ou peut être 3 ans que ce bordel avait commencé. On les avait enchainé, catastrophes sur galères, plus marquantes les unes que les autres. Se les remémorer une à une ne vaut pas le coup, il y a pas assez de Whisky au Hangar pour combler ce vide, toutes ces pertes et ces regrets, nan le Hangar est loin d’être une caverne aux merveilles, bien que certains en blouse blanche jureraient le contraire. Bref cet endroit était devenu le refuge de tous dès que nous avions découvert que le vert était la nouvelle mode à porter, on se l’arrache à en mourir… Entendre un rire se fait rare, la tension est palpable, omniprésente, comme si savoir que certains d’entre nous étaient probablement morts ne suffisaient pas, il a fallu nous séquestrer dans cette base. Si j’en suis sorti ? Oui, heureusement, j’aurais pété un câble depuis un moment sinon, l’animal en cage, partageant son enclos avec ses gardiens, peut très vite sortir les griffes. Si l’odeur de la peur, le bruit incessant des machines et rapidement insupportable des chuchotements ne suffisaient pas, la vision de sentinelles trônait parmi l’anarchie des lieux. C’est l'une des raisons qui m’a poussé à rejoindre cette escouade improbable, composés certes de mutants, mais pas forcément du même camp, époque de guerre oblige. Confréristes, X-men et SHIELD venant à joindre leurs forces, surprenant mais probablement efficace. Plusieurs d’entre n’en sont plus à leur première mission périlleuse, nombreux on fait parti de la X-Force, de ce fait aucun n’est vraiment innocent, c’est pas plus mal, surtout quand votre ennemi prend les traits de votre mère ou frère. L’hésitation est aussi dangereuse que les armes que possèdent ces enfoirés.  

Remy, alias Gambit est le responsable de cette agitation, nous donnant à chacun une raison de nous défouler, de prendre l’air même si ce n’est que pour en respirer une odeur de cendres et de sang. Le motif de tout cela ? Une nouvelle attaque, rien de plus compliqué, nous n’avons pas besoin de bien plus, la vermine tente de s’étendre, il en va de l’intérêt de tous de l’éradiquer, ou du moins de la contenir. L’état de la Nouvelle-Orléans inquiétait ce joueur de poker, le rendant irritable, c’était compréhensible mais les effectifs ne permettaient pas d’y faire quoi que ce soit. Sa ville est une cible comme tant d’autres, obtenir l’attention de ceux qui dirige prend du temps et de la patience, pourtant je me doutais bien que ce jour arriverait.

Ainsi, un groupe se forme dans le Hangar, rassemblant volontaires et autres représentants de l’ordre. Mon regard fait un rapide tour d’horizon, avant qu’il ne m’échappe, la tension était de nouveau palpable, en particulier chez les humains les plus armés, derrière leurs masques une expression de peur ne peut que se dessiner. Ces gamins ont très certainement déjà perdus des proches, leur a-t-on demandé de rédiger leur testament avant de rejoindre le point de rendez-vous ? C’est probable. Ils sont entrainés, préparés, mais ils restent les pions de cette bataille, le groupe des pertes acceptables dirigé par un roi fou. Mon attention se décale légèrement quand un portail se forme, le signal étant lancé. « Tenez-vous prêt » étaient les ordres, alors qu’ils avaient prolongé l’attente, agaçant certains… « Vous allez la fermer ? »  La pièce remplie de ces deux guildes rivales se dévoile, il nous faut que quelques secondes pour les rejoindre, devenant l’argument décisif des négociations.

L’atmosphère est pesante, nous ne sommes pas les bienvenues, pas besoin de mots pour s’en rendre compte, ces regards suffisants. Le mien se pose un instant sur Malicia, je retiens un soupire et garde le silence, ce n’est pas le moment et elle est assez grande pour gérer ça, mais ces abrutis ont le don de me mettre sur les nerfs, en particulier ceux en fond de salle, s’ils croient que je n’entends pas leurs mess-basses, ils se trompent lourdement. Plutôt que de sortir mes griffes, je m’empare d’un de mes cigares, l’allumant tout en surveillant Pyro du coin de l’œil. N’y compte pas gamin. LeBeau reprend la parole, dévoilant le plan des opérations, des groupes se forment afin de couvrir les différents fronts, le débarquement devant se faire vers le sud de la ville, non loin d’ici. La zone de jeu ne manque pas de cases, 16 pièces certes… Mais la partie est loin d’être égale, l’adversaire ne joue pas selon les règles ; les blancs et les noirs se confondent, perturbant chaque mouvement. Les joueurs ont intérêt à prévoir plusieurs coups d’avance s’ils veulent remporter la victoire. Une léger sourire prend possession de mes lèvres, me voilà à délirer. Cet affrontement n’a rien d’un jeu, ou si s’en est un alors la dame en noir en fait aussi parti, devenant la reine, se mouvant là où elle le souhaite, n’importe quand. Mon regard se pose sur Blink, ce sera à celle qui sera la plus rapide… 5 trios de pièces lourdes, et d’autres mineures… Très bien.

Un groupe composé de confréristes ayant probablement déjà bossé ensemble vers le Carré Français. Un autre aérien d’Xmen, ayant pour rôle d’obstruer un maximum l’invasion, longeant la rivière dans les quartiers Westwego, Marrero et Harvey aux abords de la ville. Gretna étant laissé à plusieurs escouades du SHIELD. Pour ce qui est du groupe de Gambit avec ses compagnes, ils restent proche de la Cathédrale… Si l’une du groupe ne tue pas l’autre avant la fin de la journée ce sera un exploit… Et un trio d’assassins ratissant la large zone de Algiers au sud-est… Soit Sinclair, James et Dom’ tout trois étant d’anciens membres de la Xforce, dirigé sous mes ordres et en amont ceux du binoclard, aucun doute, ceux là sauront se coordonner… Pour ma part je me retrouve avec deux gamins, Bobby et Foster. Connaissant leurs expériences ou plutôt le peu qu’ils en ont, cela ne me rassure pas, espérons que la mienne équilibra la balance, je suis pas là pour baby-sitter.

Rapidement la salle se vide, chaque groupe rejoignant la position qui leur est attribué. La cendre de mon cigare menace de tomber quand arrive notre tour, je ferme la marche en m’avançant lentement vers le portail, mais me stoppe calmement à quelques mètres de celui-ci, mon arrêt précédemment le reste de mon équipe, ces deux là tournant leur regard en ma direction. « Logan. » C’est la voix de Remy qui m’interpelle, j’adresse un léger hochement de tête aux deux autres, leur signalant de ne pas m’attendre puis me retourne en direction de mon interlocuteur, un sourcil haussé, attendant de savoir ce qu’il me veut. Je jette un rapide coup d’œil aux femmes qui vont l’accompagner, Malicia et cette charmante jeune femme semblant être l’une des dirigeantes des lieux.

« Tu te dermerdes avec tes femmes Bub’, je te soutiens pas sur ce coup, j’ai des saloperies à trancher en compagnie du bleu et de la rousse. C’est pas tes tours qui me feront changer d’avis. »
Il me sourit en se rapprochant de moi alors que le portail menace de se dissiper dans mon dos, sa main venant se poser amicalement sur mon épaule, ne me faisant pas quitter mon regard du sien.
« Calme-toi Wolverine. Je me charge de les garder en vie, rassure toi. » Mes sourcils se froncent un peu plus, t’as intérêt le joueur où je te pète tes doigts et tu te sentiras bien con en jouant aux cartes. « Laura et Jubilee ne sont pas là ? »
« Elles bossent. »
« Je vois. Ça fait un moment que je ne les aie pas vues, elles vont bien ? » Je ferme les yeux un instant, retenant un autre soupire et me soustrait de son contact lui tournant le dos pour m’éloigner et rejoindre la zone de transfert menant à l’une des rues abandonnées de la ville. Ma réponse ne vient que lorsque mes pieds frôlent le goudron délabré de l’avenue St Charles.
« Elles s’occupent comme tout les autres Remy. Tu les vois enfermées au Hangar ? »  Un sourire se dessine sur ses lèvres. « Je me charge de les garder en vie, rassure toi. »  Cette fois ci c’est un léger rire qui s’échappe.
« Tu voudras faire la tourné des bars quand ces conneries se termineront ? Comme avant, une bonne baston entre deux verres »
« Je pense pas que tu seras pas en état d’affronter un chaton quand ce sera terminé. »
« Bien sur que non, les chatons jouent salement. Je me mettrais juste dans un coin et enverrait les gars vers toi. »
« Là on parle. »  Le portail se referme sur cet échange, aussi improbable soit-il.

L’endroit était aussi désert que dévasté, le tramway du coin était à plusieurs mètres de ses rames, renversé et calciné. L’allée autrefois empruntée par la parade du Mardi gras avait perdu ses couleurs, cette longue rue fleurie n’était plus qu’un vieux souvenir, seules quelques feuilles mortes jonchant le sol fissuré pouvaient rappeler l’abondance de verdure qu’entourait ce lieu. Ce quartier riche aux nombreux manoirs blancs n’avait plus rien de glorieux, la cendre recouvrait la peinture écaillée et les mauvaises herbes prenaient possessions des jardins. La vermine s’incruste aussi bien dans les murs, la terre ou les cœurs, rongeant chacune jusqu’à son essence. Le silence perdure encore quelques minutes alors que nous restons dans la rue, au milieu de ce tableau sinistre de cette ville. Mon regard se pose sur mes partenaires, les deux mutants et les deux agents du SHIELD qui les avaient suivis. Mes mots s’adressent aux hommes « Restez en arrière, hésitez pas à faire des tirs de couvertures, même si je suis sur la ligne de mire, si vous pensez pouvoir les toucher alors tirez sans hésiter. »  L’un d’entre eux prend la parole en premier, ne semblant pas comprendre ces ordres. « Mais… » Mais il n’en dit pas un mot de plus, mon regard froid suffit à le faire taire, je ne porte pas plus attention à lui et me tourne vers le mutant. « Bobby tu sais quoi faire. »  Il hoche doucement la tête en gage de réponse alors que l’intégralité de son corps se transforme en glace. Enfin mon attention se décale vers la jeune femme à ma droite. « Ca va aller ? »  Concernant Foster je ne sais pas trop à quoi m’attendre, je la connais peu, ok on a combattu ensemble contre le gouvernement, mais ce n’est pas comme si mon attention était focalisé sur elle à ce moment, j’avais pas mal de trucs à gérer pendant cet événement… Pourtant je lui fais confiance, cette gamine a du potentiel comme l’autre sale mioche à coté, mais tout deux ne s’en rendent surement pas bien compte. Il va falloir avoir croire en vos pouvoirs les enfants…

Alors que j’attends sa réponse, une violente douleur vient me surprendre, détachant mon regard de la jeune femme. Un tir en pleine tête sorti de nulle part, ça commence bien… « Aie. »  La voix de Remy résonne dans mon oreillette, prévenant de l’arrivée des perturbateurs. Sans blague ? Il aurait pas pu le dire trois secondes plus tôt. Je grimace alors que ma peau se reforme le long de ma tempe. Mes sens prennent le relais, m’informant de la position de ma première victime. Mes griffes se dévoilent en même temps que le ciel ne s’assombrit, annonçant les hostilités. Mes jambes fléchissent, prenant mon élan pour rejoindre le toit de la maison mitoyenne de gauche, m’aidant d’un des blocs de glace d’Iceberg pour m’élever, toutes griffes tendues en avant. Ma dernière parcelle de chair se referme alors que six trous béants apparaissent sur le corps de mon ennemi. Je me redresse, le visage baissé vers ce premier mort, laissant son sang dégouliner le long de mes lames puis tourne lentement la tête vers l’avenue, plusieurs individus se révélant vers le sud, plusieurs guerriers et autres saletés se rapprochant vers notre position.

L’une des portes du trottoir d’en face s’ouvre violemment, laissant une mère et son fils sortir en courant, comme affolés face à cette rapide agitation. Ces civils foncent en notre direction hurlant à l’aide, je garde mes griffes sorties et descend de mon perchoir, rejoignant d’un pas lent les autres, mon attention toujours rivé vers eux. D’une voix glaciale et le regard ne transmettant aucune émotion, je lâche une simple phrase. Un ordre qui pourrait sembler fou, mais qui n’en n’est pourtant rien. « Descendez-les. »  Ces faibles n’ont pas à être sauvés, ils ne sont que des usurpateurs méritant la mort.


Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Dim 12 Avr - 1:53

Yeah, yeah I know, I'm suppose to be one of the good guys! F*ck that!
Alexiel bailla rejoignant enfin la plateforme de téléportation du Prometheus. Direction le hangar. Elle en retrouva le vacarme habituel, une boisson énergétique de sa propre concoction dans une main et la fin d'un sandwich copieux dans l'autre. Elle avait besoin de carburant pour ce qu'elle s'apprêtait à faire. Depuis l'invasion elle travaillait d'arrache pied avec le reste des équipes scientifiques, faisant souvent la navette entre le hangar et le vaisseau du S.W.O.R.D. où elle se trouvait la plupart du temps. Les expéditions n'étaient pas courantes pour elle.

Aujourd'hui était différent toutefois. Elle avait laisser son uniforme habituel dans ses quartiers, ne portant que sa combinaison à molécule instable qui affichait discrètement son appartenance au S.W.O.R.D. et son rang d'officier. Sa tenue était agrémenté d'un hostler à sa cuisse droite, contenant une arme particulière qu'elle avait hâte de tester sur le terrain. Elle portait également des lentilles de contact spéciale qui lui permettaient de pouvoir mieux utiliser ses dons et faire les calculs nécessaire en lui affichant les distances précises des cibles qu'elle souhaitaient atteindre. Un prototype améliorait qui lui permettait de voir plus loin (la première version avait tendance à la faire pleurer, ce qui ne donnait pas une image d'elle que la jeune-femme appréciait).

D'un pas ferme et décidé elle se dirigea vers le lieu de rendez-vous. Elle finit par apercevoir un groupe atypique pour toutes personnes en reconnaissant les individus.

X-Men et confréristes se retrouvaient à faire le pied de grue en s'observant du coin de l'oeil. Le dr Foster pouvait déjà sentir la tension monter à chaque pas qui la rapprochait. Depuis le départ d'Utopia assez fracassant de Magneto, X-Men et Confréristes n'avaient pas vraiment eut l'occasion de faire la paix. Une trêve précaire, entre membres à fleur de peau, avait à la place eut lieu... A croire que seules les grandes crises mondiales ou intergalactiques pouvaient les forcer à coexister.

Elle repéra une caisse en bois légèrement à l'écart et pris place dessus pour finir son repas tranquillement avant le départ prévu. Elle observa les têtes familières qu'elle reconnaissait dans le groupe. La présence de certains la rassuraient alors que d'autres... un peu moins. Elle soupira et inspira profondément. Première mission pour laquelle elle se portait entièrement volontaire et non "suggéré" dans ses devoirs en tant que membre du S.W.O.R.D.

Ces dernières années, elle n'avait fait que suivre le mouvement gardant une position neutre jusqu'à ce que son intervention soit une question de survie primaire. Une intervention de plus en plus précoce avec toutes les galères de plus en plus apocalyptiques. Certes reprendre la ville de Nouvelle-Orléans était également une question de survie à long terme, mais n'étant pas personnellement en danger immédiat, elle aurait toujours pu ignorait l'appel de Gambit pour défendre sa ville natale. Et ainsi rester dans son labo pendant que d'autres combattaient...

Face à la détermination de Gambit de vouloir sauver un pan de sa vie, remuant ciel et terre pour obtenir l'autorisation de procéder, 'lexie n'avait pu que se joindre à la bataille. Probablement vestige d'une culpabilité pour avoir toujours fuit ses responsabilités. Peut-être que ses frères ne seraient pas tous mort ou porté disparut bien avant l'invasion, si elle avait su prendre les armes au bon moment... Si comme le cajun elle avait absolument tout fait pour aider durant ces périodes au futur indécis. Cette mission avait finalement un arrière goût personnel... Elle bu la dernière gorgée de sa boisson et rejoignit le reste du groupe toujours en train d'attendre. Certains agents du S.H.I.E.L.D. la saluèrent d'un signe de tête par respect.

Elle espérait que le départ ne tarderait pas plus longtemps. Plus elle attendait, plus elle avait envie de faire demi-tour. C'était habituellement pour son expertise scientifique qu'on l'a demandait et non pas pour sa force de frappe ou qualité de guerrière. Ses yeux balayèrent le groupe hétérogène, que se soit du coté confrériste ou x-men, ils avaient tous une certaines expériences de ce genre de choses... plus ou moins. En particulier les X-men qui passaient leur temps à s'entraîner et à faire des combats de simulations variées. Ils étaient tous prêt à affronter le pire. Sauf elle. Elle regretta amèrement de pas avoir fait de même. Certes elle n'était pas complètement inepte et savait se défendre... mais non sauver l'humanité sur une base quotidienne. A croire que sa simple éblouissante présence sur Terre n'était pas suffisante pour rendre l'univers meilleur, il fallait en plus qu'elle sauve tout le monde !

La rousse pinça les lèvres et baissa la tête sous les murmures, continuant de se remettre en question, tout en tentant de ne pas soudainement perdre confiance. Etre entouré de "pointure" tel que Storm, Rogue ou Wolverine, qu'elle avait pu voir combattre de prés, était en même temps rassurant, mais également stressant. Non pas que le Dr Foster était intimidée par le fer de lance des gardiens d'Utopia. Impossible, lorsque seul sa brillance pouvait parfois l’intimider et l'impressionner... La jeune-femme était tout de même préoccupée de commettre une erreur fatale pour ses concitoyens.

La rousse n'avait pas l'habitude que l'on compte autant sur autre chose que ses capacités scientifiques. C'était le poids du monde qu'elle sentait d'un coup peser sur ses épaules sous cette soudaine révélation. Elle leva la tête, l'expression ferme et pour une fois sérieuse. Elle avait prit sa décision. Il était temps de retourner dans son labo. La scientifique avait déjà réfléchis à une excuse pour déguerpir en préservant un minimum sa dignité.

Elle s'apprêta à filer lorsque Blink apparut à travers l'un de ses portails. La rousse leva les yeux au ciel. Trop tard. Quelques secondes plus tard le Dr Foster hésita un instant avant de sauter le pas et se retrouver en Louisiane.

La rousse nota le manque d'applaudissement à son arrivé. Ils venaient pour sauver la ville, un peu d'enthousiasme de la part des habitants ne lui semblaient pas trop demander.*Tsss si Captain America était là, on serait déjà en train de célébrer tout ça avec du gumbo, j'en suis sur!*

Gambit poursuivit sa prise de pouvoir comme si de rien n'était. Le plan de bataille fût exposé, les équipes formées. Le Dr se retrouva avec Wolverine, Iceberg et deux agents du S.H.I.E.L.D. qui ne devaient pas trop se sentir à leur place avec autant de mutants et d'assassins. Elle les détailla rapidement. Ce qu'elle ne donnerait pas pour les échanger contre un seul agent de la trempe de Black Widow ou Maria Hill...

Retenu momentanément par Gambit, le leader de leur groupe se fit prier à les rejoindre de l'autre coté du portail. Dernières instructions ou supplications de revoir les équipes, avec Rogue et Belladonna se regardant en véritable chien de faïence ?

Rue dévastée, manoirs en ruines. St Charles était loin du souvenir qu'elle en avait eut durant un mardi gras teinté d'alcool et de drogue. Certes ses souvenirs étaient en conséquence un peu flou. Mais elle aurait juré que le quartier populaire aux riches demeures ne ressemblait pas à une carte postal du bombardement de Dresde.

Le barbu donna ses ordres, un cigare en bouche. Pour lui c'était la routine. Il sembla tout de même se soucier de la rousse qui pensait bien cacher son anxiété. Le Dr Foster n'eut pas le temps d'acquiescer, l'arme X recevant un tir en pleine tête. L'ennemi était déjà là. Les yeux de la jeune-femme prirent une couleur violine aussitôt, observant un instant la régénération toujours aussi fascinante du mutant déjà en route pour se venger.

-Juste pour info y a que lui qui crains pas les balles, signala-t-elle aux agents qui se mirent à couvert avec elle derrière un bloc de pierre imposant.

Elle ne pouvait plus reculer. Elle utilisa ses lentilles high tech pour zoomer au loin et repéra des guerriers skrull se dirigeant vers eux, alors que d'autre pénétrer et chercher les bâtiments en ruine mais encore debout. Elle inspira profondément réfléchissant rapidement à la meilleure façon de se débarrasser d'eux.

Deux individus firent irruption, sortant des restes d'un immeuble à moins d'une centaine de mètre d'eux. En apparence ils avaient l'air humain. Une mère et son fils cherchant à survivre une nouvelle fin du monde. La rousse ne perdit pas de temps à analyser leur structure moléculaire, recherchant un composant spécifique... ou qui ne collait tout simplement pas. Le griffu les rejoignit.

- Descendez-les, ordonna-t-il d'un ton froid.

Les deux agents échangèrent un regard hésitant. Alexiel soupira face à la distance qui diminuait entre eux et les deux individus. Elle ramassa deux cailloux à ses pieds et les lança au-dessus de sa tête. Ils restèrent suspendu à 2m au-dessus d'elle. Quelques arcs électriques se formèrent autour des masses rocailleuses restructurées en sphères parfaites.

-Je me boucherai les oreilles si elles sont sensible déclara-t-elle en montrant l'exemple.

Deux détonations claquèrent dans l'air. Deux corps s'effondrèrent retrouvant une apparence verdâtre avant même de toucher le sol, la moitié de leur tête ravagée par les projectiles improvisés devenus du plasma en fin de parcours. Jouant avec les électrons, elle avait créé un canon électrique plus communément appelé "railgun". Une arme dont les projectiles étaient accéléré par une force électromagnétique. En théorie le principe était simple. Il suffisait de créer deux rails constitués d'un courant électrique qui pouvaient propulser un projectile jusqu'à mach 5. Plus la vélocité de l'objet était grande et la masse petite et plus la température de l'objet augmentait en cours de route le transformant en du plasma. La scientifique pinça les lèvres ne retirant aucune satisfaction de la mort de leur ennemis. 'lexie se tourna vers les deux agents.

-Des skrulls de type guerriers arrivent au Sud, j'en ai compté 7 et ils sont pas seuls, accompagnés de leurs larbins comme ceux qu'on vient de voir, déclara-t-elle avec un signe de tête vers les deux cadavres frais. A l'exemple de ces deux là, ils vont probablement inspecter les restes d'immeubles pour éliminer ou rabattre tout survivants vers les guerriers, le tout en changeant souvent d'apparence. Comme l'a dit Wolverine va falloir nous couvrir. Faites-nous confiance si on vous dit de tirer sur une cible. Il peut les sentir et je peux les détecter également. Si vous avez un doute sur notre identité, tirez-lui dessus, lança-t-elle aux soldat dans un sourire espiègle. Autrement le mot de passe provisoire c'est "Lalaurie". Noté ?

La rousse regarda les deux agents du S.H.I.E.L.D. qui acquiescèrent. Elle avait repris du poil de la bête, arrêtant de se remettre en question toutes les secondes. Ce n'était pas parce qu'elle n'était pas là pour son expertise scientifique qu'elle ne pouvait pas l'utiliser pour se battre. Elle n'avait pas besoin de savoir combattre comme Wolverine ou Storm pour être efficace. Ses yeux se posèrent sur le barbu, un sourire aux lèvres et un bout de plan en tête.

-Ca ira, lui répondit-elle enfin. Iceberg, je crois que la rue aurait bien besoin d'une nouvelle déco avec de majestueux blocs de glace de 3 à 4m de hauteur.

-Secrètement j'ai toujours voulu être décorateur !

-J'avais un feeling à ce sujet.


La scientifique se leva et contourna le bloc de pierre qui lui donnait une couverture. Elle courru quelques pas en direction du tramway calciné avant d'utiliser ses pouvoirs pour se propulser dans les air. Elle atterrit une vingtaine de mètre plus loin au second étage d'un bâtiment à la façade manquante, sans perdre de temps pour indiquer à Iceberg comment elle voulait ses blocs de glace. Ils devaient être suffisamment grand pour empêcher les Skrulls de voir par dessus juste en se tenant debout.

Mais également suffisamment proche les uns des autres pour obliger les ennemis à se séparer ou marcher les uns derrières les autres. Tous étaient au moins d'une épaisseur de 80 centimètres au minimum et certains blocs étaient parfois séparé que de quelques centimètres pour rendre une destruction à mains nus plus lente et par la même occasion créer un début de labyrinthe glacial. S'ils décidaient d'utiliser l'une de leurs armes superpuissantes pour tout détruire ? Ils ne feraient qu'accélérer leur démise.

Alexiel se concentra sur le tramway qui se trouvait à quelques mètre en dessous d'elle. Elle inspira profondément et ferma les yeux, visualisant la structure du tramway. Elle sépara l'un des wagons du reste et commença à le faire pivoter pour bloquer une partie de la rue, incitant ainsi à se diriger vers le travail d'Iceberg. Elle fit de même avec un second wagon du tramway, le collant parallèlement au premier. D'un point de vu extérieur on pourrait croire qu'elle bougeait toute la masse du wagon elle-même, mais la rousse était bien trop feignante pour ça, utilisant et influençant quelques lois fondamentale de physique pour obtenir le résultat voulu. Elle reprit son souffle et un troisième wagon s'éleva dans les airs avant d'être lâcher d'un coup sur son barrage improvisé. Un dernier wagon s'y ajouta.

La rousse se colla contre le bout de mur à coté d'elle. Elle serra le poing pour empêcher sa main de trembler. Ils étaient là... 103 mètres plus loin.

-Monsieur le Wolverine, j'espère que vous êtes aussi agile et rapide que vous en avez l'air, murmura-t-elle avec un rictus crispé.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Sam 2 Mai - 2:23


                  Le projectile incandescent qu'il venait de lancer n'atteint malheureusement pas la cible escompté, les soldats Skrull au loin l'ayant évité en se réfugiant derrière une épave de voiture. Mais cela n'avait guère d'importance, le mutant concentra toute son attention sur les flammes qui se répandaient. Il les intensifia, créant un barrage incandescent dont émanait une source de chaleur intense. A défaut de neutraliser ces adversaires, il leurs avait bloqué le passage, réduisant ainsi leur mobilité. Tout du moins, pour un certains temps. D'autres esquadrons de soldats skrulls ne tardèrent pas à arriver, que ce soit par voie terrestre ou aérienne, se déployant en sautant des nombreux vaisseaux qui survolaient en ce moment même la ville de la Nouvelle Orléans, bombardant les infrastructures qui avaient par miracle réchappé à leurs précédentes attaques ou bien les ruines qui risquaient d’abriter les survivants qui se réfugiaient et se battaient depuis bien trop longtemps pour leur survie. Comme eux tous d'ailleurs depuis le jour de la Transition. La seule différence entre eux et le mutant pyrokynésiste étant que eux étaient restés là où ils habitaient pour défendre leurs biens et leurs foyers tandis que lui s'était empressé, une fois l'invasion commencé et les grandes villes attaqués, de rejoindre le Hangar en compagnie d'autres confrères confréristes et étaient restés cloitrés dans ce dernier, à s'ennuyer et à attendre avec la plus grande impatience les trop rares sorties à son goût à l'extérieur pour pouvoir se confronter et faire payer cher à l'envahisseur, le prix de tous les damages qu'ils avaient infligés, de tous les mutants qui avaient perdus la vie, le prix du sang.


                 Les Skrulls avançaient par groupe, malgré toutes les embuches et barrages de flammes que Pyro créait au fur et à mesure de leur avancée, en vain. Les tirs de blasters ennemis fusèrent de toute direction, et l'escouade récemment formé dut se résoudre à quitter leur position centrale en plein milieu de la rue, leur offrant un large champ de vision et d'action mais presque aucune protection contre les tirs ennemis. Les trois mutants se dirigèrent vers la maison la plus proche de leur emplacement, ce qui leur offrirait une protection temporaire, trop court pour pouvoir vraiment se reposer mais bien assez pour qu'ils mettent en œuvre un plan rapidement élaboré et qui bien que confus et brouillon leur permettrait sans aucun doute de contre attaquer à merveille. Le chef d'escouade, allumant son oreillette, demanda un tir de suppression de la part des deux agents du shield qui possédait une parfaite position et un angle de tir adéquate sur toute la rue. Avec un peu de chance, les Skrulls détourneraient leur attention un instant de la maison dans laquelle les mutants s'étaient réfugiés, quelques secondes suffiraient amplement pour leur permettre de sortir et de riposter. St-John attendit, se tenant recroquevillé pour ne pas attirer l'intention de ses opposants, une  dizaine de seconde, puis une autre, avant qu'il n'entendent le bruit strident de plusieurs armes à feu lourdes qui déversaient toutes leurs munitions sans aucun relâchement. Le mutant se leva, alluma son chalumeau pour en laisser échapper des flammes qu'il contrôlait parfaitement, et sortit de son refuge. Gagné, les Skrulls étaient maintenant occupés à déloger les deux agents qui les canardait et en avait presque oublié leur présence. Sans attendre, le mutant pyrokynésiste, tendant ses deux mains dans leur direction, leur envoya les flammes en suspension dans l'air qu'il avait accumulé au préalable, en embrasant la plupart qui se trouvait le plus proche de sa position. Pyro prenait bien soin de submerger les rangs ennemis, propageant les flammes d'une cible à l'autre, carbonisant la chair et les armures de ces envahisseurs qui poussaient des râles de hurlement si agréable à l'oreille du mutant, avant de pousser leur dernier soupir pour certains. Pendant ce temps, Avalanche, lui, profitant de l'attention porté aux agents et au pyromane, s'était plus rapproché des rangs ennemis pour pulvériser les cibles que Pyro enflammait. Un soldat dont l'attention était distraite, était une cible facile, un soldat qui était consumé par les flammes en était une bien plus facile. Et Lady DeathStrike quant à elle, ne s'était pas fait prier et chargeant les rangs adverses commençait dés à présent à déchiqueter tout ce qui se trouvait sur son chemin. Un plan que certain aurait jugé stupide et dont la finesse et la subtilité laissait fortement à désirer, certes, mais bougrement efficace.


                   Le combat qui faisait rage dans le quartier français était des plus meurtriers, et violent. Les soldats qui se tenaient quelques minutes auparavant debout à faire feu, était maintenant réduit en cendres et en poussière sur le sol, du à l'impact combiné du pouvoir sismique pyrokinésiste de Pyro et des ondes de choc de son confrères mutant. Malheureusement, ce qu'ils venaient d'affronter n'étaient que la première vague, l'avant garde en quelque sorte, les éclaireurs envoyés tester les défenses avant la véritable déferlante. Le barrage de flammes que Pyro avait créé s'était peu à peu estompé, et les troupes adverses qui s'étaient bien renforcés, avaient maintenant un champ libre devant eux. La vague d'ennemis qui s'étendait devant eux était bien trop importante pour que eux seuls puissent la gérer. Ils pourraient la ralentir, ça c'est sur, mais à quel prix. Les Skrulls lancèrent leurs assauts. Un guerrier se distinguait parmi les autres, bien plus imposant, massif et impressionnant que les autres, Pyro avait à de nombreuses reprises entendu parlé d'eux. Comment l'inverse aurait-il été possible ? Toutes les missions et nouvelles informations que l'on pouvait dénicher sur eux lors de sorties à l'extérieur étaient primordiales et de ce fait, arrivait assez vite à l'oreille de tous les occupants du Hangar. A en juger, par leurs carrures, ce guerrier serait surement un Super-Skrull si la vision qu'il avait d'eux et ses maigres connaissances sur le sujet s'avérait exacte. Pyro continuait de créer des barrages de flammes, essayant à tout prix de les ralentir et de leur bloquer le passage temporairement. Contre un ennemi aussi puissant, la retenu et la pitité était vite oublié, laissant place dans les esprits à de toute autre stratégie et manière de combattre. Un petit groupe de Skrull parvint à se faufiler à travers les mailles du filet tendu par le pyromane et Avalanche et arrivèrent à leurs contact. Lady DeathStrike bondit sur un, et commença à rentrer ses griffes, perforant l'armure, déchiquetant la chair. Pyro créa avec ses flammes un oiseau de feu aux serres acérés dont émanait une chaleur intense qu'il envoya sur un guerrier. Le volatile de braise fondit sur sa cible, et avec ses griffes s'attaqua aux point faibles que recelait les armures extraterrestre, en commençant par la tête. Le soldat déstabilisé par cet oiseau de malheur, était complétement à la merci d'Avalanche qui s'empressa d'utiliser ses ondes de choc pour le pulvériser, et à la poussière, l'y faire retourner. Les deux agents du Shield posté à leurs position continuait de faire feu et d'abreuver l’ennemi de tirs de suppressions. Un guerrier Skrull remarqua leur présence et se dirigea en chargeant vers leurs position, bouclier en avant. Les balles fusèrent mais rien ne traversa la protection de l'alien. Arrivés à proximité, le soldat bondit et s'accrocha au rebord de la fenetre, plantant ses griffes dans la pierre pour s'y accrocher avant de saisir un agent d'une de ses mains et de le projeter au sol. Ceci fait, il attrapa l'autre soldat du Shield qui continuait de tirer en vain, reculant pas à pas, et l'empoigna au cou. Toujours accroché sur un des pans de la maisons, il serra fort sa nuque jusqu’à la briser dans un bruit d'os brisé à glacer le sang. Il projeta le cadavre, et lâcha prise, tombant au sol dans un fracas. Et bondit sur l'autre agent. Il posa son pied sur la jambe du soldat, l'écrasant, et l’empêchant toute tentative de fuite. Et de sa main droite, il donna un coup de griffe surpuissant à la tête de l'homme, lui arrachant un partie du visage. Et dans un hurlement d'effroi, il perdit la vie lui aussi.

-Hmm...Eh bien je ne pensais pas qu'ils tiendraient si longtemps mais fort est de constater, que j'avais raison sur le fait qu'ils ne nous étaient d'aucune utilité, ironisa le mutant pyrokinésiste.

                  Bien qu'il n'en aurait jamais eu l'envie, Pyro n'aurait jamais pu sauver la vie de ces deux agents, bien trop submergés et légèrement dépassés par les événements. La situation était hors de contrôle. Une fois, qu'ils en eurent terminés avec les guerriers Skrulls qu'ils affrontaient au corps à corps, ils décidèrent de prendre la fuite, se dirigeant vers les ruelles qui coupaient perpendiculairement la rue Bourbon. Malheureusement, leurs retraite anticipé ne se fit pas sans mal, les soldats Skrulls les canardant avec leurs armes. Un tir effleura la jambe de Pyro qui tomba sur le coup, et renfrogna sa douleur dans un râle de fureur. Il se retourna, et examina rapidement l'état dans laquelle elle était. La blessure était assez superficielle pour que le mutant n'en souffre pas trop, et puisse quand même se mouvoir, mais était assez importante pour qu'elle ne l’empêche de se déplacer à la vitesse à laquelle il aurait du, boitant à chaque pas qu'il allait devoir faire. Avalanche le couvrit, envoyant ses ondes de chocs pour tenter de les dissuader tandis que Lady DeathStrike l'aida à se relever et à faire quelques pas. Leur retraite fut ralentie mais pas stoppé. Ils continuèrent jusqu’à une ruelle et se réfugièrent dans un bâtiment. Devant eux se trouvait uniquement un escalier qui menait à l'étage qu'ils allaient devoir monter si ils voulaient être en sécurité et semer leurs adversaires. Arrivés en haut, ils s’arrêtèrent, Avalanche monta la garde et Lady DeathStrike déposa Pyro sur le sol. Ils attendirent quelques minutes,  l'affut du moindre bruit, du moindre mouvement suspect. Les  Skrulls étaient des guerriers surentrainés et des chasseurs hors pairs, il ne faisait aucun doute qu'ils les retrouveraient d'un instant à l'autre, c'était une évidence. Le mutant pyrokinésiste alluma son oreillette et commença à parler :


-On est complétement dépassés ici, la situation est hors de contrôle. Un nombre important de Skrull nous a attaqués. Bien plus important que ceux à quoi on s'était préparé à affronter. Et bien trop important pour qu'on puisse le gérer avec seulement notre escouade. Les agents du Shields qui nous avaient été assignés sont mort, et je suis actuellement blessé. Si on doit tenir la position, soit on nous envoie du renfort, soit on évacue sur un autre front mais en tout cas, on n'est pas en mesure d'affronter ce qu'on a en face de nous, termina-t-il en haussant la voix pour essayer de bien se faire comprendre.

Le groupe de confréristes resta là quelques instants. Attendant impatiemment la suite des ordres, et n'ayant en tête que la seule envie de retourner se battre et de faire payer à l'envahisseur le prix de tous leurs actes.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Dim 17 Mai - 19:31


"when rome's in ruins, we are the lions, freed of the coliseum."
Alexiel - Johnny - Logan


La distance entre ces deux imposteurs et notre position se diminue à grands enjambées. Mon regard froid se tourne vers les deux agents du SHIELD, aucun n’ayant encore ajusté leur ligne de mire, puis vers Bobby, qui lui me dévisage littéralement. Je manque de soupirer, ajustant mes griffes, laissant la dernière goutte de sang verdâtre perler contre le sol. Me tournant un peu mieux vers eux, alors qu’Alex’ se baisse ramassant deux pierres, mon regard la suit alors que je reste immobile, curieux de la suite de ses actions. Si la surprise se discerne dans le regard des deux humains, mon expression reste toujours aussi froide, sérieuse… Seul un haussement de sourcil transmit mon étonnement devant ces capacités cachées de la jeune femme, et surtout à son commentaire. Rétractant mes lames, je suis son exemple d’un mouvement lent, plaquant mes paumes contre mes oreilles en effet sensibles. La seconde suivante, les deux enfoirés se rependaient lourdement contre le sol, morts. Du moins, c’est ce que je crus voir, la détonation bruyante agressant mes sens, me faisant fermer les yeux le temps que la vibration ne ricoche contre ma boite crânienne. L’un de pied dû se décaler pour me faire garder l’équilibre, légèrement désorienté, comme si une bombe venait d’exploser à quelques centimètres de moi. Cette claque passée de mon équipière, je lui adresse un regard lourd de sens, aussi noir qu’interrogateur, alors que le cône de glace lâche un « Wow.. » à priori impressionné, gamin. Restant concentrée, elle se contente d’informer le reste d’équipe alors qu’un soupir m’échappe, je ne fais pas encore de commentaire sur ce qui vient de se produire, pas pour le moment. Je ne tourne mon regard vers elle qu’au mot de passe, haussant de nouveau un sourcil, un léger sourire aux lèvres, décidément… « Lalaurie, sérieusement ? Va falloir qu’on discute Dr. Foster. » Dis-je en terminant ma phrase en ressortant mes griffes et prenant la tête de l’expédition alors que les autres parlent décorations, avançant d’un pas calme vers le Sud.

Chacun se mit en position, le SHIELD en couverture, l’œil rivé sur leur viseur, Iceberg en l’air, surfant sur ses vagues de glaces, obéissant aux ordres d’Alexiel qui, elle, se trouve au balcon d’une demeure calcinée par d’anciens bombardements. Surveillant leurs agissements du coin de l’œil, je rejoins dans des foulées de plus en plus rapides la zone de rencontre, qui deviendra dans quelques minutes un véritable champ de bataille et de morts. Ils sont à encore à environ deux cents mètres, évitant les nombreux tirs de cette bande d’enfoirés qui ralentissent mes mouvements, je décide de rejoindre le travail de la jeune mutante. Deux wagons venaient de s’ajouter au barrage, je pris bord au troisième, m’élevant ainsi dans les airs, en profitant pour mieux visualiser le travail de Bobby. Un rapide schéma mental du labyrinthe en tête, je m’extirpe du dernier wagon avant que celui-ci ne s’écrase. Griffes en avant j’atterris violemment contre l’un des éclaireurs, le surprenant en arrivant de nulle part et pourfendant sa chaire de mes six lames, le tuant sur le coup.

Me voilà entouré de murs de glace, ceux-là s’allongeant et s’agrandissant de plus en plus, limitant au passage mon champ d’action et de vision. La voix d’Alex’ résonne dans mon oreillette, me faisant doucement sourire. Je rentre trois de mes griffes et porte ma main à mon oreille droite. « Ça devrait aller Docteur Foster, mais vous ne m’aviez pas dit que je devais jouer à cache-cache pour tuer ces enfoirés. » Mon regard virevolte entre les différentes parois glacières, à la recherche d’une solution. « Je sais qu’Utopia vous manque les enfants, mais faut pas déconner, vous ferez vos jeux à la con quand toute cette merde sera terminée. Ça reste un travail d’équipe les gars. Iceberg tu risques d’être la cible principale, fait gaffe à toi petit. » Ces quelques directives dites, mon regard se clos, l’une de mes paumes frôlant le froid mordant, me concentrant sur mes sens, sur les bruits et les vibrations, visualisant un peu mieux mon terrain de jeux. Après quelques secondes, une lourde vibration se fait ressentir, l’une de ces armes aliens s’attaquant à une partie du labyrinthe, alors que d’autres se dispersent à toute allure.

Sans perdre plus de temps, mes jambes se fléchissent prenant mon impulsion pour rejoindre ma première victime, me faufilant entre les couloirs pour la rejoindre. Deux larbins pour commencer, je les surprends au détour d’un croisement, arrivant dans leurs dos, les tranchants sans plus de cérémonie. Avant que le deuxième ne s’écrase au sol, j’use de son corps meurtri comme marche pied, me propulsant sur les murs du labyrinthe, me déplaçant bien plus rapidement jusqu’à ma prochaine victime, cette fois, un guerrier qui a eu la même idée que moi. Me remarquant de loin, il lâche prise et se laisse retomber au sol, chargeant son arme à feu, se préparant à mon arrivée. C’est ça attend mon gros… Je le laisse à sa position et change de direction, faisant volte face pour rejoindre un autre guerrier à quelques mètres au sol. Je plonge sur lui avec l’intention de le tuer en coup, mais se dernier use de ses réflexes pour esquiver d’un bon en arrière, fissurant la paroi de glace qu’il percute. Ses avant-bras ne sont que deux grands piques tranchants, lui donnant une plus grande portée d’attaque. Je pars de mes griffes pour faute de ne pouvoir esquiver dans cet étroit couloir, mais profite de l’environnement pour me faufiler par la suite rapidement derrière lui, passant entre ses jambes, me redressant en lui tranchant la colonne vertébrale de tout son long, remontant de son bassin jusqu’à sa nuque. Sans attendre qu’il ne tombe, je m’élance de nouveau dans le labyrinthe avec l’attention de rejoindre l’autre Skrulls qui m’attend surement toujours. Mon instinct ne me trompe pas, cet abruti est toujours, ses bras-canons-aliens toujours en joues, prêts à tirer au moindre mouvement. Arrivant sur sa gauche, il lui suffit de baisser le bras pour m’exploser, ce qu’il fait… Le tir s’enclenche, mais percute un mur de glace fraichement créé par Bobby qui surfait par là. Bien joué petit. Le tir s’arrête alors que le bloc de glace n’est plus qu’une fine pellicule de neige fondu. Je la percute et rejoint mon ami vert, tranchant son bras avec violence avant qui ne frappe du revers de son autre canon, me faisant manger le mur et le goût de mon propre sang. L’alien sourit, quel abruti. Ce n’est que la glace qui se trouve derrière moi qui tu as brisé, pas mes os… Je me laisse glisser le long de la paroi jusqu’au sol alors qu’il me pointe de son canon-bras-mégaman, décidé à m’exécuter à bout portant, ce n’est qu’à ce moment-là que je lui rends son sourire sadique. Sentant l’énergie de son tir se concentrer à quelques millimètres de mon front, j’attends le dernier moment pour planter mes griffes dans son avant-bras, détraquant son arme biologique et donc son tir, le laissant imploser. Certes, je me prends autant l’explosion que lui, mais à sa différence, je me relève d’entre les blocs de glace, laissant mon facteur guérisseur faire le boulot, essoufflé avec la partie gauche de mon visage en moins, mais vivant.

Cette dernière attaque n’a pas été des plus discrète, ameutant plusieurs sous-fifres sur ma position, et merde… J’enclenche mon oreillette le temps d’une seconde et m’adresse à Alexiel alors que mes jambes mes portes sur les blocs de glace éparpillée, montant sur les murs de glace, suivit de plusieurs espions Skrulls. « Alex’ si tu veux me griller les tympans c’est le moment ! » M’assurant que le petit groupe m’ait bien suivi, je me retourne et occupe le plus possible leurs attentions, prenant garde à ne pas tomber entre deux coups. Normalement, ils sont largement à découvert pour que le tir aux pigeons de la mutante ne se fasse.

Cette menace éliminée, je retourne au sol, rejoignant Iceberg en plein affrontement contre un guerrier Skrull, le congelant littéralement à distance. La statue de glace terminée, je me charge de briser son art d’un coup de griffe, finalement cette bataille a vraiment des airs d’Utopia…

À proximité de Bobby, ce dernier usa de sa glace pour me faire un pont jusqu’au prochain ennemi d’envergure de l’autre coté de la rue. Le pont sur lequel je courrais fut rapidement brisé par les slaves de tirs aliens. Chutant en l’air, j’utilise mes griffes pour glisser contre un niveau bloc de glace qu’Iceberg vient tout juste de créer, telle une tyrolienne, me rapprochant ainsi jusqu’à ma cible principale. Plutôt que de rétracter mes lames pour atterrir sur mon ennemi, je tranche la glace avant de l’envoyer sur le guerrier, le forçant à tirer sur la glace me précédant plutôt que sur moi. Pieds joints, je me réceptionne sur la tête de cet enfoiré, me retournant par la suite en l’air pour lui faire goûter mes lames.

La cible à terre, un nouveau canal s’enclenche dans mon oreillette, les paroles de Pyro nous parvenant. Et merde… Blink fut la première à répondre « J’arrive pour évacuer. » J’interviens aussitôt d’une voix autoritaire. « Pas question, votre position est déterminante pour celle du groupe de Gambit, si vous fuyez alors la situation deviendra hors de contrôle, et la guilde sera la prochaine à tomber, puis la ville. La mission sera donc un échec. » J’expire un instant, laissant un souffle chaut apparaitre dans l’air refroidi par les diverses créations d’Iceberg, alors qu’un silence plombant s’étant sur la communication. « Johnny, t’es plus un gamin, on a pas de médecin et on a surtout pas le temps ni les effectifs nécessaires pour te remplacer, cautérise ta plaie avec tes flammes. Blink, rejoins les et reste avec eux comme soutien. Débrouillez-vous pour le moment, Blink, si tu as besoin d’une attaque extérieure, tu nous préviens et on agira le temps d’une action. »  Eteignant la transmission, je me retourne vers de nouveaux opposants, prêts à en découdre. Dans un soupir, j’enchaîne « Et mourrez pas toute suite… » Espérant intérieurement qu’ils vont tenir le coup, confréristes ou non, c’est plus une question de camp depuis un moment, une perte est une perte, peu importante les antécédents de celle-ci. Il a pu essayer de te tuer dans le passé, ici, tu donnes ta vie pour lui comme il doit le faire pour toi, avec plus au moins d’hésitations, je l’accorde…

Tentant de chercher une vraie solution en même temps que je tranche des têtes, mon attention s’égare, une légère perte de calme dû à la situation avoisinante ou un mauvais pressentiment sur la suite des opérations ? Car soyons honnête, il manque les grosses frappes, ceux que nomme Bobby les "Géants Verts", avec un jeu de mot moisi volontaire…



Revenir en haut Aller en bas

GameMaster
avatar
Staff
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Messages postés : 791
ϟ Copyright : (C)Ozzy
ϟ Music : METALLICA -- Master of Puppets
ϟ Niveau : Oméga
ϟ Affiliation : Etre Suprême

Carnet de Route
ϟ Disponibilité RP:


MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Dim 31 Mai - 19:31



When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum



La bataille faisait rage, et malgré tous les efforts des Résistants utopiens, des Guildes, des Agents du SHIELD, il était évident que les Skrulls gagnaient du terrain. Chacun d'entre eux qui tombait au combat était remplacé par deux autres, voire trois autres. Leur supériorité numérique autant que technologique était indéniable, et leurs pouvoirs métamorphes achevaient de plonger dans une totale confusion les maigres forces terrestres. Mais celles-ci tenaient bon, coûte que coûte. La rage de Wolverine, le brasier de Pyro, la ruse du Docteur Foster et la détermination de chaque Résistant à sauver ce monde en ruines qui était le leur permettait à ces derniers d'être encore là, debout, luttant jusqu'au dernier souffle sans rien lâcher à ces envahisseurs.

Les Skrulls avaient une planète entière à coloniser, à tenir en respect, et même s'ils étaient bien plus nombreux que la population terrienne, ils ne pouvaient pas pour autant se permettre de gâcher inutilement des troupes sur du long-terme, et à chaque bataille qui surgissait aux quatre coins du globe. Pourquoi se baser uniquement sur de la chair à canon quand on avait à disposition un réservoir génétique de milliers d'espèces intergalactiques, et plus précisément des gênes mutants bien précis, extrêmement rares et puissants...?

Bientôt, chaque Résistant mutant fut frappé par une sorte d'écho étrange à l'intérieur même de son esprit, leur faisant stopper net toute action en cours. Ce n'était pas douloureux, mais plutôt extrêmement perturbant. Plus encore lorsque le décor du champ de bataille autour se modifia progressivement pour laisser place à un autre champ de bataille. Plusieurs autres, en vérité. Des champs de bataille de ces années passées, mettant en jeu chacun ici présent avec un réalisme saisissant. « Votre civilisation est si naïve, » fit soudain une voix sensuelle, féminine, mais terrifiante dans leurs têtes. Emma Frost. Ou du moins, sa version Skrull. Quelque part dans ce chaos, imperceptible.  
« Pensez-vous réellement qu'en aidant les humains vous gagnerez leur respect, leur tolérance ? Pensez-vous réellement qu'ils ne retourneront pas ces futiles Sentinelles contre vous dès lors que le moment sera approprié ? Ne l'ont-ils pas déjà fait par le passé ?
Croyez-vous qu'ils ont oublié votre suprématie mondiale, votre "Magnus Era" ? Qu'ils ont oublié le Phénix et ses ravages ? Croyez-vous que vous oublierez vous-mêmes leur guerre contre Utopia ? Les expériences scientifiques ? Votre civilisation est rongée par la rancoeur, la colère, l'orgueil... Elle n'a aucun espoir de perdurer et vous le savez tous... Vous ne coopérez que pour mieux vous retourner les uns contre les autres ensuite... Vous n'apprenez pas... »
continua la voix. Aveuglés par ces illusions, les Mutants des Guildes comme d'Utopia ne voyaient pas que les soldats Skrulls étaient en train de se retirer des rues, comme rebroussant chemin. « Nous avons vu votre avenir, cet avenir inévitable si l'on vous laisse continuer sans nous, sans notre Harmonie pour apaiser vos guerres intérieures... » Soudain, les illusions des guerres passées laissèrent place à un environnement sombre, apocalyptique, fait de métal et de sang, d'un ciel orageux et électrique où nul rayon du soleil ne perçait. Cela encercla chaque Mutant comme si c'était réel. Chaque Mutant se crut alors au coeur de nouveaux affrontements contre cette fois les Sentinelles qui aujourd'hui pourtant les aidaient dans leur survie contre les Skrulls. « Nous ne sommes pas vos ennemis... Nous sommes venus vous délivrer de vous... Empêcher votre fin... »
Chaque Mutant se retrouva mis face à sa propre mort "future", de manière si réelle que beaucoup tels qu'Iceberg, Malicia ou encore Blink se mirent à frapper dans le vide pour tenter de combattre ces Sentinelles illusoires. Chacun crut ressentir les frappes de ces ennemis futuristes, et riposta en se sentant "secoué".
Sans savoir que ceux qui les secouaient pour tenter de les extirper de cette torpeur étaient les Agents du SHIELD auprès d'eux. Le sang de ces derniers coula de la main des Mutants possédés par les illusions de la Sorcière Blanche. D'autres hurlaient, hurlaient aux Utopiens de se réveiller.


Ils hurlaient qu'une vague géante était en train de se former autour de la ville à moitié portuaire alors qu'un Namor Skrull surplombait la vague naissante, son trident en main, le visage partiellement verdâtre. Diversion. Emma Frost faisait diversion, rendait les Mutants immobiles, prisonniers de leurs visions, tandis que l'armée Skrull évacuait les lieux par la voie des airs en vue de l'inondation prochaine de toute la côte afin de l'épurer de tous ses occupants néfastes. Seul un Mutant n'était pas touché par la télépathie surpuissante de la Skrull Emma Frost, de par sa biokinésie permanente faisant office d'interférences énergétiques. Charles Xavier le lui avait dit dès le premier jour : cela le perturbait de ne jamais pouvoir lire ses intentions, d'autant plus qu'elles n'étaient jamais très louables, ni jamais très mauvaises.

Les cartes de poker chargées cinétiquement volèrent et retombèrent aux pieds de Wolverine, Pyro, Alexiel Foster, Iceberg et tous les Mutants à portée de lui tandis qu'il bondissait de toit en toit pour les "réveiller" au plus vite. Certes, c'était brutal, les envoyant à terre, mais le temps était compté. Cependant, il ne pouvait pas parcourir la ville entière ainsi, et malheureusement, Tornade et Cyclope ne purent être sortis de l'emprise de la Skrull. Bientôt la tempête fit rage au-dessus de la ville, agravant la situation, rendant la vague qui ne cessait de grandir plus menaçante encore au milieu des éclairs. Ces derniers s'abattirent sur les Résistants, manquant de faire tomber Gambit lors d'un saut entre deux toits.



« IL FAUT TROUVER FROST ET LA NEUTRALISER ! ELLE EST FORCEMENT PAS LOIN ! » ordonna Gambit à moitié en panique aux Utopiens réveillés. « ICEBERG ! LA VAGUE ! » ajouta-t-il à son ami qui partit sur un monticule de glace pour se rendre auprès de la vague. « Je pourrai jamais geler autant d'eau ! » s'alarma-t-il face à la masse aquatique qui grossissait à vue d'oeil. Quand il tenta d'atteindre Namor en haut de celle-ci, un jet d'eau sortit du mur d'eau pour le percuter de plein fouet et le réexpédier plus bas. Il esquiva de justesse le rayon optique d'un Cyclope manipulé par Frost. « QUE QUELQU'UN S'OCCUPE DE ME COUVRIR ! » s'énerva Iceberg qui repartait vers la vague. Il tendit les bras pour entamer de la congeler, pour la figer et empêcher qu'elle ne se déverse par la suite sur la ville.

En ville, Gambit se chargeait de réveiller au plus vite les membres des Guildes qui s'étaient retournés contre les pauvres Agents du SHIELD dépassés. La mutinerie était sanguinaire, les Résistants se battaient entre eux et les humains n'avaient aucune chance contre les Mutants, d'autant plus alliés à la base. Parallèlement, les Utopiens avaient pour tâche de trouver la Skrull Sorcière Blanche, et ça tout en survivant aux attaques implacables de Tornade et Cyclope qui lui servaient de pantins de protection. « Si Malicia parvient à toucher Frost, elle pourra se servir de sa télépathie pour arrêter Namor ! » fit Gambit dans les oreillettes de chacun. La situation avait tourné au plus tragique, et les chances de ne pas voir la Nouvelle-Orléans engloutie sous les eaux étaient infimes. Mais il était impensable pour les X-men et la Résistance d'abandonner les lieux à leur triste sort. Frost pouvait être n'importe où dans cette ville, mais personne ne lâchait rien, même face aux images traumatisantes d'un futur possible, voire probable. Mais chaque ennemi en son temps. L'urgence n'était pas aux Sentinelles du futur. A vrai dire, en cet instant, beaucoup de Mutants n'auraient pas craché sur leur aide pour traquer Frost. Traquer les mutants avaient après tout toujours été leur spécialité. Ou encore pour tenir en respect les vaisseaux Skrulls qui, depuis le ciel, continuaient de bombarder la ville afin d'achever un peu plus les résistants au sol. Eux et les Skrulls dotés d'ailes passant en rase-motte pour vous frapper, lacérer, repousser.



« Blink... Je pensais jamais avoir à dire ça un jour mais... VA CHERCHER LES SENTINELLES ! JE ME FOUS DE CE QUE DIRA LE SHIELD, RAMENE-LES ICI QU'ILS LE VEUILLENT OU NON ! » hurla Gambit aux prises avec deux membres de la Guilde qui lui opposaient une farouche résistance, refusant de se "réveiller". Blink hésita, mais s'exécuta face à la perte de terrain. Bientôt, plusieurs portails dimensionnels se créèrent dans le ciel, et des dizaines de Sentinelles en sortirent comme un essaim d'abeilles. Une partie s'attaqua aux vaisseaux au-dessus, tandis que l'autre se répandait dans la ville pour aider à neutraliser les Mutants mutinés malgré eux. Sans les tuer, avec une précision redoutable. Par chance, cette précision redoutable était du côté de la vie. Pour une fois.

PRECISIONS SUR CE TOUR :

→ Vous devez débusquer la Skrull Emma Frost pour permettre à Malicia de lui voler ses pouvoirs. Cela lui permettra de neutraliser Namor qui est hors de votre portée.

→ Le temps vous est compté, la vague grandit et bientôt Namor la lâchera sur la ville.

→ Vos principaux adversaires sont non seulement des soldats Skrulls "suicidaires" (ayant des pouvoirs comme les vôtres comme d'habitude), mais aussi malheureusement vos alliés Mutants des Guildes, ainsi que Tornade et Cyclope possédés par Frost.

→ Durant vos hallucinations, vous avez forcément blessé voire tué des agents du SHIELD qui ont tenté de vous aider. Cela joue forcément sur votre moral, si ce n'est pas là, ce sera forcément à votre retour au Hangar, pensez à le prendre en compte par la suite.

→ Les vaisseaux Skrulls continuent de vous bombarder depuis le ciel.

→ Vous combattez aux côtés des Sentinelles, vos meilleures amies, c'est cadeau





POUR TOUTE QUESTION, C'EST PAR ICI
© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN

Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   Mer 10 Juin - 11:42


                             Le combat faisait rage au dehors, en témoignait le bruit incessant des tirs ennemis, du carnage sanglant, des bâtiments s’effondrant sur eux même. Les confréristes attendaient patiemment la réponse à leur demande de renfort qui ne devrait plus tarder à arriver avec un peu de chance si le message avait bien été reçu. Légèrement dans la pénombre, le mutant pyrokinésiste attendait, une main sur son oreille pour, qu'au cas où un message était transmis, il puisse bien l'entendre, confinant le bruit extérieur, et l'autre main appuyant sur le torchon qu'un des mutants avait trouvé dans la cuisine, empêchant la blessure de s'aggraver et l'apaisant quelque peu. Ses confrères quant à eux, se reposaient légèrement dans l'espoir de reprendre des forces qui leurs seraient certainement utile dans la bataille où ils allaient devoir retourner, ou tout en montant la garde. Leurs abri temporaire leurs conféraient une sorte d'accalmie pendant l'assaut, un moment d'apaisement. Si le combat dehors n'avait pas lieu, on pourrait croire comme certaine fois lorsqu'on se promenait dans le Hangar que rien n'avait changé, que tout était comme au bon vieux temps, le temps d'avant que le jour de la Transition n'installe cette nouvelle ère. Le temps de la Confrérie, lorsqu'elle était toujours intact et au complet. La bonne vieille Confrérie..on aurait beau dire, elle n'était aujourd'hui que le reflet de ce qu'elle fut d'antan. Cet élan soudain de nostalgie fit apparaître un léger sourire sur le visage du mutant.

Soudain, une voix se fit entendre dans l'oreillette, rauque et grave qui n'était pas sans être inconnu à Pyro. Il l'écouta attentivement et son expression faciale se dégrada quelque peu. Soit. Ils n'auraient pas de renfort de si tôt, et il aurait du le deviner. Si leur front était débordé, il n'était pas surprenant qu'il en soit de même pour tous les autres. Répondant sèchement, il s'exclama :

-Bien, si il le faut.

Il coupa l'oreillette, et enleva le torchon qui empêchait tant bien que mal sa blessure de s'aggraver. Il activa son briquet et le tint près de la peau qui avait été touchée. Il attendit un instant. Sa respiration se faisant plus rapide et plus bruyante. Il leva les yeux et se concentrant, dirigea ses flammes vers les tissus touchés qui se contractèrent, se déchirèrent sous l'intense chaleur, brulèrent. Pyro poussa un gémissement de douleur, tentant de se retenir le plus possible d'exprimer le déchirement qui le tiraillait, ce qu'il eut bien du mal. Si le contrôle des flammes était sien, et était destructeur pour ses ennemis, il en était tout autant pour lui. Au bout d'une quinzaine de seconde de souffrance, une croûte commença à se former péniblement, jusqu'à complètement recouvrir la blessure béante qui venait de se refermer. Le mutant inspira longuement et bruyamment, puis expira. Il stoppa les flammes et referma son briquet. A défaut d'avoir atténuer la douleur et de représenter une protection efficace, cela pourrait au moins tenir et lui permettrait de marcher sans presque aucune gène. Il jeta le torchon sale qui ne lui était plus d'aucune utilité. Se relevant en prenant appui sur la paroi du mur, il prit quelques minutes pour tenter d'élaborer un plan. Ils devaient reprendre l'avenue et retarder l'entrée des Skrulls dans la ville par l'avenue Bourbon. Un silence s'installa, les bruits des combats se faisant plus léger, presque inexistant. Le front avait du se déplacer autre part. Et lorsque l'envahisseur était en train de se mouvoir dans les ruelles, c'était le moment parfait pour contre attaquer, lorsque l'ennemi relâchait son attention ne serait-ce que pour quelques instant. Soudain, le mutant se posa une question qu'il ne s'était jamais posé jusqu'à lors. Est-ce que les Skrulls pouvait relâcher leur attention ou pouvait avoir peur ? Ils étaient ici en conquérant et la Terre leur terrain de jeu. Depuis le jour de la Transition, aucune bataille n'avait été gagné du coté des terriens, ils avaient sauvés les meubles tout au plus, protéger ce qu'ils pouvaient, et encore, même cela, ils avaient eu bien du mal.

Pyro venait de trouver un plan, enfin si l'on pouvait appeler ça un plan. Bien que bancal, manquant très certainement de subtilité et de finesse et ayant de très fortes chances de se solder par un échec , il ne manquerai pas de semer la mort dans les rangs ennemis. Ce que lui avait dit Logan, était on ne peux plus clair,ils devaient tenir ou périrent en essayant. Telle étaient leur missions et telles étaient les ordres.

Le mutant ralluma son oreillette et appela Blink en urgence. Les secondes s'écoulèrent avant que l'un de ses portails ne s'ouvrit, Blink débarquant à sa suite. Le groupe de confréristes s'engouffra dans le portail, et atterrit dans une sorte de labyrinthe géant de glace. Pyro se demanda bien où est-ce qu'ils pouvaient bien se trouver. A la Nouvelle Orléans probablement. Une création du Glaçon sans aucun doute. Aussitôt arrivée, la mutante projeta sa lance sur une des parois, créant un nouveau portail, dont la direction était cette fois ci la rue bourbon. Ils s’engouffrèrent dans ce dernier aussi sec et atterrirent sur la rue qui s'était transformé en un vaste champ de bataille, encombré par les débris des bâtiment autours, détruit totalement ou partiellement par les bombardements à répétition de leurs assaillants. L'effet de surprise fit son effet sur les quelques escouades de Skrulls qui se trouvaient devant eux.

Atterrissant tant bien que mal sur le pavé, Avalanche et Pyro, adossés l'un contre l'autre pour couvrir une plus grande zone d'effet, déchainèrent leurs pouvoirs autant qu'ils le pouvaient, brûlant et déchiquetant les armures des Skrulls sous l'effet de l'intense chaleur qui en émanait et des puissantes ondes de chocs dont l'impact fut meurtrier. A peine les aliens avaient-ils eu le temps de se rendre compte du carnage qui allait se produire et de répliquer, que Lady Deathstrike s'élança et se jeta sur eux avant de les déchiqueter de ses longues griffes en adamantium acérés. Les deux autres jeunes confréristes suivirent l'exemple de leurs ainés, et déchainèrent à leur tour l'ampleur de leur pouvoir. Cette vision ravit le mutant qui se dit que la relève au sein de la Confrérie serait assuré par les générations suivantes de mutants et que, même si Magnéto et tous ses généraux tombaient au combat, son message lui, survivrait.

Leurs adversaires n'eurent pas le temps de riposter et, le combat achevé, d'autres troupes ainsi que le gros de la vague d'assaillants qu'ils avaient affrontés plus tôt, arrivèrent. Sauf que cette fois ci, plus question de reculer ou de fuir, il devait se battre, jusqu'à la mort si il le fallait. A une vingtaine de mètres plus loin de leur position, les Skrulls se massaient. Pyro activa ses deux lances flammes au maximum de ses capacités, projetant un nuage incandescent bloquant le passage à leurs adversaires. Il se concentra, fermant les yeux, faisant abstraction de toute chose autour de lui, les bruits, les tirs, la situation l'exigeait. Progressivement, le nuage de flamme changea de forme, de consistance. Les flammes sortant de l'appareil dorsale du mutant continuant d'alimenter cette forme qui, devenait de plus en plus imposante et prenait de l'ampleur. Pyro avait besoin de temps, pas beaucoup mais suffisamment pour qu'il puisse mener à bien ce à quoi il était en train de penser, et ce temps, les autres confréristes comptaient bien le lui donner. Avalanche s'avança à leur rencontre, produisant ses ondes de chocs pour les repousser. Précédé peu par les deux jeunes mutants. Lady Deathstrike quant à elle, avait empruntée un portail que Blink venait de créer et qui débouchait sur le flanc de leurs assaillants. Les deux mutantes se mirent à l’œuvre. Du temps, il lui fallait du temps ! Le nuage se transforma peu à peu, prenant la forme d'un oiseau de feu, une sorte de phénix. Plus qu'un petit peu de temps, et ce serait bon.

L'avantage tactique conféré par l'effet de surprise perdit rapidement de son utilité et les Skrulls n'allaient certainement pas se laisser faire aussi facilement. Le combat qui faisait rage devant lui était des plus meurtriers et violents. La rue bourbon était à feu et à sang, et le mutant se doutait qu'il devait en être de même pour le reste de la ville. Toutes les attaques qui avaient eu lieu jusque lors, n'avait qu'un seul but, préparer en amont le terrain pour l'attaque finale, pour ce jour. Pyro ne devait donc pas échouer, il ne devait pas !

Il rouvrit les yeux. Il était temps. Le nuage de flamme avait maintenant pris la forme d'un immense phénix flamboyant dont la composition était indéterminée, une créature à la fois compacte et incandescente. Ses ailes gigantesque de flammes dont la chaleur qui en émanait était insoutenable à supporter pour quiconque se serait trouvé a proximité, dépassait de hauteur de peu les immeubles qui bordait la rue, et qui était de largeur à peu près la moitié de la rue. Tentant de garder tant bien que mal le contrôle de cet invocation mi animal mi incandescente, il prit la parole.

-Brulez en enfer.

Stoppant le mécanisme de son lance flamme, il leva ses deux mains en direction de ses ennemis et gardant au maximum sa concentration, lança le phénix à leur rencontre, en hurlant à Blink de mettre à l'abri les confréristes pour qu'ils ne prennent pas l'impact de plein fouet.

Avalanche fit un pas de coté, tandis que Lady Deathstrike ainsi que les deux autres mutants  prirent des portails créés par la mutante téléporteuse qui les mit en sûreté. D'un seul coup, le phénix flamboyant aux ailes incandescentes s'élança sur le groupe de Skrull amassés qui tentèrent de riposter en vain, en lançant une rafale de tirs qui n’atteignirent ni les mutants, ni ne stoppèrent l'avancée fulgurante de la création de flamme. L'impact fut d'une extrême violence, les griffes du rapace rendu partiellement solide par le pouvoir de Pyro, déchirèrent et déchiquetèrent les armures des opposants, consumant leurs chairs exposés à vif, dans des hurlements qui mélangeait tant à la fois la rage qu'il exprimait de la douleur qui les tressaillait. Concentrant son regard sur le spectacle macabre qui se déroulait devant ses yeux, il dirigeait les mouvement du volatile enflammé avec un certain sentiment de joie et de jubilation à l'idée de détruire ses ennemis jusqu’à ce qu'il ne reste de leur cadavre et de leur trace sur la Terre qu'une trainée de cendres. Il savait qu'il ne pourrait pas le contrôler bien longtemps, une minute tout au plus, mais c'était largement suffisant pour semer la destruction dans les rangs ennemis. Yuriko, Dominic, Blink, ainsi que les deux confréristes se tenaient à coté du mutant, et, régissant à l'évidente vulnérabilité de leurs adversaires s'élancèrent à leur rencontre en prenant soin d'achever les Skrulls qui n'auraient pas succombé au brasier de Pyro.Totalement épuisé, ce dernier relâcha son attention, sa création disparut. Posant ses mains sur ses genoux, la respiration plus haletante, il releva la tête et constata l'avancée des autres vagues de Skrulls qui ne tarderaient pas à arriver. Aussi loin que portait son regard, des extraterrestres arrivaient en nombre. Des tirs fusèrent une nouvelle fois, mais cette fois-ci plus question de reculer, il devait rester et tenir la position, quoi qu'il en coute.

Une quinzaine de secondes s'écoula, laissant le temps au mutant pyrokinésiste de reprendre ses esprits. La mutante téléporteuse lui fit un signe de tête et créa un portail pour rejoindre un autre front. Tous luttaient avec autant de hargne et de désir de vaincre que la situation l'exigeait. Pyro fit un pas, puis un autre, en direction du combat, avant de ressentir en lui un écho dont la sensation fut si étrange, comme si quelqu'un prenait possession de lui, de ses sentiments, de tout. Tétanisé, il posa un genou à terre, puis un autre, avant de se retrouver bras ballants, le regard vide. Il ne comprenait ce qui lui arrivait, tout autour de lui s'effaça, non pas ça, ils se transformèrent peu à peu. Comme si tout n'était fait que de poussière qui au contact du vent s'envolaient, se répandant et se restructurant peu à peu. Comme sorti de son enveloppe charnelle, il se tenait debout, totalement effrayé et perturbé. Une voix qu'il connaissait se fit entendre. Tournant la tête activement, il constata avec stupeur qu'il connaissait déjà l'endroit où il se trouvait. Il y avait été.

La grande avenue de Sydney, où des cadavres calcinés trainaient sur les bas cotés. Une inscription rouge avait été faite avec le sang des vaincus sur le mur des immeubles. « Magnus Era ». Le mutant tourna autour de lui, constatant les ravages. Là où son regard se détournait, un autre lieu se créait petit à petit. La fin de Génosha, la guerre d'Utopia, des lieux étrangers et pourtant il s'y trouvait. D'un coup, il se retrouva dans ce qui semblait être des ruines de ce qui fut jadis une ville, où tout n'était que désolation, peur et carnage. Cela semblait si réel. La sensation de ses pieds sur le sol, du vent sur ses joues, de l’apesanteur sur son corps. Reculant, il trébucha, et contempla un ciel enflammé où plus aucune trace de soleil et d'une quelconque vie ne s'y trouvaient. Autour de lui, seulement la désolation. Il entendit un bruit, des décombres sortit une sentinelle. Le visage de Pyro s'affaissa, la peur le tiraillant. Un autre bruit, une autre sentinelle apparut. Très vite, il se retrouva encerclé. Terrassé par la peur, John usa de ses pouvoirs, tentant en vain de les repousser, de les ralentir juste un instant, de s'enfuir. Une sentinelle s'avança, son bras se transforma peu à peu en lame aiguisé. Le souffle du mutant se faisant plus irrégulier, une goute de sueur perlant sur son front, il dirigea toute sa puissance, tout son pouvoir sur son opposant. Levant une main comme pour se protéger, la sentinelle ne fut que quelques secondes ralentis, continuant son avancée.

Rien, rien ne pourrait l’arrêter et cette évidence était un supplice pour le mutant. Être pris dans un piège, lent, duquel il ne pouvait pas s'échapper. Une sentinelle commença à avancer, puis une autre. Il était encerclé. Il déchaina sa puissance, créant une explosion de flammes autour de lui dans une ultime tentative. Elles continuaient leurs avancées. Pyro tenta de s'enfuir mais une sentinelle l'attrapa à la jambe, avant de l'arracher. Il hurla à la mort, tituba, tombant à terre. Se relevant difficilement, il tourna la tête et regarda en face la sentinelle qui se jetait sur lui, son bras transformé en lame en premier, l'empalant au torse avant de le trancher de toute part. Les ténèbres l'engloutirent. La fin.

Il avait assisté à sa mort, à la fin des mutants, de tout. Massacré par les sentinelles comme auparavant. Une boucle sans fin duquel personne ne peut s'échapper.

Il fut projeté à plusieurs mètres d'un seul coup. Il ne comprenait plus rien. Dos au sol, il pouvait voir au dessus de lui, des vaisseaux Skrulls qui surplombaient la ville. La Nouvelle-Orléans. La rue Bourbon, déserte à présent. Cela lui revenait peu à peu. Il était en état de choc, n'étant pas en capacité de raisonner. St-John se releva très difficilement, sonné, le regard vide animé d'une lueur étrange d'incompréhension et de frayeur. Tournant la tête à sa droite, il constata avec horreur le cadavre calciné d'un homme, puis d'un deuxième. S'approchant timidement de l'un deux, il l'examina. Et fondit en sanglot lorsqu'il se rendit compte de l'identité de celui-ci. Il les avait tués durant sa vision. Il était responsable d'eux, ils étaient sous ses ordres. Et il les avait tués. Il répugnait de tuer des mutants, même lorsque la situation l'exigeait, et il venait de les poignarder dans le dos, des confréristes. Ils ne se doutaient de rien, étaient eux aussi sous l'emprise d'une quelconque force et il les avait tués.

Quelques minutes s'écoulèrent tandis qu'il restait là, vulnérable, le front en sang à cause de l'explosion qui l'avait sorti de sa torpeur, sa douleur à la jambe se réveillant malgré la cautérisation. Il se releva très difficilement, reprenant peu à peu ses esprits, encore trop embrumé par les récents événements. Une autre carte explosive avait été lancé par Gambit peu après celle qui lui était destiné, à l'emplacement de ses deux compagnons d'armes, les réveillant sur leur coup eux aussi, mais les sonnant plusieurs minutes durant. Pyro alluma son oreillette, et il entendit les nouveaux ordres de Gambit. Trouver Frost et la neutraliser..La neutraliser ! Le mutant perdait peu à peu la raison, étant toujours sous le choc de la mort de ses deux confrères et de la vision qu'il venait d'avoir. Il était excédé par la rage et la colère. « Si je trouve Frost, mon visage sera le dernier qu'elle verra » pensa St-John. La neutraliser, impossible, insensé, cette garce ne méritait qu'un seul sort. La mort. Et le mutant comptait bien la lui donner. Il commença à marcher. Soudain, quelque chose attira son attention, il leva la tête aux cieux et constata avec horreur le spectacle qui se déroulait devant ses yeux. Des sentinelles jaillissant de portails prêt à répandre la mort sur leur chemin. Le mutant perdant un peu plus la raison, vit dans ce spectacle la vision qu'il venait d'avoir. Tout se répétait. La vision qu'il avait eu, n'était pas qu'une simple technique d'intimidation, cela était une vision du future, de son futur, de sa mort.

Posant sa main sur son oreillette, il appela Blink pour qu'elle vienne le chercher. La mutante qui semblait légèrement sonné elle aussi, arriva quelques secondes plus tard. Créant un autre portail qui mènerait Pyro à une autre équipe de mutant qui saurait surement mieux que lui où se trouvait la skrull mutante. Le traversant, il se retrouva dans une rue où un très lourd combat avait fait rage ici aussi. Devant lui, se trouvait un vieil ennemi, mais dans cette bataille, il fallait oublier les anciennes querelles pour se concentrer sur leur véritable objectif.

-Logan… OU EST LA SORCIÈRE BLANCHE ?! Lui dit il d'un ton agressif, le front blessé et ses mains recouvert du sang de feu ses deux amis.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  
 

ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum

 Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» ASSAUT N°2 → When Rome's in ruins, we are the lions, freed of the Coliseum
» Italie - Rome - Eté 2007
» SRK présent au prochain festival de Rome 2010.
» Cette grandeur qu'était Rome (The Grandeur that was Rome)
» SHAH RUKH au festival de ROME
 
 
 Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
  ♨ MARVEL LEGACY ♨  :: La Nouvelle-Orléans-