AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

FERMETURE DEFINITIVE DU FORUM
Merci pour ces 6 années d'existence et tous ces superbes moments !


Partagez | 
 

 You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Wanda F. Maximoff
avatar
Super-Héros
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Âge réel : 25
ϟ Messages postés : 668
ϟ Copyright : EXCELSIOR (avatar) + STARFIRE (signature)
ϟ Music : WAR OF HEARTS + ruelle
ϟ Niveau : Surhumain
ϟ Affiliation : Vengeurs & Utopia ; Ex Confrériste.

Carnet de Route
ϟ Disponibilité RP: Pris


MessageSujet: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   Ven 15 Juil - 22:06

« You have me. Until every last star in the galaxy dies.  You have me.  »


« Elle est morte, putain ! » La voix de Clint avait claqué dans le hangar, sèche et cassante. « Clint je t'en prie, calme-toi. » Natasha se trouvait à ses côtés, et le tenait fermement par le bras. Je me tenais un peu à l'écart, ils ne m'avaient pas vue. « Que je me calme, Nat ? Mais elle est morte, putain ! Elle est... C'est pas possible, bordel, c'est pas possible... » Bobbi. D'où je me tenais, je pouvais voir ses yeux briller des larmes qu'il n'osait pas verser, tandis que Natasha faisait de son mieux pour le rassurer, visiblement sans aucun succès. « De toute façon, ça sert à quoi ce qu'on fait ici ? À rien, on va tous crever, dans ce putain de hangar Ultron n'a plus qu'à venir nous cueillir et adieu la race humaine ! » L'espionne s'écarta de lui en sifflant, les sourcils froncés d'agacement. « T'es vraiment qu'un connard quand tu t'y mets, tu le sais ça ? » Ce n'était pas lui qu'elle regardait, mais moi. Moi et mon énorme ventre. Moi et mon visage encore marqué par les hématomes et les éraflures. Moi et mes grands yeux désespérés. Clint suivit son regard et fit volte-face, et quand il me vit son expression colérique laissa place à gêne. « Je voulais pas dire... Je suis juste... » Je savais très bien que ses paroles avaient été sincères, qu'il n'avait fait que dire à haute voix ce que tout le monde pensait tout bas. « Il est désolé, voilà ce qu'il veut dire. » Natasha le regardait avec sévérité, et Clint baissa les yeux avant de s'éloigner à grandes foulées. Elle soupira et vint vers moi, et posa sa main sur mon ventre avec délicatesse. « Ne t'en fais... Il a juste... Il a juste été très touché par la mort de Bobbi... » Et le fait qu'il n'était pas à ses côtés quand elle avait perdu la vie avec les Howlers. Parce qu'il était avec moi, occupé à me protéger au lieu d'être avec la femme qu'il aimait. N'importe qui à sa place aurait eu du mal à l'accepter, quant à moi la culpabilité me rongeait. Quand Ultron avait attaqué, j'avais été parfaitement incapable d'agir comme un Vengeur devait le faire, j'avais paniqué, tout s'était enchaîné trop vite, et j'avais été trop inquiète à propos des bébés pour pouvoir me concentrer suffisamment bien sur l'utilisation de mes pouvoirs. Si je n'avais pas été enceinte, les choses auraient été différentes. « Est-ce que ça va ? » « Non. » Je secouai la tête, sans quitter ses prunelles émeraude. Il ne servait plus à rien de mentir, je n'en avais plus ni le courage, ni la force. « Mais ça va aller... Tu ferais sans doute mieux d'aller te reposer un peu, tu sembles épuisée. » J'acquiesçai, bien docilement. « Est-ce que tu sais où est Steve ? Je ne l'ai pas vu depuis ce matin... » « Non, je suis désolée. Il est probablement avec Tony, ne t'en fais pas pour lui. Si je le croise, je te l'envoie tout de suite. » « Merci, Nat, c'est gentil. »

Le cœur plus lourd qu'une pierre dans ma poitrine, je traversai le regard désaffecté et à ciel ouvert qui nous servait de nouveau QG pour aller retrouver notre abri de fortune, une simple tente que Steve et moi partagions. Pietro s'était installé juste à côté de nous, il se montrait particulièrement protecteur depuis la dernière attaque, où j'avais bien failli faire partie du nombre incalculables de victimes. Sachant très bien que je n'y trouverais pas mon fiancé, je me glissai sous la tente, et m'assis en soupirant longuement sur mon lit improvisé, avant de m'y allonger. Ma grossesse arrivait finalement à son terme, je pouvais accoucher n'importe quand. Et depuis que j'avais eu des contractions à cause du stress, il y avait davantage de risques pour que la moindre contrariété déclenche le travail. Ce qui m'angoissait énormément, car si dans notre ancien QG nous étions parvenus à accumuler un petit nécessaire pour l'arrivée des bébés, à présent il ne nous restait presque plus rien. Dans la précipitation, il nous avait été impossible d'emporter quoi que ce soit et nous n'avions pas pu revenir en arrière. De plus, comme l'avait si bien dit Clint, Ultron risquait de nous trouver à n'importe quel moment, pour nous anéantir définitivement. J'étais terrifiée à l'idée qu'il arrive quoi que ce soit aux jumeaux, sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour les défendre. Et pourtant, je savais que je n'aurais d'autre choix que celui de les mettre au monde quand le moment serait venu, en priant pour que ce ne soit pas celui là que le virus choisisse.

Avec un soupir, je me glissai sous les couvertures et calai un oreiller sous mon ventre pour être aussi à l'aise que possible, et me forçai à fermer les yeux. J'avais toutes les peines du monde à me reposer, mes nuits étaient difficiles, et ce n'était pas parce que les jumeaux bougeaient beaucoup. C'était parce que mon sommeil était agité, perturbé par de mauvais rêves et des crises d'angoisse incontrôlables. Rien dont je ne me plaigne, car nous étions des dizaines à en souffrir, et particulièrement depuis la dernière attaque. Même épuisée, il me fallut près d'une heure pour m'endormir, et d'un sommeil plutôt léger. Si bien que lorsque je sentis un bras passer autour de ma taille, je rouvris les yeux dans la pénombre et repris conscience juste assez pour reconnaître Steve et apprécier la chaleur de son corps contre le mien. « Hey, darling... » Je souris quand il déposa un baiser sur ma joue et me blottit contre lui, presque instantanément apaisée par sa présence. Malgré tout ce que nous avions traversé nous étions encore en vie, encore ensemble, et nos enfants n'avaient pas eu à voir le jour de façon prématurée. D'une certaine façon, nous étions chanceux... La liste de nos proches disparus ne cessait de s'allonger, mais nous étions encore là. Je ne savais pas ce que j'aurais fait si j'avais perdu Steve dans l'attaque. J'en aurais été folle de chagrin.

Apaisée par la présence de mon fiancé, je me rendormis rapidement. Cependant, mon sommeil fut une fois de plus de courte durée, même endormie je dus réaliser que quelque chose n'allait pas, car à peine l'œil ouvert je me redressai sur ma couche, à la recherche de Steve, que je ne sentais plus contre moi. « Steve... ? » Je battis des paupières à plusieurs reprises pour adapter ma vision à la pénombre, et en tâtonnant un peu je rencontrai l'épaule de Steve. Quelques étincelles lumineuses apparurent au bout de mes doigts et s'en détachèrent, pour flotter dans la tente et l'éclairer faiblement, comme des lucioles. « Steve ? » Je repoussai les couvertures qui me couvraient et me glissai jusqu'à lui et l'entourai de mes bras, calant mon visage contre son cou. Je pouvais sentir qu'il n'était pas dans son état normal, il n'émanait pas de lui la même énergie que d'ordinaire. Je l'enlaçai plus étroitement et déposai un baiser dans son cou. Je n'avais pas besoin de lui demander ce qui n'allait pas, je le savais. Je le savais, parce que je souffrais exactement du même mal que lui. Carol, les Howlers, Sharon... Nous avions perdu tant de proches dans cette attaque. Et puis il y avait eu Rumlow. Cela faisait beaucoup, même pour lui, même pour Captain America. « Je suis là, dragostea mea. Je suis là. » Il était mon roc, le plus fort de nous deux, et si je m'étais beaucoup reposée sur lui depuis le début de cette guerre, je mettais un point d'honneur à faire en sorte qu'il n'ait pas peur de se confier à moi s'il en ressentait le besoin. Mais Steve Rogers étant Steve Rogers, il était du genre à tout encaisser sans broncher, jusqu'à atteindre l'inévitable point de rupture. Soupirant doucement, je m'écartai de lui pour pouvoir lui faire face, je m'assis en tailleur devant lui, mon ventre bien rond entre nous. Ma main glissa sur sa couverte d'une barbe de quelques jours, tendrement. « Parle-moi, dragul meu. Steve... S'il te plaît, parle-moi. »


    dragostea mea* roumain pour mon amour
    dragul meu** roumain pour darling
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   Sam 23 Juil - 20:42

 
You have me. Until every last star in the galaxy dies.  You have me.

 
Assis sur une des rares chaises de la pièce, Steve écoutait à peine la conversation qui se déroulait devant lui, le regard fixé sur l'objet qu'il tenait entre les mains. Depuis la dernière attaque d'Ultron et leur fuite désespérée pour tentée de lui échapper, il était distrait, renfermé, mangeait encore moins qu'à son habitude et dormait à peine. Et encore, quand il arrivait à dormir, ses nuits étaient le plus souvent perturbées par les mêmes cauchemars qui revenaient encore et encore, comme une litanie sans fin. Il se revoyait à chaque fois dans cette forêt, en train de battre à mort Rumlow sans la moindre pitié, et pire que tout, la peur qu'il avait lue dans le regard de Natasha, elle qui était pourtant si imperturbable. Il s'était laissé dominé par sa rage sans même chercher à la contrôler, et était devenu l'espace d'un instant tout ce qu'il abhorrait. Depuis, Steve n'avait pas cessé d'être rongé par les remords. Et ils étaient en train de saper ses dernières forces aussi sûrement que la faim ou la fatigue.
Sentant quelqu'un s'asseoir  à côté de lui, il manqua de sursauter quand il entendit la voix de l'agent Thompson « Ça va patron? » « Hein? Euh... oui, ça va. » C'était évidemment un odieux mensonge, et Flash commençait à connaître son supérieur depuis le temps, mais il eut la délicatesse de faire mine de le croire « Sincèrement désolé pour votre amie. » Dit-il en désignant du menton l'objet. La plaque d'agent de Sharon. C'était quasiment la seule chose que Steve avait gardé des rares effets personnels de son ex-petite amie. Les choses n'avaient jamais étés simples entre eux, et maintenant qu'elle était morte, il se rendait compte qu'il y avait des dizaines de choses qu'il ne pourrait plus jamais lui dire. Ne serait-ce que s'excuser pour la manière dont il l'avait traitée après leur libération de captivité « Je la connaissait pas beaucoup, mais elle avait l'air d'être une chouette fille. Elle au moins, elle ne flippait pas à chaque fois que j'entrais dans une pièce. » « Oui... Elle ne se laissait pas impressionner si facilement. » « Vraiment moche ce qui lui est arrivé. » Tout comme lui, Thompson était un soldat. Pour eux, la mort de quelqu'un n'avait rien de noble ou d'héroïque, peu importait avec quel degré de bravoure il ou elle avait rendu son dernier souffle. Fouillant dans sa veste, l'agent spécial finit par en sortir une flasque qui, d'après le bruit qu'elle faisait, était encore à moitié pleine « Je gardais ça pour quand on aurait réussi à déglinguer l'autre salopard en fer blanc, mais je sais pas si on sera encore là pour voir ça...  À Sharon. » Il porta la flasque à ses lèvres, en but une gorgée, avant de la tendre à son supérieur « À Sharon. » Un seul nom parmi des milliards. Un seul nom parmi tous ceux que Steve avait perdus à cause d'Ultron ce jour-là. Steve imita Flash, avant de rendre la flasque à son propriétaire. Le jeune homme se leva avant de partir, et quelques instants plus tard, Steve l'imita pour prendre la direction de la tente qu'il partageait avec Wanda, dans l'espoir de grappiller quelques heures de sommeil.
Il y arriva rapidement, et une fois à l'intérieur, il mit quelques instants à s'habitué à la pénombre ambiante, et se glissa aux côtés de sa fiancée, avant de passer un bras autour de sa taille. La sentant bouger contre lui, il sut qu'elle était réveillée, chose que confirma le darling qu'elle lui adressa d'un ton à moitié endormi. Il déposa un tendre baiser sur sa joue, et la sentit presque aussitôt se blottir contre lui. Depuis près de huit mois, elle était le centre de son univers, et si jamais il avait eu à la perdre, il en aurait été à jamais brisé, il ne le savait que trop bien. Sa réaction quand il l'avait vue à deux doigts de se faire tuer ne le montrait que trop bien. Il la sentit se rendormir rapidement, et tenta de faire venir le sommeil à lui en se concentrant sur le respiration de Wanda, mais il avait l'esprit beaucoup trop tourmenté pour ne serait-ce que fermer les yeux. Comme à chaque fois, il ne cessait de repenser à ce qu'il avait fait, et comme à chaque fois, les remords et la culpabilité virent l'assaillir. Il finit par s'endormir au bout d'un temps qui lui parût interminable, mais il eut l'impression de se réveiller une poignée de seconde plus tard, arraché aux bras de Morphée par un de ses habituels cauchemars. Le cœur au bord des lèvres, il s'assit en essayant de ne pas réveiller Wanda, les jambes ramenées contre lui, essayant en vain de se calmer. Il était à bout, il le savait. Sans surprises, il entendit Wanda se redresser sur leur couche, et elle l'appela, plus ou moins consciente de ce qui se déroulait dans l'intimité de leur tente. Il ne répondit pas, pas plus qu'à ses marques d'affection. Il aurait voulu être seul, mais il ne pouvait se résoudre à s'en aller ou pire, à lui demander de partir. Quand elle posa une main sur sa joue, il se résolut enfin à la regarder, et il fut évident qu'elle n'avait aucun mal à lire toute la détresse qui l'habitait. Elle voulait qu'il lui parle, mais en avait-il seulement la force? Il se souvenait que dans ce qui semblait être une autre vie, elle lui avait fait la promesse de toujours être là pour lui, de toujours l'écouter si jamais il avait besoin de s'ouvrir à elle. Ils avaient à peine parlés de tout ça depuis que c'était arrivé. Peut-être qu'en parler lui ferait du bien. Posant sa main sur celle avec laquelle Wanda caressait sa joue, il la serra doucement, cherchant un peu de ce courage qui pour la première fois dans sa vie, lui faisait tant défaut « Je... j'en ais marre. De cette situation, de cette guerre qui semble n'avoir qu'une seule issue possible. » Steve déglutit difficilement, chaque mot prononcé semblant lui coûter un effort bien au-delà de ses capacités « Dugan, Gabe, Carol, Bobbi, Sharon... j'ai perdu trop de proches en trop peu de temps. Et quand j'ai cru que j'allais vous perdre, toi et les jumeaux... » Il n'avait pas pu en supporter plus. Il avait finit par découvrir ses limites, et par découvrir le monstre qu'il pouvait être quand on le poussait à bout. Il avait craché sur tout ce qu'il était, tout ce qu'il symbolisait, d'avoir trahi la promesse qu'il avait faite à Erskine si longtemps auparavant, celle de toujours rester un type bien. Il n'était plus un type bien, plus maintenant. À cause de Rumlow. Cet enfoiré avait finit par gagner, même si il ne pouvait profiter de sa victoire « Il m'a démoli. En profondeur. Rumlow savait ce qui allait se passer. Il se foutait bien de crever. Tout ce qu'il voulait, c'était me bousiller une fois de plus. Et... il a réussi. » C'est alors qu'il sentit une larme couler sur sa joue, suivie d'une autres. Il ne chercha même pas à les retenir, et se laissa aller, évacuant un peu de sa peine hors de lui « Je... je veux que ça s'arrête. Que tout ça s'arrête. Je n'en peux plus de souffrir. »


Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas

Wanda F. Maximoff
avatar
Super-Héros
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Âge réel : 25
ϟ Messages postés : 668
ϟ Copyright : EXCELSIOR (avatar) + STARFIRE (signature)
ϟ Music : WAR OF HEARTS + ruelle
ϟ Niveau : Surhumain
ϟ Affiliation : Vengeurs & Utopia ; Ex Confrériste.

Carnet de Route
ϟ Disponibilité RP: Pris


MessageSujet: Re: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   Dim 24 Juil - 22:43

« You have me. Until every last star in the galaxy dies.  You have me.  »


Je n'avais jamais vu Steve dans un état de détresse aussi évident. L'énergie qui se dégageait de lui était bien différente, il était... Il était complètement abattu. Je ne l'avais jamais vu dans un tel état, il m'avait toujours semblé être un roc immuable, à l'optimisme intarissable. Mais il était humain, tout le monde avait un point de rupture. Le mien, je l'avais atteint très vite, et il avait fait tout son possible pour me soutenir, très probablement en dépit de ses propres besoins. Sauf que je le connaissais trop bien, il n'aurait pas pu me cacher ce qu'il ressentait éternellement. Et de toute façon, je ne voulais pas qu'il se sente obligé de me dissimuler quoi que ce soit, même pas pour me protéger. Ce n'était pas ainsi que les choses étaient censées fonctionner dans un couple, et je lui avais fait me promettre de me laisser l'aider s'il n'allait pas bien. Je savais que ce n'était pas une chose aisée pour lui, lui qui pensait être celui sur lequel on devait pouvoir compter quoi qu'il arrive. Mais comment aurait-il pu rester impassible après tout ce qui était arrivé ? Comment qui que ce soit aurait pu en être capable ? Le monde tel que nous le connaissions n'existait plus, et tout n'était plus qu'une pure question de survie. Après la dernière attaque que nous avions essuyée, tout espoir de remporter la victoire sur Ultron semblait vain... C'était grâce à des personnes comme Steve que les survivants allaient encore de l'avant. Parce qu'il le fallait, il en allait du sort de l'humanité. Craignait-il que je le perçoive comme étant faible après tout ce que nous avions vécu ensemble ? S'il y avait bien une chose que je savais, c'était à quel point il était fort, sans lui je ne serais jamais parvenue à garder la tête hors de l'eau. Et j'étais bien placée pour savoir qu'il n'était pas aisé de ne pas laisser les démons qui nous habitaient nous dévorer de l'intérieur, que c'était une lutte de tous les instants. Si je ne le connaissais pas si intimement, j'aurais supposé qu'il était exactement tel que le monde le voyait – inébranlable et invincible. De belles qualités pour un héros, malheureusement inapplicables en réalité. Personne n'était ainsi, pas même les dieux.

Je dus un peu pâlir lorsqu'il consentit finalement à me parler, et commença par m'avouer que même lui commençait à croire qu'il n'y avait qu'une fin possible pour cette guerre. Un sourire triste étira mes lèvres et je secouai la tête doucement avant de glisser mon autre main sur sa joue. Je ne pouvais pas lui reprocher de le penser, j'en avais moi-même été persuadée pendant de longues semaines, au point de lui cracher à la figure que nous allions tous mourir. Il était parvenu à me persuader du contraire, parce qu'envisager la mort de nos enfants et de tous nos proches était une chose atroce, et tant pis si tout autour de nous laissait penser que nous avions perdu. Et c'était vrai, nous avions perdu énormément de personnes chères à nos yeux. Pas seulement des amis, mais des personnes que nous considérions comme des membres de notre famille. Cela avait été dur, et ça l'était toujours autant. Les vides laissés par Lorna, Carol, les Howlers et tous les autres seraient impossibles à combler. Mais nous n'avions pas le droit de baisser les bras, d'abandonner. Si nous le faisions, leur sacrifice aurait été vain, et ce n'était pas acceptable. C'était justement parce qu'ils étaient morts que nous étions en vie, nous leur devions de nous battre jusqu'à ce que nous remportions la victoire ou jusqu'à rendre notre dernier souffle en essayant. C'était ce que Steve m'avait appris à faire, ne rien lâcher, et surtout pas quand tout semblait être contre nous. Nous avions lutté, et jusqu'à présent nous avions survécu ; nous, nous étions en vie. Et d'autres l'étaient encore. Tony, Pepper, Bucky, Natasha, Clint, Pietro...  Tout n'était pas encore perdu.

Mais Ultron, malgré tout le mal qu'il faisait et la menace qu'il représentait, n'était pas ce qui avait retourné Steve de l'intérieur. Rumlow, c'était encore lui qui le tourmentait. Parce qu'il était parvenu à faire en sorte que Steve outrepasse ses propres règles et le tue, alors que c'était la chose qu'il abhorrait le plus et nous avait à tous interdit de le faire. Je secouai doucement la tête et essuyai les larmes sur ses joues aussitôt qu'elles commencèrent à couler, et posai mon front contre le sien. « Je sais, mon amour, je sais... » Au cours des deux dernières années, Steve avait souffert plus qu'à son tour, qu'il ait tenu jusqu'à cette nuit, c'était miraculeux. La Guerre Civile, sa mort, les mois de torture, les Skrulls, Crâne Rouge et puis maintenant Ultron... C'était trop pour un seul homme, même si cet homme était Captain America. « Moi aussi, je suis fatiguée , épuisée par tout ça... Mais nous sommes en vie. Nous sommes en vie, Steve. » Je déposai un baiser sur son front et m'écartai, son visage toujours entre mes mains. « Regarde-moi, Steve. Regarde-moi... » J'attendis qu'il obtempère et pris son menton entre mes doigts. « Tu n'as rien à te reprocher. Absolument rien. Ce que tu as fait... Tu l'as fait pour me sauver. Rumlow m'aurait tuée. C'était moi qu'il voulait tuer. Pour se venger, pour te faire du mal, je n'en sais rien... Mais il m'aurait tuée. Moi et nos enfants. » La balle qui avait tué Sharon m'était destinée. Et je portais encore les marques de l'attaque de Crossbones autour de mon cou et sur mon ventre ; des hématomes les tachaient encore. Mais ce n'était rien en comparaison de la peur que j'avais eue en comprenant que le mercenaire allait tenter de m'ôter la vie par tous les moyens, alors que Steve n'était pas là pour l'en empêcher. Sharon s'était sacrifiée pour moi, elle était morte dans mes bras et je n'arrivais pas à oublier les derniers mots qu'elle avait eu pour moi. Et combien d'autres innocents étaient morts par la faute de Rumlow ? Et c'était sans compter qu'il avait abattu Steve, l'avait torturé pendant des semaines... Je ne pouvais pas m'apitoyer sur le sort d'un homme comme lui. Et Steve non plus.

« Tu ne peux pas le laisser gagner, Steve. Tu ne peux pas le laisser te dévorer de l'intérieur, pas maintenant. Je sais que ce n'est pas ainsi que tu vois les choses, que tu penses avoir fait quelque chose de terrible... Mais ce qu'il a fait est impardonnable. » Je pris les mains de Steve et les posai sur mon énorme ventre, dans lequel les jumeaux s'agitaient un peu plus qu'à l'accoutumée. « C'était lui ou nous, Steve. Tu nous as sauvés... S'il ne m'avait pas tuée là, il aurait tenté de le faire à la prochaine opportunité qui se présentait. Tu avais un choix à faire, et tu as fait le bon. Tu as agi comme un père doit agir pour protéger ses enfants. » J'aurais moi aussi tué pour eux, et je l'aurais fait sans remords, parce qu'Anya et James étaient ce que j'avais de plus précieux. Personne ne me les prendrait, ni Ultron, ni Crossbones, ni personne. « Tu n'es plus simplement Captain America. Tu es père, que les jumeaux soient nés ou non n'a pas d'importance... Il m'a fallu un moment pour comprendre pourquoi Erik est comme il est avec Pietro et moi, mais maintenant... Il n'y a rien qu'un parent ne ferait pas pour ses enfants. Tu les as sauvés. Si tu les avais perdus par la faute de quelqu'un comme Rumlow, tu ne l'aurais pas supporté. Tu as peut-être enfreint ta règle d'or, mais tu l'as fait pour la meilleure raison au monde. » Je serrai les mains de Steve entre les miennes, avant de serrer les dents lorsqu'une contraction tordit brusquement mes entrailles. Ce n'était pas la première, depuis quelques jours elles étaient de plus en plus présentes. La faute à l'angoisse et à la fin de ma grossesse, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   Ven 5 Aoû - 17:01

 
You have me. Until every last star in the galaxy dies.  You have me.

 
Steve sentit Wanda essuyer les larmes qui coulaient sur ses joues, et quand elle posa son front contre le sien, il envisagea l'espace d'un instant reculer, avant de balayer cette idée. Elle voulait l'aider, elle ne méritait pas qu'il la repousse alors qu'elle faisait ce qu'il avait déjà fait pour elle plus d'une fois. Ils étaient tout aussi fatigués l'un que l'autre, c'était inutile de faire semblant, mais ils étaient encore en vie. Pour combien de temps encore? Ils étaient déjà si nombreux à être tombés, et certains étaient bien plus puissants que Steve. Il n'avait pas les pouvoirs d'une divinité comme Hercules ou l'ADN d'un alien comme Carol. Lui n'avait que ses pieds, ses poings et son bouclier. Que pouvait-il faire avec ça face à une intelligence artificielle qui massacrait les humains avec la brutalité d'un marteau et la précision d'un scalpel? Wanda l'embrassa sur le front, avant de l'obliger à le regarder, ce qu'il finit par faire au bout d'interminables secondes. Il avait du mal à soutenir son regard, mais il s'y obligea, à la recherche de cet espoir qui avait fini par le quitter. Steve ne fut guère surpris quand Wanda essaya de le convaincre qu'il n'avait rien à se repprocher. Que c'était lui ou eux. Il le savait, mais de son point de vue, c'était loin d'être aussi simple que ça. Il avait passé tellement de temps à suivre son code moral à la lettre que l'enfreindre, même pour un type aussi abject que Rumlow, même pour une raison aussi noble que sauver l'amour de sa vie et les deux êtres qu'elle portait... « J'aurais pu... » Il aurait pu faire quoi? Se contenter de l'assommer? Rumlow serait revenu à la charge tôt ou tard. Laisser Bucky et Natasha le tuer à sa place? Simplement pour alléger sa conscience? Ca ne valait guère mieux.
Mais Wanda ne le laissa même pas finir sa phrase. Elle avait raison, sur toute la ligne, mais il n'arrivait pas à faire autrement qu'à essayer de se faire culpabiliser à mort, ce qu'il faisait sans aucun problèmes. Sa fiancée finit par poser ses mains sur son ventre, et il sentit ses enfants s'agiter, comme si ils cherchaient à donner plus de poids aux paroles de leur mère. Elle avait raison, une fois de plus. Il n'était plus seulement Captain America. Il n'était plus seulement Steve Rogers. Même si James et Anya n'étaient pas encore nés, il n'en restait pas moins leur père. Et à ce titre, il devait faire tout ce qui était en son pouvoir pour les protéger. Sa mère avait passé toute sa vie, du jour de sa naissance au jour de sa mort à protéger son enfant. Elle avait accumulé les boulots pour pouvoir joindre les deux bouts, et elle avait élevé un fils seule sans jamais se plaindre, ne serait-ce qu'un instant. Steve porta les mains de Wanda à ses lèvres, avant de les embrasser « Je... Tu as raison. Quand j'ai cru qu'il allait te tuer... vous tuer, j'ai disjoncté. Si il l'avait fait... je ne sais pas comment j'aurais réagi. » Il se redressa un peu, avant d'embrasser Wanda sur le front, avant de la serrer contre lui, la tête de sa fiancée contre son torse « C'est juste que peut importe à quel point il pouvait être haïssable... il ne méritait pas de finir comme ça. La façon dont il est mort, dont je l'ai tué... » Il revoyait la scène très clairement. Et il doutait de l'oublier un jour. Il allait devoir apprendre à vivre avec, comme il avait du apprendre avec tout ce que Crâne Rouge avant fait quand il avait prit possession de son corps. Mais il n'était pas tout seul. Wanda était là pour lui, et ils se soutenaient mutuellement, peu importait l'épreuve. Ils étaient là l'un pour l'autre, pas parce qu'ils étaient des Vengeurs ou des super-héros, mais parce qu'ils s'étaient fait cette promesse ce qui semblait être une vie plus tôt. Et cette bague qu'elle portait au doigt n'était qu'une preuve de plus de l'amour qu'il lui portait « Mais il aurait du savoir ce qu'il se passerait si il essayait de s'en prendre à toi. Et de ce à quoi il s'attaquait vraiment. Pas seulement à toi ou à moi, mais aussi aux jumeaux. Et à ce qu'ils représentent. » Aussi petits et fragiles qu'ils puissent être dans le ventre de leur mère, James et Anya représentaient un leur d'espoir. L'espoir qu'un jour ou l'autre, ils puissent retrouver la paix, et un semblant de vie normale par la même occasion. Dans un monde aussi ravagé que celui ou ils vivaient, une simple naissance pouvait représenter beaucoup.
Steve déposa un nouveau baiser sur le front de la jeune femme, avant de l'embrasser avec tendresse. Quand ils finirent par se séparer, Steve lui adressa son premier vrai sourire depuis qu'ils avaient échappés à Ultron « Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter une femme aussi exceptionnelle que toi? » Il n'en savait rien, mais il ne le regrettait pas une seule seconde. Elle était sa raison d'être, et pas un seul instant il n'envisageait son avenir sans elle.


Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas

Wanda F. Maximoff
avatar
Super-Héros
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Âge réel : 25
ϟ Messages postés : 668
ϟ Copyright : EXCELSIOR (avatar) + STARFIRE (signature)
ϟ Music : WAR OF HEARTS + ruelle
ϟ Niveau : Surhumain
ϟ Affiliation : Vengeurs & Utopia ; Ex Confrériste.

Carnet de Route
ϟ Disponibilité RP: Pris


MessageSujet: Re: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   Lun 8 Aoû - 0:08

« You have me. Until every last star in the galaxy dies.  You have me.  »


Voir Steve ainsi me brisait le cœur. Ce n'était pas ainsi que je le connaissais, je ne l'avais jamais vu dans un tel état, même pas après que nous l'ayons libéré du contrôle de Crâne Rouge. Pour moi, il avait toujours été un roc, l'éternel optimiste de l'équipe... Je le connaissais mieux que personne, cela faisait dix ans que je le connaissais, et presque autant d'années que nous étions intimes. Je savais quel homme il était, quel homme il aimait être. Celui qu'il fallait montrer aux yeux du monde entier. Parfois, je me demandais si lui-même avait conscience de n'être qu'un être humain, en dépit de tout ce que le sérum du super-soldat avait fait pour lui. Il était beaucoup plus émotif qu'il n'était acceptable pour un homme de l'assumer, mais il ne s'autorisait jamais à se laisser aller. À cause des autres, à cause de moi... Alors comme son bouclier il avait encaissé, encaissé, et encaissé, jusqu'à ne plus en pouvoir. Le monde attendait trop de lui. Je l'avais bien trop vu au cours des années que nous avions passées ensemble, et cela ne m'avait jamais plu. Ce n'était tout simplement pas juste d'attendre tant d'une seule personne ; il ne pouvait pas porter le monde sur ses épaules, aussi larges soient-elles. Lui aussi avait le droit de faire des erreurs, lui aussi avait le droit de craquer, ce n'était pas un luxe réservé à qui que ce soit. Et puis, il fallait absolument qu'il accepte une chose : ce qu'il avait fait, il l'avait fait parce qu'il n'avait pas eu le choix. Il avait tué Rumlow, parce que ce dernier avait lui-même tenté de me tuer, et il était responsable de la mort de Sharon. Je ne pleurerais pas sa disparition, il ne méritait pas que quiconque verse des larmes pour lui, et surtout pas Steve. « Je t'en prie, écoute-moi... Tu as fait ce qu'il fallait. Tu l'as fait pour moi, pour nous. » Et s'il ne s'était pas chargé de son sort, d'autres l'auraient fait à sa place. James, Natasha, Clint... Ils ne l'auraient pas laissé s'en sortir après ce qu'il avait fait à Sharon. C'était déjà étonnant qu'il ait survécu au QG aussi longtemps, alors que tout le monde savait qui il était et ce qu'il faisait.

Quand Steve me serra contre lui, je posai ma tête contre son torse et glissai mes bras autour de lui pour l'enlacer. Depuis que nous savions que j'étais enceinte, nous avions fait en sorte de protéger les jumeaux de toutes les agressions extérieures dont je pourrais être victime, ce n'était certainement pas pour voir quelqu'un comme Rumlow me tuer alors que j'étais aussi proche de mon accouchement. « Il savait ce qu'il risquait en tentant de me tuer, et il a tout de même essayé. Il ne mérite ni notre pitié, ni nos larmes. S'il avait fait le moindre mal à nos enfants... Je t'assure que même morte, j'aurais trouvé le moyen de le lui faire payer. Personne ne touche à nos enfants, Steve, personne. » Lui et moi, nous savions de quels sacrifices étaient capables des parents. Sa mère, Magda, Django, Marya... Erik... A présent, c'était à notre tour de tout faire pour protéger les petits êtres que nous avions conçus ensemble. Un sourire aux lèvres, je relevai la tête après que Steve ait déposé un baiser sur front, et glissai ma main contre sa joue quand il m'embrassa tendrement. Ce qu'il avait fait pour me mériter ? Je fis mine de réfléchir un instant, la tête inclinée sur le côté. « Tu m'as sortie de sous un pont. Littéralement. » Je ne pus m'empêcher d'éclater de rire en songeant à cette fameuse journée où nous nous étions rencontrés, dix ans plus tôt. « Et puis tu es devenu mon ange gardien... Et je crois que c'est un peu comme ça que tu as gagné le droit de m'épouser. » Je déposai un baiser sur son nez avant de doucement le faire basculer sur notre lit improvisé. Penchée au dessus de lui, je caressai son visage et ses cheveux un moment, avant de soudain reprendre mon sérieux. « Épouse-moi. » Je secouai la tête, consciente du manque de clarté de mes mots. « Maintenant... Ou je ne sais pas, peut-être demain matin, nous sommes au beau milieu de la nuit... Je n'ai pas envie d'attendre que nous ayons résolu le problème que pose Ultron pour devenir ta femme. Peut-être que cela nous prendra des années... Nous avons assez attendu, tu ne crois pas ? Dix ans... Steve, ça fait dix ans. Si nous n'avions pas été aussi aveugles et stupides, peut-être que nous serions déjà mariés. » Comme deux idiots, nous avions joué au chat et à la souris, nous avions ignoré nos sentiments... Et puis une fin du monde en avait entraîné une autre, et nous ne nous étions jamais mariés. Pas même fiancés. « J'ai rencontré un prêtre catholique, il y a quelques jours. C'est étonnant, le nombre de gens qui se réfugient dans la religion quand quelque chose de terrible leur arrive... Enfin, peu importe. Il pourrait nous marier. » J'avais cessé de prier des années auparavant, je n'étais même plus certaine de croire en un quelconque Dieu unique – difficile à faire, lorsque l'on côtoyait Thor tous les jours, mais cela n'avait aucune réelle importance. « Je ne veux pas d'un grand mariage, je me fiche de porter une robe blanche, je me fiche des invités... Je veux juste être ta femme. »

Pendant des années, je n'avais pas su qui j'étais. Wanda Maximoff ? Eisenhardt ? Lehnsherr ? Magnus ? J'avais bataillé avec mon identité pendant tant de temps... Steve le savait mieux que personne, il avait été là pour moi lorsque j'avais appris que les Maximoff n'étaient pas mes véritables parents et il savait à quel point j'avais eu du mal à accepter la vérité. Parfois, je ne savais même pas sous quel nom me présenter tant j'étais perdue entre mes différents héritages. Mais Wanda Rogers... Cela avait un sens, un poids. Je voulais porter le nom de l'homme que j'aimais, le nom de nos enfants. C'était symbolique, mais c'était important pour nous. « Juste toi et moi... Et eux, évidemment. Difficile de les oublier. » Je passai une main sur mon ventre imposant avec un sourire, avant de me pencher pour déposer un baiser sur les lèvres de Steve, puis un autre sur l'angle de sa mâchoire, et encore un autre dans son cou. Puis je me redressai un peu en grimaçant, et soupirai. « J'ai encore des contractions... Je vais aller marcher un peu, ça me fait du bien... J'ai l'impression que quelqu'un s'amuse à m'écraser les reins... » C'était très douloureux, mais je faisais avec. Depuis que j'avais entamé le dernier trimestre de ma grossesse, j'avais eu des contractions très – trop – régulièrement, à cause du stress, alors j'avais fini par m'y habituer. Quelques mères m'avaient donné des astuces pour les soulager, et en ce qui me concernait c'était marcher qui me faisait du bien. Sans l'aide de Steve j'aurais eu un peu de mal à me relever, mon ventre étant devenu particulièrement lourd et encombrant. Clint aimait me taquiner en m'appelant "petite baleine", mais il n'était peut-être pas loin du compte. Je me trouvais énorme, je ne savais plus à quoi ressemblait mes pieds, et j'avais l'impression de fatiguer aussi vite qu'une personne âgée.  Et c'était sans compter sur mon corps qui était douloureux des pieds à la tête.

Dans le hangar, toute le monde ou presque dormait. Je ne pus m'empêcher d'aller remonter la couverture sur l'épaule de Pietro, qui dormait juste à côté de nous, entouré de nos amis et quelques membres de la Confrérie – une petite garde personnelle qu'Erik n'avait même pas tenté de cacher. Accrochée au bras de Steve, j'avançais lentement, avec la démarche typique de la femme enceinte qui avait vu son centre d'équilibre changer et qui craignait de basculer si elle se penchait un peu trop en avant. Je serrai fortement le bras de Steve lorsqu'une contraction plus forte que toutes celles que j'avais ressenties jusque là fit son apparition, et je dus me mordre la lèvre pour m'empêcher de geindre et de réveiller les personnes assoupies autour de nous. « Je crois que mon corps commence à se révolter contre les envahisseurs... » Je pris une profonde inspiration, puis une seconde, puis une troisième, jusqu'à ce que la contraction ait disparu. Et puis, il y eut un splash bien audible, la sensation d'un liquide chaud qui coulait entre mes jambes et surtout, une flaque à nos pieds. Pendant une bonne minute, je ne réagis pas et observai avec de grands yeux la petite mare entre mes jambes. Et puis, ce fut la révélation. « Je viens de perdre les eaux... Oh mon dieu... Steve, je viens de perdre les eaux !! Ça veut dire que je vais accoucher. Là. Maintenant. Cette nuit. Je vais accoucher... » Totalement terrifiée, je restais accrochée à la manche de Steve comme s'il était ma bouée de survie. Nous y étions. J'allais mettre au monde nos enfants dans les prochaines heures, impossible de reculer. Le grand moment était arrivé, et je n'étais pas du tout prête.
Revenir en haut Aller en bas


Invité
avatar

MessageSujet: Re: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   Lun 15 Aoû - 22:34

 
You have me. Until every last star in the galaxy dies.  You have me.

 
Steve afficha un large sourire lorsque Wanda lui rappella ce qu'il avait bien pu faire pour la mériter. Il se souvenait très bien de ce jour, et de tous les autres qu'il avait pu passer avec elle. Mais celui-là... il avait vraiment marqué le début de leur histoire. Et après ça, il n'avait cessé de veiller sur elle, jour après jour, répondant à l'appel à chaque fois qu'elle avait eu besoin d'aide. Depuis dix ans, ils avaient toujours étés attirés l'un par l'autre comme deux aimants, mais ils avaient été trop aveugles trop longtemps. Maintenant, ils pouvaient enfin rattraper toutes ces années perdues à faire semblant.
Le super-soldat ne fit pas mine de résister quand sa fiancée le fit doucement basculer sur ce qui leur servait de lit, mais il lui lança un regard intrigué quand elle lui demanda de l'épouser. Regard qui s'illumina quand elle précisa le fond de sa pensée. Wanda ne voulait plus attendre, elle ne pouvait plus attendre. Elle voulait se marier maintenant, plutôt que de devoir attendre une occasion qui ne viendrait peut-être que dans des années, si seulement elle arrivait. Steve ne pouvait que comprendre ses raisons, et il les approuvait du plus profond de son être. Il voulait passer le restant de ses jours avec elle à ses côtés, et à quoi bon attendre des mois ou des années pour se passer la bague au doigt? Si jamais ils s'en sortaient, ils pourraient toujours voir à faire un véritable mariage dans les règles de l'art « Wanda Maximoff, c'est avec un immense plaisir que j'accepterais de devenir ton mari. Peu importe qu'on ait cinq ou cinq cent invités, un grand mariage ou quelque-chose de bien plus modeste, rien ne me comblerais plus de bonheur que de te passer la bague au doigt. » Lui qui avait pendant si longtemps abandonné l'idée d'être un jour marié et père de famille, voila qu'il pouvait à présent toucher du doigt ce rêve qui lui avait paru impossible pendant des années.
Lorsque Wanda se plaignit d'avoir à nouveau des contractions, Steve se redressa, retrouvant une partie de son sérieux « Attends, je vais t'aider à te relever. » Le futur marié l'aida à se relever et à sortir de la tente, et resta à son chevet alors qu'elle marchait entre les tentes. Wanda avait de plus en plus de contractions, ce qui n'était guère étonnant puisqu'elle arrivait bientôt à la fin de sa grossesse, et qu'elle vivait dans un environnement pour le moins stressant. Autant dire qu'il n'aimait pas vraiment ça, surtout qu'il ne pouvait rien faire pour essayer d'atténuer sa douleur. Et être aussi impuissant avait le don de l'énerver. Steve s'arrêta lorsque la mutante s'arrêta, pliée en deux par une nouvelle contraction, et Steve répondit à sa remarque avec un ton qui se voulait léger « Peut-être qu'ils ont envie de voir à quoi ressemble leur maman de l'extérieur. » Mais Wanda finit par se figer, et Steve ne comprit par pourquoi jusqu'à ce qu'elle lui annonce qu'elle venait à l'instant de perdre les eaux. Cette nouvelle lui fit l'effet d'un électrochoc, et sans attendre, il se mit à la porter, avant de se diriger aussi vite qu'il le pouvait non pas vers leur tente, mais vers l'un des quelques bureaux qui se trouvaient au fond du hangar. Il fallait qu'il fasse aussi vite que possible, avant que le travail ne commence. Sans même reposer Wanda, il ouvrit la porte du bureau le plus proche à la volée, et la déposa sur le vieux bureau qui se trouvait dans la pièce « Il faut que je te laisse. Je vais aller chercher de l'aide. Quelqu'un qui saura quoi faire. » Natasha. Il devait la trouver au plus vite. Elle savait quoi faire, et elle était la seule en qui il avait assez confiance pour aider Wanda à mettre au monde les jumeaux. Retirant son sweat, il improvisa un oreiller, qu'il cala sous la tête de la jeune femme. Attrapant les mains de sa fiancée, il les serra avec force, avant de l'embrasser sur le front « Je ne serais pas long. » Il sortit en hâte de la pièce, avant de se mettre à chercher Natasha. Il fallait à tout prix qu'il la trouve, sans quoi Wanda accoucherait sans personne pour faire en sorte que tout se passe pour le mieux. Déjà que les conditions étaient loin d'être idéales...
Il finit par la trouver près d'une des entrées du hangar, et quand elle le vit arriver, la russe se leva aussitôt de la caisse sur laquelle elle était assise « C'est... c'est Wanda, elle est en train d'accoucher. Je... j'ai besoin de ton aide, je t'en supplie. » « Ou est-ce qu'elle est? » Sans prendre la peine de répondre, Steve la guida à travers les tentes, indifférent au bruit qu'il pouvait faire et aux personnes qu'il pouvait réveiller. Tout ce qui comptait à ses yeux, c'était Wanda. Les autres pouvaient bien râler parce qu'on les réveillait en pleine nuit, il n'en avait strictement rien à faire. Ils finirent par arriver dans le bureau, et il s'agenouilla à ses côtés, avant de lui attraper une main, son autre lui caressant le sommet du crâne dans un geste qui se voulait aussi rassurant que possible « Je suis là, je suis là. Nat aussi, elle va t'aider. Ça va bien se passer, tout va bien se passer. » Il pouvait répéter ça autant de fois qu'il le voulait, il savait très bien que Wanda était partie pour des heures de souffrance. Et il ne pouvait rien faire pour l'aider, hormis lui tenir la main et être là pour elle.


Fiche bye Ethna
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  
 

You have me. Until every last star in the galaxy dies. You have me.

 Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» [DISCUSSION] Star Wars : The Old Republic
» [JEU] STAR BLITZ : Gun Bros spatial [Gratuit]
» 60 cartes 1977 Topps Star Wars (Series 1 blue)
» Revue : Spécial Star Wars 3D appelée Gold Stars
» samsung player star 5600s
 
 
 Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
  ♨ MARVEL LEGACY ♨  :: QG mobile de la Résistance-